Les Parce que de mademoiselle Suzanne

Les Parce que de mademoiselle Suzanne

-

Livres
245 pages

Description

BnF collection ebooks - "— Parce que je ne veux pas ! — Mais pourquoi ne veux-tu pas ? — Parce que je ne veux pas. — Ma foi ! voilà un raisonnement auquel je ne trouve rien à répliquer ! Et une voix, pleine de rires, se fit entendre sur un ton de douce moquerie. — Alors, tu ne veux pas ? c'est une affaire décidée ?"

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 août 2018
Nombre de lectures 4
EAN13 9782346138746
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Aimez, suivez, partagez
Couverture : copyright BnF-Partenariats 2018
Retrouvez dans la même collection...
Le Roi des montagnes, Edmond About Contes, Hans Christian Andersen Contes de fées, Madame d'Aulnoy La Peau de chagrin, Honoré de Balzac Tony sans soin, Honoré de Balzac Les Aventures d'Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll Lettres de mon moulin, Alphonse Daudet Aventures de Robinson Crusoé, Daniel Defoe Les Pourquoi de mademoiselle Suzanne, Émile Desbeaux David Copperfield, Charles Dickens Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas Trois contes, Gustave Flaubert Le Capitaine Fracasse, Théophile Gautier Zoé la vaniteuse, Pierre-Jules Hetzel Le Casse-Noisette, Ernst Hoffman Monseigneur l'Élephant, Rudyard Kipling Jacquou le croquant, Eugène Le Roy Croc-Blanc, Jack London Sans famille, Hector Malot Le Horla, Guy de Maupassant Histoire du chien de Brisquet, Charles Nodier La Guerre des boutons, Louis Pergaud Les Contes, Charles Perrault Histoires extraordinaires, Edgar Allan Poe Aglaé, Benjamin Rabier Poil de Carotte, Jules Renard La Petite Fadette, George Sand Ivanhoé, Walter Scott Un bon petit diable, la comtesse de Ségur Heidi, Johanna Spyri Les Aventures de Tom Pouce, P.-J. Stahl L'Île au trésor, Robert Louis Stevenson La Case de l'oncle Tom, Harriet Beecher Stowe Les voyages de Gulliver, Jonathan Swift Science amusante, Tom Tit Les Aventures de Tom Sawyer, Mark Twain Le Tour du monde en quatre-vingts jours, Jules Verne ...et de nombreux autres ouvrages chez votre marcha nd d'ebooks préféré.
À propos deBnF collection ebooks
BnF collection ebooksliothèqueéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib  est nationale de France. Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des pre stigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs,BnF collection ebookssiques essentiels dans leur a pour vocation de faire découvrir des textes clas édition la plus remarquable, des perles méconnues d e la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Morceaux choisis de la littérature, y compris roman s policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portrait s et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés. Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un fo rmat ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tou s les supports de lecture.
CHAPITRE PREMIER
Parce que je ne veux pas
– Parce que je ne veux pas ! – Mais pourquoi ne veux-tu pas ? – Parce que je ne veux pas. – Ma foi ! voilà un raisonnement auquel je ne trouve rien à répliquer ! Et une voix, pleine de rires, se fit entendre sur un ton de douce moquerie. – Alors, tu ne veux pas ? c’est une affaire décidée ? La personne à qui on s’adressait resta parfaitement muette. Elle pensait, sans doute, avoir suffisamment indiqué sa volonté. Au bout de quelques minutes d’attente, la voix reprit, s’efforçant, sans y trop parvenir, de prendre un accent sévère : – Eh bien, puisqu’il en est ainsi, je ne jouerai pas avec vous de toute la journée ! Vous aurez beau me demander pardon, je demeurerai inflexible. Vous verrez bien ! – Ah ! ça, que se passe-t-il donc ? demanda un troisième personnage que le bruit de ce monologue menaçant venait d’attirer. – Ah ! grand-père, tu arrives à propos ! Sais-tu qu’Adallah est fort vilaine aujourd’hui ? Je la prie de lire une page d’Histoire de France ; elle s’y refuse, et à toutes mes questions pour connaître la cause de sa conduite, elle me répond sans s’émouvoir : « Parce que je ne veux pas ». Est-ce un motif acceptable, celui-là ? dis, grand-père ? Le grand-père s’approcha de l’enfant. Il lui posa doucement et paternellement sa main sur le front, et, avec un bon sourire, il murmura : – Petite sauvage ! Adallah se dégagea