//img.uscri.be/pth/ad7ab25c1ac831461965024c68792675bb397764
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Mademoiselle Scaramouche

De
464 pages
1672. À la mort de son père tué en duel sous ses yeux, Zinia Rousselières fait une découverte bouleversante : dans le caveau familial repose déjà un cercueil portant son propre nom. Zinia n'est donc pas celle qu'elle croyait être. Sous le masque de Mlle Scaramouche, des bas-fonds de Paris au faste de Versailles, la jeune fille n'a alors de cesse de percer le mystère de son identité. Mais sans le savoir, elle se trouve au centre d'un complot qui pourrait mettre en péril le roi lui-même.
Plongez au coeur de Paris de Louis IV avec une héroïne pleine de panache! Un roman de cape et d'épée ou souffle la grande aventure.
Voir plus Voir moins
Jean-Mîche Payet Mademoîsee Scaramouche
IIustratîon de couverture : Henrî Gaeron
© Édîtîons des Grandes Personnes, 2010, pour ’édîtîon orîgînae © Édîtîons Gaîmard Jeunesse/Édîtîons des Grandes Personnes, 2014, pour a présente édîtîon
Foîo Junîor est une coectîon de Gaîmard Jeunesse
Pour Alizarine. Et à la mémoire de Lucien Lepreux, mon grandpère, dont le cœur balançait entre Lagardère et d’Artagnan.
Élégant comme Céladon, Agile comme Scaramouche, Je vous préviens, cher Mirmydon, Qu’à la fin de l’envoi je touche !
Edmond Rostand,Cyrano de Bergerac.
Premîère partîe
La fîe de maïtre Jean
Le pré des Nonnes
Zînîa se réveîa brusquement. Le sîence înhabîtue, absou, quî régnaît ’avaît tîrée de son sommeî : î man-quaît à a maîson ses bruîts feutrés du matîn. La nuît s’attardaît encore, maîs à travers a fenêtre a jeune ie devînaît que, bîentôt, ’aurore feraît pâîr es étoîes. Ee resta un înstant aux aguets. Toujours ce sîence, dense, menaçant. «I ’a faît», se dît-ee et ee sauta hors du ît. Ee sen-taît a coère ’envahîr, ce quî, chez ee, étaît souvent une façon de manîfester son înquîétude. Ee sortît de sa chambre en chemîse sans ressentîr e froîd quî, depuîs deux ou troîs nuîts, s’étaît emparé de a vîe, et aa frap-per à cee de son père. Une foîs, deux foîs. Pas de réponse. Avant même de pousser a porte, ee avaît déjà comprîs. « Père ? » La pîèce étaît vîde. Dans a umîère tîmîde du jour naîssant, ee devîna e ît où personne n’avaît dormî. I lottaît dans ’aîr un parfum de tabac froîd. Au mur, a vîeîe épée manquaît. « I ’a faît ! » répéta-t-ee, îrrîtée. Zînîa retourna dans sa chambre et s’habîa à a hâte. Ee enia une arge jupe, un gîet, et chaussa ses bottes
11
soupes, cadeau récent de son père. Drapée enin dans un ong manteau, ee rabattît e capuchon sur ses che-veux rouges hâtîvement attachés et sortît dans a pâeur de ’aube.
Ee marchaît sans hésîter, portée par ’angoîsse. Et a coère, toujours. I avaît cédé. Son père avaît cédé. I n’avaît pas vouu traîter par e méprîs ce petît baron arrogant tout ier de sa rapîère encore neuve. Et cea pourquoî ? Pour rîen. Pour une bêtîse. La veîe, troîs jeunes nobîaux étaîent venus chercher queree à Jean Rousseîères sous un prétexte que Zînîa avaît déjà oubîé. Ce n’étaît pas a premîère foîs que des jeunes gens stupîdes e provoquaîent, à ’affût d’une goîre pour e moîns douteuse. Ancîen capîtaîne des mousquetaîres, e père de Zînîa s’étaît couvert d’honneurs au servîce du jeune roî Louîs, puîs î avaît choîsî de se retîrer et s’étaît înstaé comme maïtre d’armes à Montguéroux, oîn des întrîguesdeacouretdestracasdeacapîtae.Cepen-dant, sa réputatîon ’avaît précédé, et ’on venaît de oîn pour bénéicîer de son enseîgnement. I avaît uî-même suîvî ceuî d’un éève du grand Sîennoîs Ferro dî Cagî, maîs c’étaît sur e champ de bataîe qu’î avaît affermî sa maîn et îmagîné pusîeurs bottes quî s’étaîent révéées fataes à nombre de ses adversaîres. I s’étaît constîtué aînsî une cîentèe réguîère, maîs avaît dû constater bîen vîte que toute médaîe a son revers : réguîèrement, de jeunes îmbécîes venaîent e déier, espérant gagner à une renommée rapîde. Les pus chanceux repartaîent humîîés. Les autres ne
12