Les Mondes Oubliés : L'Enfant des Étoiles - Tome 1

-

Livres
93 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Emrys, un garçon aux facultés étranges, a été recueilli par la famille de Mattéo et Alixe. Ces derniers ont pourtant du mal à le comprendre et surtout à croire à ce qu’ils prennent d’abord pour une histoire fabuleuse mais imaginaire : le récit des Premiers Temps de la Terre, du monde des Aryas, peuple détenteur de secrets oubliés auquel Emrys prétend appartenir. Mais la traque sans merci que lui livre un groupe de redoutables Dâsas, ses ennemis de toujours, ébranle les doutes des deux adolescents.

Pourront-ils accepter l’incroyable vérité et aider leur ami à accomplir sa mission malgré les dangers ?

C’est ce que Corinne de Vailly vous propose de découvrir dans L’enfant des étoiles, premier tome de la saga fantastique Les mondes oubliés.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 20 novembre 2015
Nombre de lectures 525
EAN13 9782374530529
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un problème
Extrait
PROLOGUE


L’adolescent grogna. La lumière crue de la lampe de poche traversa ses paupières closes. Instinctivement il tourna son visage vers la pénombre.
— Merci, mon Dieu ! Il n’est pas mort, entendit-il dans son demi-sommeil.
— Papa, vite… il faut l’aider ! poursuivit une autre voix, beaucoup plus jeune et claire.
Une fille… songea le dormeur en se recroquevillant un peu plus contre le mur de grosses pierres grises, au pied de l’édifice en démolition qui lui avait offert un abri pour la nuit.
— Allez, mon garçon ! Réveille-toi, reprit la première voix.
L’adolescent se sentit secoué par une main ferme, mais amicale.
— C’est étrange. Son corps est chaud… Il n’a presque rien sur le dos et, pourtant, il ne semble pas frigorifié, observa l’homme, très intrigué, à l’intention de sa fille.
— Grrr ! grogna l’adolescent une seconde fois en chassant la main d’un mouvement sec du bras.
— Hé ! Tu m’entends ? Tu ne peux pas rester ici… en plein hiver, par un froid aussi polaire ! Allez, lève-toi !
— Sívõ Raksatu girvãnabhãsarãrasãsvãdatatparãn[ 1 ]…, bafouilla l’adolescent, qui semblait délirer.
— Pardon ?… Hum ! Il ne parle pas notre langue, soupira l’homme en enlevant rapidement son manteau de laine pour le déposer avec précaution sur le garçon tassé contre le ciment sale.
L’adolescent au teint sombre et aux longs cheveux noirs qui tombaient en mèches raidies sur ses épaules ne portait qu’une tunique et un pantalon de lin blancs. Il était pieds nus dans des sandales de corde.
— C’est inhumain de laisser un gamin courir les rues sans rien sur le dos ! gronda l’homme.

Le jeune sans-abri repoussa le manteau d’un geste vif.
— Je parle votre langue ! Laissez-moi tranquille !
— Papa, vite, transportons-le dans la voiture, intervint la jeune fille.
— Il ne semble pas vouloir collaborer. Il vaut peut-être mieux que j’appelle les secours ! fit l’homme en composant un numéro sur son appareil sans fil. Toi, apporte-moi les deux couvertures que je garde dans le coffre de la voiture.


[1] « Que Síva bénisse les amateurs de la langue des dieux. » (Kãlidãsa, poète et dramaturge sanskrit