Sainte Marguerite-Marie

-

Livres
175 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Toute la vie de sainte Marguerite-Marie : un récit passionnant accompagné de 168 vignettes illustrées pour les enfants. Découvrez la vie toute simple d’une religieuse transfigurée par l’apparition du Christ et l’histoire de Paray-le-monial. Une sainte qui a vécu pleinement le mystère du cœur de Jésus. Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme ! À partir de 7 ans.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 mars 2011
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782728914340
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
BELLES HISTOIRES BELLES VIES N°69 Collection fondée par le père Jean PIHAN
MARGUERITE-MARIE L’AMOUR DU CŒUR DE JÉSUS
TEXTE : AGNÈS RICHOMME ______________________________ ILLUSTRATIONS : ROBERT RIGOT ______________________________ COULEURS : CHAGNAUD - YOT - BRUNET
15-27 rue Moussorgski - 75018 PARIS www.fleuruseditions.com
1
C’est un jeudi soir, à J érusalem. J ésus a donné rendez-vous à ses apôtres pour un souper d’adieu. Le lendemain même, il sera condamné à mort et aussitôt exécuté. J ean, qui est placé tout près de lui, se penche sur sa poitrine pour lui demander, tout bas, de qui il parle en disant : « L’un de vous me trahira. » On peut dire qu’à ce moment, J ean a entendu ba're le cœur du S eigneur. I l en a été bouleversé d’émotion ; on sent cela à travers tous ses écrits.
Au pied de la croix, à côté de la sainte Vierge, de Madeleine et de quelques autres femmes courageuses, J ean (qui se nomme lui-même « le disciple que J ésus aimait ») estencorelà,profon"démentému,recueillantlesultimesparolesdesonmaître. Après un dernier grand cri, J ésus est mort : il nous a aimés jusqu’au bout, il a donné sa vie pour nous, fils et filles de Dieu.
3
Un soldat s’approche, pour achever les condamnés en leur brisant les jambes. I l le fait aux deux criminels qu’on a crucifiés à droite et à gauche de J ésus. Voyant que celui-ci est déjà mort, il ne lui brise pas les jambes mais, pour plus de sécurité sans doute, il lui donne un coup de lance dans le côté. La lance perce le cœur, et de la blessure J ean voit couler aussitôt du sang et de l’eau. I l nous le raconte personnellement, comme il l’a vu, en témoignant qu’il dit vrai.
4
I l ajoute qu’ainsi, sans le savoir, le soldat romain réalisait des prédictions anciennes : « On ne lui brisera pas un os — Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé. » S aint J ean, qui a entendu ba!re le cœur de J ésus, qui a assisté au coup de lance, était celui qui pouvait le mieux nous parler de l’amour du S eigneur pour nous. I l l’a fait en bien des pages de son Évangile, il l’a fait dans les le!res qu’il écrivait. I l ne craint pas deserépéter,nousredi&santsanscesse:
5
« Mes petits enfants (il pouvait dire cela même à des adultes car il était alors très vieux),ilfautgarderlecommandementduSeigneur.Ilfautnousaimerentrenous comme Dieu nous aime. Comment avons-nous su que Dieu nous aime ? C’est qu’il a donné sa vie pour nous. Nous devons être prêts à en faire autant… » Mais ce n’est pas seulement à partir de la mort de J ésus sur la Croix que Dieu nous a aimés. Comme le dit encore saint J ean, c’est « dès le commencement », dès la création du monde.
6
Les Tables de la Loi, écrites par Moïse face à Dieu, c’est déjà comme une présence affectueuse du S eigneur au milieu de son peuple qu’il aime. Celui-ci était alors nomade. I l transportait les Tables dans l’Arche d’Alliance, que l’on déposait sous une tente, à l’étape. Les J uifs s’étant ensuite fixés à J érusalem et donné des rois, l’un d’eux, S alomon, remplaça la tente par le Temple, mais en conservant le « voile » qui symbolise le mystère dont Dieu veut encore s’entourer.