Les Cinq étapes de l’illumination
Français

Les Cinq étapes de l’illumination

-

Description

Dans le bouddhisme mahāyāna, la concentration est une faculté déterminante que quiconque prétend à l'illumination doit développer largement. Fondée en grande partie sur la concentration, la pratique de la récitation du nom de bouddha, appelée parfois également nostalgie de bouddha, est l'un des moyens les plus recommandés pour se rapprocher plus rapidement de l'illumination. Le Śūraṃgama-sūtra nous apprend qu'elle fut proposée par un grand bodhisattva, Mahāsthāmaprāpta, qui l'avait imaginé pour l'aider à maintenir sa pensée sur le bouddha Amitābha.
Le grand maître bouddhiste Xiao Ping-Shi nous enseigne dans cet ouvrage comment pratiquer cette méthode pas à pas. Dans un langage clair et accessible, il nous apporte des éléments nous permettant de mieux comprendre comment nous exercer avec succès à cette nostalgie de bouddha et pratiquer une concentration juste et efficace, conforme à ce qu'avait demandé à ses disciples le Bouddha Shakyamuni deux-mille-cinq-cents ans plus tôt.
La lecture de ce texte est donc la source d'un nombre immense de bienfaits pour tous ceux qui ne savent pas comment pratiquer le bouddhisme autant que pour ceux qui, déjà avancés sur le chemin, souhaitent progresser encore. La méthode de la récitation du nom de bouddha en effet s'adresse à tous les pratiquants, qu'ils fassent leurs premiers pas dans le bouddhisme ou qu'ils soient déjà des pratiquants chevronnés, et c'est là l'une seulement des grandes richesses de ce livre.

