La Nouvelle Revue Française N
138 pages
Français

La Nouvelle Revue Française N' 342 (Aoűt 1942)

-

Description

Armand-M. Petitjean, France-Allemagne 42
Johann Wolfgang von Goethe, Satyros ou Le Faune fait Dieu
A. Rolland de Renéville, L'idéoréalisme de Saint-Pol-Roux
Anonymes, Guingamor
Eugčne Guillevic, Élégies
Henri Thomas, Le Précepteur
Document :
Émile Dermenghem, La Ransoun
Chroniques :
Pierre Drieu la Rochelle, Notes vraiment peu politiques
Ramon Fernandez, Corneille
Notes : poésie :
Maurice Chapelan, Paul Éluard tel qu'en lui-męme enfin... - Jean Follain ou Les succulences de la prose
Notes : musique :
Anonymes, Chopin, par Franz Liszt (Corręa)

Informations

Publié par
Date de parution 01 août 1942
Nombre de lectures 34
EAN13 9782072396601
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

CAHIERd'AOUT desÉditionsdela t nruf OUVRAGESPARUSDUAVRIL1942AU30JUIN1942
ROMANSRÉCITSGÉOGRAPHIE Carnage. Audiberti48MMarcelBlanchardGéographie desCheminsdefer.(Collec-AlbertCamusL'Étranger25» tion«GéographieHumaine».).75» CI.etL.DrozeL'Heureuse DurantyLe»malh.eur)d'Hen-eed.u7.50 Méprise.(Collection«duCOLLECTIONCATHOLIQUE Bonheur30M riette45MTempl JeanDanielouLeSign Gérard. HISTOIRE PentiiHaanpâàGuerredansle désertblanc30M GeorgesDumézilHoraceetles LouisGuillouxLePaindesCuriaces.(Collection«Les ».). Populiste).4827 Rêves(Prix»MythesRomains» RenéLaporteLesPassagers d'Europe.45 LITTÉRATURE » SimenonOncle Charless'estd'Or. HoffmannLeVaseLe enfaeVeurveCmoudéerc.27MChevalierGluck.(Collection ViolondeCrémone.Le 27a SimenonL Nami.StendhalAuxAmessensibles. «LesClassiquesAllemands».).30» BanineThillet32 M POÉSIELettreschoisiesetprésen-téesparEmmanuelBoudot-Lamotte. 2270 » AudibertiLaNouvelleOrigine.» Canisy. JeanFollain35a THÉATRE GuillevicTerraqué40 » HenriMichauxArbresdesTro-MarcelAchardThéâtreMade-pique .saire.40» 50MmoiselledePanama.LeCor-Pétrus. FrancisPongeLeparti-prisdes choses.(Collection«Méta-PHI»LOSO.PHI)E.s.50» TIRAGESRESTREINTS morphoses28» éventail PaulClaudelCentphrasespour vol. LéonarddeVinci Carnets, BriceParainEssaisurleLogos Platonicien. 2300» 40)») GALLIMARD 1942
I
OUVRAGESPARUSENJUILLET1942 CORRESPONDANCEDEBETTINAETDEGŒTHE,traduction deJEANTRIOMPHE. 6double-couronne Unvolumein-1636fr. (Collection«LesClassiquesAllemands»). CHOPARD-BERTINBERLIOZ-LAURENTLESMIGRATIONS ANIMALES. Unvolumein-16double-couronne38fr. (Collection«L'AvenirdelaScience»). CenouveauvolumedelaCollectionL'AvenirdelaScienceestsignéde quatrenomsdontchacunfaitautoritéensonpropredomaine.L'ensemble résultantdecettecollaborationapporteunedocumentationvraimentunique parl'abondanceetl'originalité. ROBERTDESNOSFORTUNES,poèmes. double-couronne. Unvolumein-1640fr. PIERRENAVILLELAPSYCHOLOGIE,SCIENCEDUCOMPOR-TEMENT. Unvolumein-16double-couronne38fr. (Collection«L'AvenirdelaScience»). .ParmitesSciencesdel'Avenirilfautcompterlapsychologie.Maisque faut-ilentendreparcemot? Enfaisantconnaîtrelacélèbredoctrinebehavioristede Watson,l'auteur montrecequechercheàêtrelapsychologiededemain,sousle'nomde «Scienceducomportement». RAYMONDQUENEAUPIERROTMONAMI,roman. Unvolumein-16double-couronne33fr. EnécrivantPierrotmonAmi,l'auteurapenséqu'évidemmentleroman détectiveidéal(lelecteurdevenanttropmalin)seraitceluinonseule-mentonneconnaîtraitpaslecriminel,maisencorel'onignoreraitmême s'ilyaeucrime,etquelestledétective. Un'grand savantl'adit«Ilyauncertainplaisiràignorer,parce quel'imaginationtravaille.»