L
110 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'incroyable aventure d'Axel le noyé

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
110 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Chaque soir, Axel s’endort en imaginant des péripéties invraisemblables. Mais, par cette chaude journée d’été, il va vivre l’aventure des aventures ! L’aventure de toute une vie peut-être… Assoupi sur sa bouée et porté par les flots, le jeune garçon va être entraîné dans un monde étrange. Sa perception et sa connaissance du monde qui l’entoure seront mises à rude épreuve ! Axel le noyé reprendra-t-il pied sur un rivage familier ou ce voyage aura-t-il raison de lui ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 mars 2014
Nombre de lectures 9
EAN13 9782896820269
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0017€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

l’incroyable aventure d’axel le noye
Pour ses activités d’édition, Bouton d’or Acadie reconnaît l’aide financière de la Direction des arts du Nouveau-Brunswick, du Conseil des arts du Canada et du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada. Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Titre : L’incroyable aventure d’Axel le noyé Texte et illustrations : Paul Roux Direction littéraire : Marie Cadieux Conception graphique : Lisa Lévesque ISBN Papier : 978-2-89682-024-5 ISBN PDF : 978-2-89682-025-2 ISBN ePub : 978-2-89682-026-9 Dépôt légal : 4 e trimestre 2013 Bibliothèque et Archives Canada Bibliothèque et Archives nationales du Québec Impression : Marquis imprimeur Distributeur : Prologue Téléphone : (450) 434-0306 / 1 800 363-2864 Télécopieur : (450) 434-2627 / 1 800 361-8088 Courriel : prologue@prologue.ca Distributeur en Europe : Librairie du Québec/DNM Téléphone : 01.43.54.49.15 Télécopieur : 01.43.54.39.15 Courriel : direction@librairieduquebec.fr © Bouton d’or Acadie C.P. 575, succ. Main Moncton (N.-B.), E1C 8L9, Canada Téléphone : (506) 382-1367 Télécopieur : (506) 854-7577 Courriel : boutondoracadie@nb.aibn.com Internet : www.boutondoracadie.com www.avoslivres.ca
PAUL ROUX

l’incroyable aventure d’axel le noye

BOUTON D’OR ACADIE

Prologue



À dix ans, le danger n’existait pas pour Axel. Tout au long de son enfance, il avait pourtant été victime de quelques graves accidents qui, logiquement, auraient dû le rendre plus prudent. Eh bien non, l’insouciance avait toujours été la plus forte. Au cours des dernières années, il s’était violemment heurté le crâne sur le trottoir, planté un clou rouillé à travers la paume de la main et un autre dans le pied, assommé en butant contre une table en pierre, presque éborgné avec une baleine de parapluie... Bref, il collectionnait les accidents comme d’autres les timbres ou les honneurs.
Maladroit, il lui arrivait fréquemment de se blesser dans le feu de l’action. Non parce qu’il avait un tempérament de casse-cou, mais plutôt à cause d’un trop plein d’enthousiasme qu’il ne savait gérer.
Lorsqu’il jouait, Axel s’investissait à fond. Rien n’était à l’épreuve de son imagination. Par la magie de la pensée, il pouvait transformer l’ordinaire en extraordinaire et, dans ce nouveau cadre, vivre tout ce qui ne pourrait jamais se produire dans la vie quotidienne. Hier, il avait été un légionnaire romain poursuivi par une horde de barbares. Demain, il serait peut-être abandonné par des pirates sur une île peuplée de cannibales. Chaque soir, en se couchant, Axel s’endormait en imaginant d’autres aventures invraisemblables. C’était pour toutes ces raisons qu’il aimait tant le cinéma et la lecture. Lorsqu’il ne s’évadait pas dans les univers créés par les autres, il s’inventait les siens.
Ses péripéties s’adaptaient aux circonstances, aux lieux et aux saisons. Par cette belle fin de semaine ensoleillée de juillet, quel scénario allait-il bien pouvoir imaginer ?
Chapitre 1
Savoir se mouiller