brusquement et se retourna sur sa chaise en faisant une moue des plus accentuées. – Eh bien, le motif demandé, le voilà. Il est dans les deux mots que je viens de prononcer. Sa mauvaise humeur en est la preuve. Le grand-père s’assit et, prenant Adallah qui se débattait, il la mit sur ses genoux : – Tu sais bien, ma chère enfant, dit-il, que je ne veux pas le faire de la peine ; mais aussi pourquoi mérites-tu un nom qui te déplaît ? Pourquoi ne veux-tu pas devenir une jolie petite fille tout à fait civilisée ? Tu es très intelligente, et tu n’ignores pas qu’en désobéissant à Suzanne, tu lui fais beaucoup de peine. Tu ne l’aimes donc pas, elle qui t’aime tant ? Cette interrogation eut le talent d’émouvoir un peu la petite sauvage. En signe de protestation, elle tendit sa main du côté de Suzanne, mais sans lever ses yeux qu’elle tenait constamment fixés à terre. Suzanne prit la main d’Adallah et, la retenant dans la sienne, elle voulut effacer toute trace de fâcherie : – Tu vois bien qu’elle m’aime, grand-père, dit-elle. Elle est douée d’un bon cœur et d’un esprit très vif : aussi, quand elle le veut – mais, dame ! il faut qu’elle le veuille ! – étudie-t-elle fort bien et apprend-elle fort vite. Il n’y a que l’Histoire à laquelle j’ai grand mal à lui faire prendre goût. – Mais je crois qu’il n’en est pas de même pour la Géographie ? répliqua le grand-père avec intention. – Oh ! pendant ces leçons-là, elle m’écoute avec un recueillement merveilleux pour une fillette de son âge. Rien alors ne saurait la distraire.
– Surtout quand tu lui parles de la troisième partie du monde, n’est-ce pas ? Adallah, entre les bras du grand-père, eut un tressaillement. Mais elle ne sortit pas de son mutisme. Le grand-père regarda Suzanne et, comme elle hésitait à répondre à sa dernière question, il l’y décida d’un geste. Alors, Suzanne, ne perdant pas de vue Adallah, murmura, avec une gravité douce, dans une émotion pleine de pitié : – Oui… surtout quand je lui parle de l’Afrique… Cette fois, le coup avait porté ! Adallah ouvrait tout grands ses yeux qui brillaient d’une lueur étrange. Mais bientôt cette lueur s’éteignit sous les larmes qui envahirent ses paupières. On eût dit qu’un voile de tristes souvenirs était venu cacher cet éclair de joie instinctive. Elle demeura un instant immobile, puis, glissant des genoux du grand-père, elle se jeta en sanglotant dans les bras de Suzanne. – Crise salutaire ! se dit à lui-même le grand-père. Cette scène avait lieu dans le jardin d’une de ces jolies maisons posées sur le coteau qui s’élève du Bas-Meudon et monte jusqu’à Bellevue. Sous un berceau, dont l’armature artistique de fer forgé disparaissait dans les feuillages de la vigne vierge et du chèvrefeuille, et sur lequel tombaient, odorantes, les grappes laiteuses d’un acacia voisin, Suzanne amenait chaque jour Adallah ; et là, bien abritées toutes deux contre les chauds rayons du soleil de juin, l’une enseignait à l’autre ce que jadis on lui avait appris. Suzanne de Sannois avait maintenant près de seize ans. Ce n’était plus la Suzanne que nous avons vue, si curieuse, dans l’hôtel du parc Monceaux, depuis les longs jours d’hiver jusqu’aux belles journées du plein été ; la Suzanne inquiète des voyages périlleux de son père ; la Suzanne qui trouvait Vatel un cuisinier bien susceptible ; qui, un peu indiscrète, montait à la bibliothèque de son frère et qui, un peu gourmande, mangeait trop de bonbons chez les confiseurs ; la lle Suzanne qui donnait, généreuse, ses étrennes aux petites filles pauvres et que ses amies la princesse Marmotte et M Ça me gêne prenaient pour exemple ; la Suzanne qui offrait un million pour voir les habitants de la Lune ; la Suzanne du feu de cheminée, du ballon et de la gare du chemin de fer ; enfin la Suzanne, toute charmante, qui découvrait l’inclination de Thérèse de Montlaur pour M. Paul et qui 1 parvenait, malgré le terrible secret paternel, à conclure le mariage à l’aide du brave père Rémois .
L’enfant était devenue une jeune fille, toujours jolie, toujours charmante ; ses grands yeux bleus aux cils noirs semblaient toujours prêts aux étonnements, mais le fin sourire de ses lèvres indiquait le début de l’expérience de la vie. Suzanne qui, dans son enfance, avait posé tant de « pourquoi » à son père le capitaine de vaisseau, à sa mère, à son frère Paul, à son