Ma vie, mes copines 09 - Tous en scène !

Ma vie, mes copines 09 - Tous en scène !

-

Livres
128 pages

Description

Au collège, c’est l’effervescence  ! Tous les élèves ne parlent plus que d’une chose  : le spectacle annuel  ! Avec l’aide de leurs professeurs, ils vont devoir jouer Peter Pan. Et les inscriptions sont ouvertes  ! Qui réalisera les décors ou dessinera les costumes  ? Qui sera la prochaine Fée Clochette  ? Chloé aimerait tant monter sur scène… Osera-t-elle vaincre sa peur  ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 mai 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782017048893
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
© Hachette Livre, 2018 pour la présente édition. Texte : Catherine Kalengula. Illustrations : Pacotine. Conception graphique : Audrey Thierry. Hachette Livre, 58, rue Jean-Bleuzen, 92178 Vanves Cedex. Loi no 49956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse ISBN : 978-2-01-704889-3
Face à un nouveau défi, tu te dis parfois que tu ne pourras jamais le relever. Des personnes peuvent affirmer que tu n’en es pas capable. Ou alors, c’est peut-être toi-même qui le crois ! Mais tu ne dois jamais baisser les bras, sans avoir essayé… Pour Chloé, ce n’est pas un vendredi comme les autres. Cet après-midi, pendant l’option « musique & chant », sa mère va venir jouer de la harpe. C’est une idée de leur professeur. – Gianelli… Je connais une grande harpiste qui s’appelle ainsi, avait-elle observé, une fois, en lisant le nom de Chloé sur la liste des élèves. – C’est ma mère, avait murmuré la jeune fille. Les autres s’étaient retournés pour la regarder, et elle s’était mise à rougir. – Ça alors ! Mais c’est formidable ! s’était exclamée Mme Jacquemin. J’adorerais la rencontrer ! Pourrais-tu lui demander de venir nous jouer quelque chose, un jour ? Ce serait un immense plaisir pour nous ! Et le moment est arrivé. D’un côté, Chloé est fière. Fière d’avoir une maman connue dans le monde entier. Fière aussi de montrer à quel point c’est une fabuleuse musicienne. De l’autre, elle est un peu gênée. Ce n’est pas facile de voir l’un de ses parents débarquer dans sa salle de classe. Comment vont réagir les autres élèves ? Et si jamais Mme Jacquemin demande à Chloé de chanter pour accompagner sa mère ? Ou si elles se mettent à discuter ensemble de ses progrès, comme ça, devant tout le monde ? L’horreur ! C’est l’une des choses auxquelles Chloé pense, alors qu’elle déjeune avec ses amies, à la cantine… – Dis, tu m’écoutes ou pas ? lui lance soudain Kim.
La jeune fille sursaute. – Désolée, s’excuse-t-elle. J’étais dans la lune… – Et c’était chouette là-bas ? plaisante son amie. Éclats de rire autour de la table. – Tu penses à l’intervention de ta mère, cet aprèm ? devine Pauline. Il ne faut pas t’en faire, tu sais. Je suis sûre que tout le monde va adorer. Moi, j’ai hâte de l’écouter ! Je rêve de devenir comme elle, un jour. Une grande musicienne ! – Tu y arriveras, lui assure Chloé, en souriant. Je suis prête à parier tout ce que tu voudras ! – Y compris ton maillot de bain porte-bonheur ? la taquine Kim. Celui avec lequel tu remportes tes compétitions ? – Oui, même mon maillot chéri ! Pauline la remercie d’un sourire. – Et toi, tu deviendras une grande championne de natation. – Mouais, on verra… marmonne son amie.
