//img.uscri.be/pth/21a1bced9f75ecfde1072d83c79e24ff95728887
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Les loups de Rocamadour

De
96 pages

Lina, une adolescente de 12 ans, se voit contrainte de partir en colo « Grand air et grand vert », histoire de s’aérer loin de ses livres qu’elle aime tant. Les courses d’orientation, la construction de cabanes et les cours de survie ne l’inspirent guère et elle aurait préféré la colo « Théâtre et lecture ».
Heureusement, elle sera avec ses cousins, Nathan et Robin, et sa meilleure amie Emma. Rejoins par Mohammed, ils formeront le groupe des Loups, face aux Ours et aux Lynx.
Lorsque les jeunes rencontrent les moniteurs Rodolphe, Lydie et Tonin, un mauvais pressentiment envahit Lina. Une nuit, avec Nathan et Mohammed, elle surprend une étrange conversation. Dès lors, les Loups sont persuadés que quelque chose se trame.
Que cachent les responsables de la colo ? Pourquoi Rodolphe semble-t-il préoccupé ?
Isolés en pleine nature, sans téléphone et dépendants d’adultes en qui ils n’ont pas confiance, les enfants devront faire preuve de solidarité et mettre en pratique ce qu’ils auront appris au cours de leur séjour.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-414-01992-2

 

© Edilivre, 2017

1
Le départ

Lina bien calée sur le siège arrière de la voiture de ses parents, regarde sans vraiment le voir, défiler le paysage.

– tu n’as pas à t’inquiéter, ma chérie, tout va bien se passer, et tu ne pars pas seule ! tes cousins vont veiller sur toi et Emma est là aussi.

– Maman… tu peux dire ce que tu veux, je n’aime pas la randonnée. Heureusement qu’Emma vient, sinon c’est trop mortel.

– ça va te changer de tes livres, t’aérer un peu. Lui dit son père. Tu vas faire des rencontres, vivre l’aventure ! « Grand air et grand vert » c’est super comme colo. Moi à ton âge j’aurai aimé que mes parents me fassent partir.

– C’est ça, aller me perdre au fond d’un trou perdu, crapahuter toute la journée avec un sac sur le dos en pleine chaleur, alors que j’aurai pu faire « théâtre et lecture »

– Essai quelques jours, tu sais bien que si ça ne va pas on viendra te chercher. Papa et moi on sera toujours là pour toi.

Lina soupire, pourtant elle s’entend bien avec ses cousins. Nathan a son âge 12 ans, et Robin est un peu plus âgé qu’eux. Ils attendent avec impatience cette colo. Courses d’orientation, construction de cabanes, cours de survie,… génial disent les garçons, galère répond Lina.

Emma lui a confié qu’elle est toute contente de passer quinze jours auprès du beau Robin. Lina et elle sont copines depuis la crèche et n’ont aucun secret l’une pour l’autre. Gaffeuse de nature, elle reste pourtant toujours de bonne humeur.

Lina, elle est plus timide, un peu boulotte et rousse. Dans la vie elle craint : les efforts physiques et le soleil.

Très vite ils arrivent à 6h du matin place de l’église Saint Michel à Bordeaux. Lina aperçoit ses cousins. Tous deux sont blonds et athlétiques, presque jumeaux. Emma les a déjà rejoints, à leur opposé elle est menue et brunette. Nathan est mal réveillé, Robin a les poings dans ses poches et Emma, comme à son habitude, est avec une pleine poche de viennoiserie. Lina va à leur rencontre et pioche directement dans la poche. Ensemble, ils observent les autres ados qui sont là avec leurs parents, la plupart réjouit d’autres moins.

Deux minibus arrivent et les trois monos descendent pour se présenter à l’assemblée.

« Bonjour tout le monde. Je me présente, je suis le responsable de la colo : Rodolphe mais on m’appelle Olph et voici mes deux associés Lydie et Tonin. Nous allons essayer de ne pas trop faire durer ce départ pour le confort de tous.

Nous avons tous un diplôme de premiers secours ainsi que nos diplômes d’encadrants de courses d’orientation.