Informations

Publié par
Date de parution 22 mars 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9791022757706
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Association du Vrai Cœur Les Cinq étapes de l’illumination La Récitation du nom de Bouddha 如何契入念佛法門
Maître Xiao Ping-Shi 平實導師
Les livres publiés par l’association du Vrai Cœur : Une Autre vie au Tibet. Considérations sur le vrai sens de la vie. La douce pluie du nectar dans le dharma. La Vision erronée et l'enseignement du Bouddha. Les huit frères Le Bouddhisme tel quel Pensées d'un maître illuminé Осемте братя Един предишен живот в Тибет Будизмът такъв, какъвто е Los Ocho Hermanos Les huit frères - Восемь братьев La lluvia del néctar en el dharma Осемте прекрасни умове - The Eight Wondrous Minds. Les huit esprits merveilleux Los ocho maravillosas mentes Die Acht Wundersamen Bewusstseine Les Cinq étapes de l’illumination Ce livre a été publié sur www.bookelis.com © Association du Vrai Cœur Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de ce livre.
La Récitation du nom de Bouddha
Préface Dans le bouddhismemahāyāna, la concentration est une faculté déterminante que quiconque prétend à l’illumination doit développer largement. Fondée en grande partie sur la concentration, la pratique de la récitation du nom de bouddha, appelée parfois également nostalgie de bouddha, est l’un des moyens les plus recommandés pour se rapprocher plus rapidement de l’illumination. LeŚūrangama-sūtranous apprend qu’elle fut proposée par un grand bodhisattva,Mahāsthāmaprāpta, qui l’avait imaginé pour l’aider à maintenir sa pensée sur le bouddha Amitāb ha.  Le grand maître bouddhiste Xiao Ping-Shi nous ens eigne dans cet ouvrage comment pratiquer cette méthode pas à pas. Dans un langage clair et accessible, il nous apporte des éléments nous permettant de mieux comprendre comment nous exercer avec succès à cette nostalgie de bouddha et pratiquer une concentration juste et efficace, conforme à ce qu’avait demandé à ses d isciples le Bouddha Shakyamuni deux-mille-cinq-cents ans plus tôt.  La lecture de ce texte est donc la source d’un no mbre immense de bienfaits pour tous ceux qui ne savent pas comment pratiquer le bo uddhisme autant que pour ceux qui, déjà avancés sur le chemin, souhaitent progres ser encore. La méthode de la récitation du nom de bouddha en effet s’adresse à tous les pratiquants, qu’ils fassent leurs premiers pas dans le bouddhisme ou qu’ils soi ent déjà des pratiquants chevronnés, et c’est là l’une seulement des grandes richesses de ce livre.  Association du Vrai Cœur
A propos de l’auteur 1944 dans un peti t village au cœur de Taïwan.Le maître Xiao Ping-Shi est né en Issu d’une famille d’agriculteurs, il baigne dès pe tit dans le bouddhisme, puisque son père et sa grand-mère adhèrent à cette philosophie. Quand il perd sa mère à treize ans, il a pour la première fois l’intuition que le monde est impermanent. Adolescent, il se passionne pour la méditation et pour toutes sortes de méthodes proposant un contact avec l’au-delà. Il étudie également le taoïsme, les arts martiaux et la médecine chinoise, et n’approuve ni la superstition ni l’idé e d’un dieu unique.  Après qu’il a achevé son service militaire, il qu itte la maison de son père et cherche du travail à Taipei. Il lui faut cinq ans pour crée r une chambre des notaires. En 1985, après avoir rempli la fonction de notaire durant di x-huit années, il fait le choix de devenir pratiquant bouddhiste. Il soutient alors av ec beaucoup de constance et de vigueur l’enseignement du Bouddha. Il commence par diffuser la méthode de récitation du nom de Bouddha. Très vite il maîtrise la nostalg ie de Bouddha sans image mentale.  En 1989, il commence, à travers la méditation, sa quête de la vérité. Il se rend en Inde la même année et y éprouve très fréquemment de curieuses impressions de déjà-vu. Rentré à Taïwan, il ferme la chambre des notaires qu’il avait fondée et consacre son existence à l’enseignement du Bouddha et à la reche rche de la vérité.  En novembre 1990, il rompt tout contact avec le m onde extérieur et reste cloîtré chez lui durant dix-neuf jours. A l’issue de cette période, il accède à l’illumination. C’est à partir de là qu’il étudie les sutras majeurs du b ouddhisme, notamment les sutras des trois chemins debodhi grâce auxquels il reçoit la confirmation qu’il est effectivement illuminé.  En 1991, il organise ses premières conférences su r l’enseignement du Bouddha dans trois grands centres bouddhistes taïwanais. Du rant six années il ne cesse de propager le dharma et grossit ainsi le nombre de se s auditeurs. 1  En février 1997, il crée l’Association des Êtres Illuminés , où il continue d’enseigner des sutras tels que leLakāvatāra Sūtra, leŚūragama Sūtra, le sutra desUpāsaka Precepts, leŚrīmālādevī Sihanāda Sūtra, le sutra du Diamant, lePrajñāpāramitā Sūtra, le sutra du Lotus, et bien d’autres encore.  Il écrit beaucoup : plus d’une centaine de livres sont parus, qui expliquent ce qu’est le bouddhisme :Le bouddhisme zen avant et après l’illumination, lesConsidérations sur le sens de la vie… Son objectif est de permettre aux pratiquants d’a ccéder plus aisément à la pratique du bouddhisme.