À dix heures du matin, il fait déjà très chaud — le temps idéal pour aller à la plage, ce que la famille décide de faire sans trop d’hésitation.
Quelques minutes plus tard, équipés d’énormes bouées gonflables, de grandes serviettes bariolées, d’une cargaison de lotion solaire, d’un panier à pique-nique regorgeant de victuailles et d’un parasol, Axel, ses parents, son frère et ses sœurs jumelles partent pour la plage. Au bout d’un kilomètre, la famille débouche sur une invitante bande de sable beige et chaud qui, langoureusement, se
laisse caresser par les vagues couronnées d’écume. Plus loin, sur la gauche, quelques bateaux dansent mollement dans un petit port de plaisance.
Après avoir conquis leur coin de plage et hissé le parasol, la tâche la plus urgente consiste à gonfler les bouées. Travail qu’Axel et son petit frère attaquent de pied ferme en serrant les lèvres autour des valves en caoutchouc. Les deux garçons ne manquant pas d’air, quelques minutes plus tard, ils partent à l’assaut du royaume de Neptune.
Les vagues se calment rapidement, laissant place à une mer d’huile lisse comme le parquet ciré de grand-maman Albine. Las de se laisser bercer par l’apaisante ondulation des flots, le petit frère d’Axel retraite vers la plage pour se lancer dans la construction d’un méga château de sable.
***
Du coin de l’œil, Axel fait un rapide tour d’horizon pour constater qu’il est seul dans l’eau. Il a la mer entière juste pour lui. Inondé d’un soleil bienfaisant, il dérive sur sa bouée gonflable au gré des caprices de l’eau. S’installant dans une demi-torpeur, il savoure à fond le moment présent. Il a toujours raffolé de l’odeur de l’air salin, du soleil et de l’eau. La force tranquille qui se dégage de cet élément le calme et le rassure.
C’est en faisant l’effort titanesque de soulever une paupière — ce qui a pour effet de laisser glisser une goutte de sueur piquante dans son œil — qu’il réalise soudain qu’il s’est considérablement éloigné de la plage. Une onde de panique l’agite. Les courants marins vont l’entraîner vers le large où, épuisé
et déshydraté, il finira probablement dans le ventre d’un requin peu soucieux de la qualité de son alimentation. À moins qu’il ne périsse dissous dans l’estomac caverneux d’un cachalot trop myope pour le différencier de son plancton quotidien. Quelle horreur !
Au loin, sur la minuscule bande de terre qu’il distingue maintenant à peine, rien ne bouge. Personne ne semble avoir remarqué son absence. Insouciant, le petit frère doit s’acharner sur sa tentative de château de sable. Terrassé par l’effet combiné du soleil et du petit rosé provençal qu’il aime bien déguster en apéritif, son père doit déjà ronfler. La pauvre maman, quant à elle, se désespère probablement encore de devoir jouer à l’arbitre entre les jumelles, qui se chamaillent tout le temps.
Débordantes d’ingéniosité, elles ne cessent d’inventer de nouvelles raisons pour se crêper le chignon.
Restent les autres, les vacanciers. Tous ces envahisseurs huileux et bruyants qui, non contents d’avoir investi le petit éden sablonneux de sa famille, ne se soucient guère de ce qui peut bien lui arriver. Bande d’ingrats !
Le rivage n’est plus visible.
Telle une déferlante, une sensation poignante de vide et un sentiment de détresse le submergent tout entier.
— Perdu, je suis perdu ! murmure Axel dans un souffle.

Chapitre 2
Baigneur en détresse

« Que faire ? Ah, si ces quelques mouettes qui tournoient au-dessus de ma tête pouvaient parler et aller avertir mes parents, songe l’imprudent baigneur. Malheureusement, ces usines à crottes ne peuvent m’aider. »
Soleil. Mer. Bouée. Mouettes.
« Ce paradis — en théorie  extrêmement recherché — est en train de se transformer en enfer. Pour l’instant, je ne risque que l’insolation, la déshydratation, un cancer de la peau et la noyade. À part
ça, tout va bien. La faim, la panique, les hallucinations et la folie ne viendront que plus tard, à moins qu’un prédateur affamé ne me repère avant. Que faire ? L’essentiel est de garder la tête froide malgré cette chaleur écrasante. »
Utilisant ses mains ouvertes et tendues en guise de pagaies, Axel se met à ramer en direction du rivage qui vient juste de se dérober à ses yeux. Ne progressant pas assez vite à son goût, il décide de changer de tactique. Allongé sur le ventre en travers de son minuscule flotteur, il se met à battre des pieds énergiquement.
Sa progression est de courte durée. Par un méchant tour du destin, une brise se lève soudain, surfant sur les flots avec juste assez de vigueur pour annihiler les efforts du nageur et le repousser vers