Vous avez tous lu le règlement de cette colo : pas de portable et sac minimaliste. Seuls les monos ont un portable en cas d’urgence. Comme convenu nous allons procéder à l’inspection des sacs en présence des parents et nous leur remettrons les effets indésirables, comme le vin rouge, la drogue et les doudous ! »

« Ça promet, bonjour les blagues nulles » commente Lina à Emma

Elle repense à la liste pour la confection du sac à dos, et de son inspection. C’est draconien. Cela lui parait assez militaire comme intention, mais c’est vrai qu’il lui faudra le porter en quasi permanence sur le dos durant quinze jours.

« Nous allons former trois groupes de cinq jeunes : Les Loups, les Lynx et les Ours. A l’appel de vos noms regroupez-vous par affinités. »

Robin, Nathan, Lina et Emma se regroupent ensemble. Un groupe de cinq garçons se forme spontanément et un groupe de quatre filles aussi. Deux garçons restent à part. Un part avec les filles et l’autre fini par se diriger vers les quatre amis.

« Bonjour je m’appelle Mohamed, mais appelez-moi comme tout le monde : Moa » dit-il en tendant la main au groupe. Moa est grand, plus grand que Robin mais du même âge. Il est noir, élancé, et porte des lunettes. Les présentations se font.

Olph s’approche du groupe de Lina et se présente tout en serrant la main aux jeunes et aux parents.

« Salut, je suis le mono de référence de ce groupe, vous êtes le groupe des loups. Je donne aux parents mes coordonnées téléphoniques, et Je vais inspecter vos sacs ».

Aussitôt il commence la procédure, sous l’œil attentif des parents. Olph ne se sent pas très à l’aise dans ce rôle de moniteur, ce n’est absolument pas sa vocation mais puisqu’il lui faut en passer par là, autant faire de son mieux. Ces pauvres gamins n’y sont pour rien.

Lina regarde les autres groupes. Lydie s’est dirigée vers le groupe des filles. Toutes les quatre ont l’aire sûr d’elles et semblent déjà comploter en direction du groupe des garçons. Le garçon de leur groupe le plus petit et le plus jeune des garçons de la colo semble tout faire pour attirer leur attention.

Tonin s’est dirigé vers le groupe des garçons, en attrape quelques-uns par le cou en leur frictionnant les cheveux. Jovial, il reçoit un accueil chaleureux, il est revêtu d’un teeshirt où est imprimé un gros ours. Certainement le groupe des ours pense Lina. Les garçons ne prêtent aucune attention aux autres groupes, ils semblent contents d’être réunis.

L’inspection des sacs étant terminée, les duvets sont distribués et solidement attaché au sac. Les duvets fournis par la colonie de vacance sont des duvets ultra légers, spécialement conçus pour le bivouac. Les matelas incorporés sont autogonflants, et prévus pour les nuits froides et même pluvieuses. Ce sont des détails importants quand il n’y a pas de tentes !

C’est le moment de la séparation avec les familles. Lina embrasse ses parents, ils sont un peu émus. Elle fait aussi ses adieux à son oncle et sa tante venues accompagner leurs fils, et à la mère de Lina. Les dernières recommandations sont données à la hâte par des parents pas si tranquilles que ça de se séparer de leur progéniture, de gros bisous parfois gênés sont donnés, et toute la colo monte dans les minibus.

Lina sent son estomac se nouer, un mauvais pressentiment la tiraille, mais c’est certainement le fait de ne partir qu’avec un seul des quatre bouquins quelle voulait prendre avec elle. Sans ses livres elle se sent incomplète.

2
Première nuit

Après quelques heures de routes, ils arrivent dans une prairie au milieu de nulle part, où attendent trois personnes. Tout le monde descend et les monos vont à leur rencontre. Visiblement ils se connaissent. Deux femmes et un homme plus âgé à la mine patibulaire*, s’approchent d’eux. Olph, les mains au fond de ses poches le dos rond se tourne vers les ados et leur dit :

« Les jeunes ! je vous demande de bien écouter Monsieur Duval qui va vous expliquer notre principe de ravitaillement. Regroupez-vous autour de lui »

« Bonjour les ours, les loups et les lynx » dit-il avec un large sourire que Lina ne peut s’empêcher de comparer à celui d’un prédateur. Rien chez lui ne respire la sympathie, malgré ses efforts.