(ClaudeBernard.) HENRIVIGNESHYGIÈNEDELAGROSSESSE. hors-texte Unvolumein-8°soleil,comprenant745fr. (Collection«Savoir-Vivre»). LÉONARDDEVINCICARNETS,préfacede'PAULVALÉRYde l'AcadémieFrançaise,traduitl'ItalienparLOUISESERVICEN. Cetouvragecomprenddeux'volumesl'unde576pages,contenant 22reproductionsenhéliogravure,l'autrede500pages,contenant24repro-RAPPELvolumes ductionsenhéliogravure. Éditionreliéed'aprèslamaquettedePaulBonet,tirageà600exem-plaires,2450fr. L'AcadémiedesBeaux-ArtsadécernéàM.PaulLANDORMY,pourson livresurGluck,un-prixsurlaFondationBernier.É wL'AcadémiedesInscriptionsetBelles-LettresadécernéàM.Emile COORNAERTpoursonlivreLesCorporationsenFranceavant1789,le premierprixGobert. L'AcadémieFrançaiseadécernéleprixJuteaux-DevigneauxàM.Robert deLOTUREpoursonSaintFrançois-Xavier. 2
LANOUVELLE RevueFRANÇAISE
4A<MUï>$* l&r.OALUMASI»
t~ Mg¡ FRANCE-ALLEMAGNE42
Surlanécessitéd'uneententefranco-allemande,dans l'intérêtcommundelaFrance,del'Allemagneetdel'Eu-rope,iln'estpresquerienquin'aitétéprononcé, depuis deuxansbientôtquelegouvernementdeVichypratique, officiellement etavec desfortunesdiverses,lapolitique ditedecollaboration.Auxargumentsdepropagandedes deuxpartiesintéressées,nousvoudrionssimplement ajouterlesobservationssuivantes,quinesontàlamerci nidusortdesarmes,nidesfluctuationsdelapolitique, nidetelle outelleattitudedenosvainqueurs,nidenos impatiencesdevaincusetsurtoutd'occupés,parce qu'ellesjaillissentdenotrepassionfondamentaledejeunes révolutionnairesfrançais. Nousnesommespasde ceuxquipensentquelesrap-portsentrelaFranceetl'Allemagne,en1942,puissent donnerlieuàvariationsmondaines,sentimentalesou idylliques.Considérons-lesdansleurensemble,depuis qu'avecladissolutiondel'empiredeCharlemagne,en 843,celle-citenditàseconcentrerpuisàrayonnerautour dunoyauprussien,etcelle-là,del'Ile-de-France.Cesont essentiellement,avecquelquesmomentsdedétenteou d'effusion,desrapportsdetension.D'unetensioncomme iln'yeneutaucuneautreenEuroped'unecontestation permanenteentrelesFrançaisetleurscousinsgermains 9
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE commenousn'enavonsconnuniavecl'Espagneséparée denousparlesPyrénées,niavecl'Italieséparéeparles Alpes,nimêmeavecl'AngleterreséparéeparlaManche. Lagéographieetl'anthropologienesontpasseulesen cause.Sic'estducôtédunordetdel'estquenousavons euleplusgrandmalàtrouvernosfrontièresàvrai dire,aprèsdeuxmilleansd'histoiredeFrance,ellesne sontpasencoredéfinitivementfixéessilesplainesou lespénéplainesparlesquellesnousnousouvronssur l'Europecontinentale,lepays desBelges,ausensqueCésar donnaitàceterme,et l'ancienroyaumedeLothairesont danslemondeentierlesplusimbibésdusangdeshu-mainsilabienfalluquelavolontédeceux-ciintervînt danslanaturedeschoses,quicomportaitautantdefac-teursd'entente,etmêmedefusion,qued'opposition. Nousnecesseronsdeproclamerletrèshautprixetle sensprofondduheurtdecesvolontés.Avantmêmeque laFranceetl'Allemagne,constituéesenEtats,son-geassentàsedéfinirpolitiquementl'unecontrel'autre, elless'opposaientparmétaphysique,etmêmeparla mystique.Onpasseinsensiblementdesgrandesplaines dunorddel'Europeàl'Ile-de-France.EntreMarienburg etnotreCité,leslignesdecrêtelesplusélevéesnedépas-sentpasdeuxàtroiscentsmètres.Etdemêmeentrele mondefrançaisetlemondeallemand,surledoubleplan delaraceetdelacivilisation,Rhénans,Belges,"Alsaciens-LorrainsetSuissesfigurenttouteslesformesdetransition humainementconcevables.MaisDieului-mêmereconnaît-il pourlesfilsd'unemêmemère,d'unemêmeEurope, RolandetSiegfried,saintLouisetFrédéricBarberousse, Jeanned'ArcetMachtildedeMagdebourg,Richelieuet leGrandFrédéric,BossuetetLuther,DescartesetFaust, VaubanetvonClausewitz,Saint-JustetHeinrichvon Kleist,oucesJacobins,avecleCésarfrançais,etces grands-prussiensd'après1806,aboutissantàBismarck etHitler,quiresterontlesunsetlesautrescommeles