Les derniers entraînements n’ont pas été brillants. Boris, son professeur, lui a reproché d’avoir la tête ailleurs. C’est que Chloé se pose beaucoup de questions, en ce moment. Sur ce qu’elle veut faire plus tard, notamment. Ses capacités, aussi. Et puis entre les compétitions, les devoirs à la maison et les mauvaises notes à rattraper, c’est un peu compliqué de tout gérer ! Quand Boris lui parle de l’époque où il concourait pour de grands championnats – cinq à six heures d’entraînement par jour, rien que ça ! –, Chloé se demande si elle en serait capable.
Des paroles de Judith lui revien-nent : « Il faudra sans doute un jour que tu fasses un choix, Chloé. Tes études ou le sport. »… Marianne pose sa fourchette, d’un air pensif. – C’est nul, nous, on ne pourra même pas entendre ta mère jouer, déplore-t-elle. Elle regarde Lili et Kim qui, comme elle, ne sont pas inscrites en option « musique & chant ». Au même instant, Shay passe près de leur table. Il n’est pas arrivé au collège depuis longtemps, mais avec sa bonne humeur et son enthousiasme débordant, il s’est vite fait des amis – Chloé et sa petite bande, en tête. Ce jour-là, il porte un tee-shirt rock et un jean noir clouté. Sans oublier, la boucle d’oreille qui ne le quitte jamais. Shay vient de Londres, et c’est un excellent guitariste. Entre Pauline et lui, Chloé se sent souvent toute petite. Elle, elle sait juste chanter, et encore, elle est loin d’atteindre leur niveau ! – Alors, Chloé, pas trop nerveuse ? lui demande-t-il, avec ce bel accent que la jeune fille aime tant. – Un peu… avoue-t-elle. – Franchement, la harpe, ce n’est pas tropmy cup of tea, confie-t-il. Ma tasse de thé, quoi ! Cette allusion à ses origines anglaises fait rire Chloé. – En tout cas, si j’étais toi, je serais super heureux, poursuit-il. Tu as grève de la chance. – On dit « grave », le corrige doucement Lili. – Ah oui, grave ! répète-t-il, en lui souriant.
À la fin du repas, Chloé attrape le sac où elle a rangé quelques affaires. Elle va passer le week-end avec sa mère, chez Léa. Deux jours entiers où elles ont prévu de faire un tas de choses ensemble : séance de cinéma, repas au restaurant, virée shopping. Et surtout, des heures et des heures de confidences en tête-à-tête. Le bonheur absolu. Et cela démarre par un cours de musique… Tandis qu’elle se lève pour aller déposer son plateau, Chloé se dit que Shay a raison : elle est vraiment chanceuse. La jeune fille se souvient de la rentrée. Lorsqu’elle expliquait que sa mère était une célèbre harpiste, Rose et Violette l’accusaient de mentir. Le pire, c’est qu’elle ne pouvait rien prouver. Anne-Sophie était en tournée en Asie à ce moment-là. Difficile d’être plus éloignée ! Elle avait alors croisé les doigts très fort pour qu’il se passe exactement ce qui va se passer aujourd’hui : que sa mère vienne au collège et fasse taire les mauvaises langues.
À quinze heures trente, Chloé gagne la salle de musique, avec Pauline. Sa mère est déjà là, et elle bavarde avec Mme Jacquemin. La jeune fille a envie de se ruer dans ses bras. Mais devant les autres, elle se contente d’un petit geste de la main, avant d’aller s’asseoir. Anne-Sophie lui répond par un sourire. – Bonjour à tous, s’exclame le professeur. Aujourd’hui, nous avons l’immense honneur d’accueillir une musicienne connue dans le monde entier. Anne-Sophie Gianelli ! Après les présentations, la harpiste s’installe derrière son splendide instrument. Petite, Chloé croyait qu’il était magique et que sa maman était une sorte de fée… L’espace de quelques minutes, le temps semble s’arrêter. Il n’y a plus que la musique qui emplit la pièce. Les doigts d’Anne-Sophie dansent sur les cordes, légers et agiles, comme si c’était facile. Une fois le morceau terminé, tous les élèves applaudissent – Shay le premier. Il pousse même de grands « you-hou » tonitruants.