« Je vais remettre deux cartes et deux boussoles à chaque groupe, ainsi qu’un sifflet et une boite d’allumettes à chacun d’entre vous. Les deux points noirs indiquent le départ qui est ici même, et l’arrivée au quinzième jour à Rocamadour. Vos points de rassemblement et les ravitaillements sont indiqués par des points verts. Les points bleus indiquent les points d’eau, robinet, source, profitez-en pour faire votre toilette car là où sont déposés des bidons d’eau, c’est uniquement destiné au remplissage des gourdes.

Chaque groupe sera autonome pour sa nourriture, et les charges seront réparties de manière équitable entre tous. Comme vous pouvez le constater, vous êtes à l’écart de toute civilisation vous devrez donc faire appel à la solidarité entre vous et à votre débrouillardise. Chaque groupe a son propre circuit.

La soirée se passera ici. Demain vos moniteurs débuteront votre initiation à la randonnée.

Au cours du séjour, les moniteurs seront le plus souvent avec vous, mais pas toujours, ils se tiendront en observation de vos évolutions, et interviendront en cas d’urgence. Ils pourront aussi s’absenter »

*inquiétant, pas net

Pendant les explications de Mr Duval, les adultes déchargent la voiture de ses cartons et les répartissent en trois tas identiques.

« Avez-vous des questions ? »

Une des filles du groupe des Lynx demande

« Dans le programme il n’était pas spécifié que nous serions seuls dans la nature ! ce n’est pas rassurant »

« Jeune fille, il était dit : « sous le control des moniteurs », et « initiation à la survie ». Cela fait partie de l’initiation à la survie et les moniteurs vous surveilleront de loin. Ils sont munis de jumelles. D’autres questions ? »

« Dans le descriptif de la colo, c’est eux qui doivent porter les ustensiles de cuisine, on fait comment s’ils ne sont pas là ? » demande Moa

« Bonne question, et bien ils vous laisseront les ustensiles »

« Et eux ils mangent comment ? » demande Lina

« C’est leur problème pas le vôtre, d’autres questions ? »

Emma demande :

« Aux points d’eau, vous avez parlé de remplir les gourdes, mais pour les sanitaires et les douches ont fait comment ? »

« Grand air et grand vert ! c’est donc dans la nature, dans les petits ruisseaux pour les douches, et dans les trous que vous creuserez pour le popo ! »

Grands éclats de rire de tous, et un gros fard pour Emma.

Malgré tout, une certaine inquiétude s’est emparée des jeunes, Lina sent toujours un malaise, elle est persuadée que quelque chose de louche se trame, mais quoi ? Ce camp de vacance prévoit un camp itinérant dans une zone de France isolée, sur les causses non loin de Rocamadour, rien de particulier.

Les rations sont distribuées :

Des pastilles pour purifier l’eau. Des sachets hermétiques et individuels pour chaque repas et chacun porte ses rations pour trois jours. Le tout est agrémenté de quelques barres de céréales et de quelques biscuits secs pour les gouters.

Les colons affichent tous une triste mine, certes ils ne sont pas venus pour faire des repas gastronomiques, mais composée surtout de nouille chinoises cette nourriture n’a rien de réjouissant.

« Rassurez-vous, dit Tonin, nous vous réservons quelques petites surprises aux cours des bivouacs de réapprovisionnement, et rien ne vous empêche de cueillir quelques baies et pour les plus adroits de pécher ou de chasser le lapin. Chacun range sa ration dans son sac, son duvet et vérifie sa gourde. Cartier libre ce soir, repas à 19 H, levé à 8h »

Les adultes dressent une tente visiblement à leur intention, et commence à installer la cantine du repas.

Les cinq loups se retrouvent sur un rocher, un peu à l’écart.

« Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve qu’il se passe quelque chose de pas clair dans cette colo » dit Lina.

« C’est parce que tu n’étais pas chaude pour cette colo » rétorque Nathan

Moa en se grattant de la main derrière son oreille réplique :

« Je pense que Lina à raison, quand ça me démange derrière l’oreille c’est qu’il se passe quelque chose de pas clair, faut que je fasse attention. Le type qui nous a parlé je le trouve pas net »

...