FRANCE-ALLEMAGNE42 plusmagnifiquesexemplesdevolontédepuissance,dans l'histoired'Occident? Leshommesontpesédetouteleurvéhémence,depart etd'autreduRhin,pourqueles"principesquileuront permisjusqu'icidevivreetdes'affirmerentrassenten guerre,bienaudelàducliquetisdesarmes,aveclanetteté deladialectiquedanscetteopposition,ilsontjusqu'ici trouvé leurforceetleursaises.Maisquiferalasynthèse entrelapuissanced'assimilationethniqueoulerayonne-mentdelacivilisationfrançaise,et'leregroupementdu mondegermaniquesurleprincipedelapuretéraciale,ou laforced'expansionculturelledesAllemands;entre notreÉtatdestinéàservirnotreappétitdebonheur?etle leur,quidresselavolontédepuissancedesindividus; enfindecompte,entrenotreEuropefédéraliste,capita-liséeàl'extrêmepointeducontinent,etleurEuropeuni-'taire,drainantl'estetl'ouestverslecentre,axéesur l'Empiredumilieu?Considéronsmêmeauplusbas,au plussacrédel'échelle,ledeuxièmeclassefrançaisetalle-mand.LeFrançaisabordel'étrangercommes'ilétait Français;l'Allemandnese'posequ'enopposant,il éprouvetouràtoursasupérioritéetsoninférioritésur toutautre. Pourtantlesheurtsdesvolontés,lescontrastesviolents decettedialectiquepassionnelleet,d'unboutàl'autre del'histoire,lavieorageuseducoupleFrance-Alle-magnenepeuventdissimulerlesaffinitésélectivesde nosdeuxpays.Lahainen'estpasplushéréditaireici-bas quel'amourenfaitd'immuable,iln'yaguèredansles relationshumainesquel'indifférence.Orjamaislegénie nil'histoiredenosdeuxpaysn'ontétéprivésdesensl'un pourl'autre. DutraitédeWestphalieàIénaetmêmeàVer-sailles,lapuissancefrançaise,lapremièreàs'organiser surlecontinent,apesélepluslourdementsurlesdestins del'Allemagne.DepuisNapoléon,lapeurdelaforcealle-mandeafinipardevenirunefatalitéfrançaise.Mais nos
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE guerres,noshainesmêmeonteuleurtempsdefécondité. SilaFrancedesdeuxNapoléon,etmêmedeClemenceau, n'avaitpasexisté,Stein,BismarcketHitlerauraientinventerl'enneminationalcontrelequelpûtsefaire l'unitéduReich.Sansl'avancehistoriquedelaFrance,qui danssesrôlescontrairesd'initiatriceetd'inhibitricepréci-pita,souventàsespropresdépens,lesgrandesconstella-tionspolitiquesdel'Europemoderne,peut-êtrequel'Al-lemagne(commed'ailleursl'Italie)seraitloinencoredu combledesapuissance.Al'inverse,sanslamenacealle-mandeetcettegardeàmontersurleRhinquenousassi-gnaientd'abordnotrehistoirepassée,puislavolontédes Anglo-Saxons,ilestprobablequelepeuplefrançais, aveugléparsonappétitdebonheur,privédepolitiqueet dechefsvéritables,sefûtprécipitéplusrapidementencore verssadésagrégationintérieure,etsadécadencedansle monde. Aussi,nousnepensonspasquedesvariationssenti-mentalessurlethèmebienfrançaisdeSiegfriedetdu Limousin,ousurlethèmetropallemanddubonheuret duDieufrançais,suffisentàfondredeuxvolontésfarou-chementdresséessurlesbordsdugrandfleuvequi,cou-pantensonmilieul'Occident,futdepuiscentcinquante ansl'épinedorsaledel'Europe.Certainefaçonallemande d'idylliserlaFranceradicaleetpetite-bourgeoise,celle deladécadence(jepenseparexempleaulivresibieninten-tionnédePaulDistelbarth)nevautguèremieuxqueles rêveriesfrançaises,centquaranteansaprèsMmedeStaël, surl'Allemagnedespenseursetdesmusiciens.Cen'est pasnonplusl'estimeréciproquedescombattantsquiles empêcherades'entretuer.«Vousêteslesseulscontre lesquelsnouspuissionsnousbattresérieusement»,me disaiten1939unchefdelaHitlerjugend:(Plûtauciel qu'en1940.) L'ententefranco-allemandeserapolitiqueetactive, entreuneFranceforteetuneAllemagneforte,entreles
