//img.uscri.be/pth/ee6b9260a9ee5d7b6c9ccb9256b69c709c98dc76
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'Enterrement

De
113 pages
Pour son enterrement, André Léliev a organisé une procession à travers Lyon, à tombeau ouvert et au rythme d'une fanfare balkanique. Au cours de cette marche funèbre et mystérieuse, que surplombent trois russes énigmatiques, le face à face avec la mort s'impose à tous les protagonistes, trois hommes et une femme, vacillants entre tristesse et déraison, mais chacun à leur manière, dans l'outrance métaphysique, avec bon sens et humilité, avec amertume et détachement, ou dans une parfaite dénégation.
Voir plus Voir moins

L'Enterrement Alexis Nilic
L'Enterrement

Théâtre






Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
ISBN : 2-7481-7871-8 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748178715 (livre numérique)
ISBN :2-7481-7870-X (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748178708 (livre imprimé)




PERSONNAGES

Le Notaire
Amalia
Jean-Jacques
Auguste
Pierre

et

André Léliev, trois russes,
une fanfare balkanique,
quatre porteurs de cercueil
(personnages muets)




La pièce se passe à Lyon. Tous les
personnages marchent, de la grand’place
Bellecour au confluent, derrière le cercueil,
ouvert, d’André Léliev.

9
10




ACTE 1


Scène 1

LE NOTAIRE
« À ceux qui voudront m’enterrer, voici ce
que j’ose demander : qu’ils suivent mon
parcours à tombeau ouvert de la place Bellecour
jusqu’au confluent dans une lente procession
noire, rythmée par les cuivres d’une fanfare
balkanique tonitruante et dramatique. Mon
cadavre soit en dernier lieu abandonné aux eaux
virulentes du Rhône, sans pompe ni
superstitions, je serai heureux ; c’est là qu’on me
dira adieu, c’est là que je disparaîtrai. Monsieur
le Notaire voudra bien, s’il lui plaît, lire à haute
voix ces quelques lignes avant le début de la
procession, dont il donnera comme le coup
d’envoi par ces mots : que la fête commence.
Telles sont mes pitoyables volontés. André
Léliev. » – Madame, Messieurs, que la fête
commence.
11