La pratique d’une concentration durable Laa pratique est aisée, tantrécitation du nom de Bouddha est une méthode dont l pour les personnes qui ont des facilités à se conce ntrer que pour celles dont l’esprit se disperse à tout vent. C’est donc une méthode qui co nvient fort bien à la vie stressante de l’homme moderne, et qu’il n’aura pas de mal à as similer. Un enfant, un vieillard, un professeur d’université, un commerçant, une personn e analphabète peuvent réciter le nom du Bouddha. Cette récitation cultive la confian ce dans l’enseignement bouddhiste et apporte au pratiquant plus ou moins de bénéfices en fonction de ses karmas passés. Si quelqu’un peut comprendre l’enseignement du Boud dha de façon approfondie, en analyser et synthétiser le contenu, et associer cette étude à la récitation du nom du Bouddha, il sera en mesure de parvenir à l’illumina tion et de voir la nature de bouddha.  Il est regrettable que certains se croient si dou és que, refusant par orgueil de réciter le nom du Bouddha, ils laissent s’échapper tous les bénéfices que cette pratique pourrait leur apporter. C’est réellement dommage. R éciter le nom du Bouddha est à la portée de n’importe qui. Toutefois, selon la « cartographie karmique » et les connaissances de chacun, les fruits de cette pratiq ue peuvent être très différents. Nous allons aujourd’hui expliquer ce que sont ces différents fruits, ces différents états que cette pratique peut nous procurer : 1. D’aucuns récitent le nom du Bouddha au gré de leur humeur. Ceux-là sont encore débutants et ne comprennent pas l’intérêt de cet ex ercice. Leur récitation est vide, elle n’est qu’une somme de mots dissociée des pensé es correspondantes. Quand ils entendent quelqu’un leur recommander cette prat ique, ils imitent, en apparence, ceux qui la suivent. Mais, si leur bouche articule le nom du Bouddha, de nombreuses pensées indésirables traversent leur esp rit et les attachent aux cinq nœuds inférieurs (avarice, colère, ignorance, préte ntion, doute). Même s’ils suivent des enseignements pour appliquer cette pratique, un peu de vent et de pluie, une mauvaise nouvelle peut-être suffisent à les faire r enoncer. Et même si rien de tout ceci n’arrive, ils ne citeront le nom du Bouddha qu e lorsque l’envie leur viendra, en laissant, qui plus est, leur esprit errer parmi des pensées en tous genres. 2. D’autres parviennent à réciter le nom du bouddha sa ns discontinuer. Ceux-là ont nourri par le passé de saines relations avec le bou ddhisme et ont produit pour eux-mêmes de bons karmas, en sorte que, à présent, ils rencontrent toujours certaines personnes bienveillantes pour leur enseigner la réc itation du nom du bouddha. Ils s’entourent souvent de pratiquants bouddhistes qui les aident à mieux comprendre l’intérêt et les bénéfices de cette pratique. Ils p arviennent alors très rapidement à réciter mentalement le nom du bouddha, à s’y abando nner pleinement et sans arrêt. Nous trouverons parmi ces gens, par exemple, quelqu ’un qui n’aura jamais récité le nom du bouddha. Mais un jour, l’un de ses proches l ui enseigne cette méthode. Lorsque cet être bienveillant décède, ses amis pren nent le relais et récitent le nom du bouddha pour le nouveau pratiquant, ce qui, à te rme, produit chez ce dernier un effet miraculeux : il perçoit quelque chose d’ordin aire invisible à l’œil, une vision transcendante, et par cette vision il comprend et a ccepte le sens de la récitation du nom du bouddha. Il en vient alors à s’exercer à cet te pratique avec la plus grande assiduité, et peu à peu son entendement lui permet d’appréhender clairement ce qu’est l’enseignement du Bouddha et les bénéfices q u’il en peut obtenir. Il peut
alors formuler le grand vœu d’un jour devenir un bo uddha. 3. Certains récitent le nom de bouddha tout en étant e n nostalgie de bouddha. Ceux-là ont déjà la connaissance au sujet de la terre céles te de bouddha, la terre d’Amitabha bouddha en général, et y croient sincère ment. Ils adhèrent aussi à la réalité des quarante-huit vœux d’Amitabha Bouddha, que le Bouddha Sakyamuni lui-même expliqua en son temps. Pour eux, la récita tion du nom de bouddha ouvre la porte aux paradis, et ils désirent s’y rendre. I ls cherchent différents moyens d’améliorer leur concentration et à comprendre l’ef ficacité de ces moyens. Ils espèrent aussi, à travers les livres des maîtres, a pprofondir leur pratique. Ils comprennent que la récitation par la parole du nom de bouddha est une chose bien différente de la récitation par la pensée. Ils save nt que la récitation du nom de bouddha passe d’abord par une récitation orale, ava nt de parvenir à une récitation mentale et, enfin, à une récitation mentale cumulée à un état constant de nostalgie de bouddha. Lorsqu’ils parviennent à ce dernier éta t, ils deviennent capables de n’être pas perturbés par les pensées indésirables q ui pourraient traverser leur esprit. Ainsi peuvent s’exercer ces pratiquants, av ec persévérance et sans discontinuer.