FRANCE-ALLEMAGNE42 FrançaislesplusdurementfrançaisetlesAllemandsles plusdurementallemands,ouelleneserapas.Ellenese feranisurlepointdevuefrançais,nisurlepointdevue allemand,maisauserviced'unecausecommune,etcontre desennemiscommuns.Toutcequelerèglementfinal entrenosdeuxpeupleslaisseradansl'ombrereparaîtra fatalementaugrandjour,sousuneformemeurtrière. Etpourparlernet,ilnesuffitpasdedésarmermatériel-lementl'undesprotagonistesoudebannirlaguerrefranco-allemandedanslesdiscours,encorefaut-ill'éliminerdes arrière-pensées.Puisquenoussommescettefoislesvaincus, etlespremierstentésdereprendrelesarmes,nousautres, jeunesrévolutionnairesfrançais,voulonsnousexpliquer àfondsurcepoint. S'ilestunmotbienfrançais,c'estceluiderevanche dontusentlesAllemandsmêmes.S'ilyadesgarçonsen Francequionthorreurdupacifismeetdel'espritdesou-mission,c'estnous;descombattantsqu'enjuin1940la honteafouettésenpleinvisagenousencore.Quifait quenousn'épousonspaslesréactionstraditionnellesdes vaincusvaleureux,quineveulentlaverleurdéfaiteque danslesangdesvainqueurs?Pourquoinous,quinous placionsphysiquementetmoralementàlapointedela guerrepourrie,nesommes-nouspasàlatêtedelarésis-tanceàl'occupation?Nouspourrionsprendreexemple surlafleurdelajeunesseallemandeaprèsl'armisticede 18.EtnousnecacheronspasquelalecturedesRéprouvés nousarrachedessoupirsderegretetd'envie.Plûtauciel quenotrevoiefûtaussisimpleetindiscutable.Mais encore,deGaulle,seslieutenants,seshommesauxquels lesItaliensmêmesviennentderendrehommage,quiles sépareànosyeuxdeschefsdecorpsfrancs,dansl'Alle-magnedeWeimar?Quelledifférenceentre leurSchlageter etnosterroristes? Quelesfuyardsricanent,etlesémigrants,etlescapitu-lardsaussilapeur,devantl'Allemand,nenousaguère C
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE émus.Maisjamaisleshérosquipermirentàl'Allemagne oppriméederespirerencoredesboufféesdegloireetde liberténesefussentmisauservicedel'étranger.Onn'ima-ginepasunEhrhardtprenantsesordresàLondresouà Moscou,mêmecontreParis.CommenosJacobins,c'est del'ennemiintérieuretparfoisd'eux-mêmesautantet plusquedesRouges,desPolonais,desTchèquesoudes Français,qu'ilsvoulaientsesauveretsauverl'Allemagne. MoellervandenBruckosaitprononcer«Ilnousfallait perdrecetteguerrepourreconquérirl'Allemagne.»Et pourtant,Dieusaitsileproblèmedelareconquêtede leurpatriequiavaittenutêtependantquatreansàla moitiédumondeautrementditleproblèmedelarévo-lutionintérieureétaitmoinspressantpourlesAlle-mandsqu'enFrance,presquetous,noscadresphy-siquessesonteffondrésaupremiersouffledesblindés adverses,etlenational-socialismejetteletroubleoula paralysiechezpresquetousnosguidesmorauxouspiri-tuels.Nousproclamonsd'abordqueriennenousdétour-neradecetteresponsabilitéprimordialedevantlanation française,pasmêmelesréactionsspontanéesdusenti-mentnationaldevantl'occupation.Etnousosonssoutenir quenousneregrettonspascetteguerre,nid'avoirsou-haitécetteguerre,quimetenfinlesrévolutionnairesfran-çaisenposturerévolutionnairereconquériretinstaurer laFranceessentielle,aulieudeconserverunhéritagequi perdaitchaquejourdavantagedesavaleurréelle. Maisencoresinouspensionsquel'exploitation,même démagogique,d'unepassionantiallemandeabsolue,enga-geante,catalysatrice,pouvaitservirsérieusementlacause denotreRévolution,demêmequeHitlerutilisaitleres-sentimentcontreletraitédeVersaillespourlacréationde sonIIIeReich,nousnousylivrerionsaussitôtsanspeur etsansvergogne.Demême,sinouspensionsqu'une nouvelleguerrecontrel'Allemagnecontribueraitànotre salut,nouslapréparerionsdèsmaintenant,dansl'infime