Nathalie au pays des merveilles

-

Livres
13 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! Nouvelle arrivée, Nathalie fait très forte impression dans la classe !

Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.

Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !

La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 juin 2012
Nombre de visites sur la page 38
EAN13 9782317003141
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le Petit Nicolas a bien grandi ! Nathalie au pays des merveilles

Le Petit Nicolas a bien grandi !


« À la mémoire d’Henri Amouroux »

Nathalie au pays des merveilles

La première fois que Nathalie était arrivée dans la classe, à la rentrée, on avait tous été épatés. Elle avait une grande robe noire, des bracelets autour des bras et des longs cheveux de la même couleur imprécise que ceux de Brice, qui donnaient l’impression de flotter dans le vent.
« Elle a le même nez que l’une de mes ancêtres qui était marquise et amie de Louis XV, m’a dit Dominique dans l’oreille. Quand il me montre le tableau, papa me dit toujours qu’elle n’était pas commode. »
Nathalie non plus, elle n’avait pas l’air commode. Elle nous regardait tous avec un drôle d’air, comme si on avait des taches sur nos chandails, de la boue sur nos souliers ou les cheveux mal peignés. Comme elle a des grands yeux écarquillés, on se demandait si elle était énervée ou si elle n’était pas simplement un peu folle.
Elle s’est assise à son bureau en fredonnant une chanson et elle a sorti ses cahiers comme si elle était depuis toujours chez elle dans notre école. Normalement, les nouveaux, ils sont un peu timides, ils arrivent les pieds en dedans et quand ils disent bonjour, ils ont les mains un peu moites. Mais Nathalie, elle n’était pas timide du tout, et c’est nous qui avions les mains humides et un frisson entre les omoplates quand elle nous regardait droit dans les yeux.
« Dis, la nouvelle, avait dit Jean-François pour rigoler, tu sais que dans cette classe, il y a des règles secrètes.
– Tu es puéril, avait répondu Nathalie sans même se retourner.
– On t’a pas appris à sourire dans ton ancienne école ? avait demandé François.
– Ici ou ailleurs, je suis la première, et je ne perds pas mon temps avec ceux qui se consolent d’être mauvais élèves en faisant des plaisanteries hors de propos.