//img.uscri.be/pth/ef655ecd7357975c9c72e77d27476b845a3d3b70
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Babel revisitée

De
294 pages
A travers l'analyse de l'expérience linguistique vécue, des pratiques artistiques et des oeuvres, comment peut-on penser aujourd'hui le mythe de Babel, le bilinguisme, la rencontre entre les arts telle qu'elle se développe sur la scène contemporaine ? En confrontant cet ancien mythe à la déréalisation actuelle du monde, que pouvons-nous observer et découvrir au niveau de l'entre-deux langues, des arts vivants, du théâtre ou du spectacle ?
Voir plus Voir moins
La collection du CTEL THYRSE3 Université de NiceSophia Antipolis
Babel revisitée L’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène
sous la direction de Béatrice Bonhomme, Christine Di Benedetto et JeanPierre Triffaux
BABEL REVISITÉE
L’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène
Collection THYRSECe numéro est le troisième d’une nouvelle collection du C.T.E.L.Centre Trandisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants (Littérature, Musique, Théâtre, Danse) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis.* Il est également le premier volet d’une série de recherches sur Babel.*  Qu’est-ce qu’un thyrse ? nous explique Baudelaire : «[...] ce n’est qu’un bâton, un pur bâton, perche à houblon, tuteur de vigne, sec, dur et droit. Autour de ce bâton, dans des méandres capricieux, se jouent et folâtrent des tiges et des fleurs, celles-ci sinueuses et fuyardes, celles-là penchées comme des cloches ou des coupes renversées. Et une gloire étonnante jaillit de cette complexité de lignes et de couleurs, tendres ou éclatantes. Ne dirait-on pas que la ligne courbe et la spirale font leur cour à la ligne droite et dansant autour dans une muette adoration ?»  Le thyrse est donc la représentation d’une dualité réconciliée et notre collection, émanation de notreCentre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, accueillera régulièrement des actes de colloques universitaires, des séminaires, des articles critiques, mais fera également place, dans ses volumes, à la création et à l’art grâce à des textes de fiction, des textes poétiques, des contributions artistiques.  Ligne droite et ligne arabesque s’uniront ainsi dans une harmonie inventive.
sous la direction de Béatrice Bonhomme, Christine Di Benedetto et Jean-Pierre TriffauxBABEL REVISITÉE
L’intervalle d’une langue à l’autre,
du texte à la scène
Colloque international Le mythe de Babel revisité ou l’intervalle d’une langue à l’autre, du texte à la scène Nice 10-11 mars 2011Actes réunis par Béatrice BONHOMME,Christine DIBENEDETTOet Jean-Pierre TRIFFAUX
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00115-9 EAN : 9782336001159
Re m e r c i e m e n t s  Le Comité d’organisation du colloque souhaite remercier les partenaires institutionnels qui ont contribué par leur aide financière et logistique à cette manifestation : Université de Nice-Sophia Antipolis ;UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines ; LaboratoiresCTEL,CIRCPLES/LIRCES,RITM; Master Erasmus Mundus Spectacle vivant ; Départements des Arts, Études hispa-niques et Lettres modernes ; Relations Internationales ; Théâtre national de Nice.  Par ailleurs, le Comité tient à exprimer ses vifs remerciements à Paul Chariéras, comédien professionnel au Théâtre national de Nice (direction : Daniel Benoin), qui a accepté de donner une représentation supplémentaire 1 deL’Art du délire ou le délire de l’art ,dans le cadre du programme du colloque Le Mythe de Babelrevisitéd’autoriser la reproduction des photographies et 2 extraites duDVDdu spectacle .  Notre reconnaissance s’adresse enfin à Danielle Pastor, secrétaire du CTEL, pour la patience constante et infinie avec laquelle elle a accompagné le déroulement du colloque, puis la mise au point et la publication de ce nou-veau numéro de la Collection Thyrse. Qu’elle reçoive ici notre gratitude la plus profonde.
1 Cf. http://alpes-maritimes.foxoo.com/_internautes/0000006120/photos/tryptiques% 20040211.pdf ; http://www.lesarchivesduspectacle.net/?IDX_Spectacle=27651, sites consultés le 04/04/2012. 2 L’Art du délire ou le Délire de l’art, Théâtre national de Nice en association avec le C.D.N. Nice Côte d’Azur, textes d’Antonin Artaud, mise en scène et interprétation de Paul Cha-riéras [enregistrement de la représentation supplémentaire donnée le jeudi 10 mars 2011, à 21h30, au TNN, dans le cadre du colloqueLe Mythe de Babel revisité. Un dialogue impro-visé entre Paul Chariéras et le public fait suite au spectacle].
Pr é f a c e Béatrice BONHOMMEChristine DIBENEDETTOJean-Pierre TRIFFAUXUniversité de Nice-Sophia Antipolis  Nous sommes partis d’un constat assez banal : celui de la 1 « déréalisation » et de la « dématérialisation » du monde qui touchent à la fois la sphère de notre vie privée, personnelle, intime, et le quotidien de nos activités professionnelles, pédagogiques, artistiques ou scientifiques. Ce phénomène de déréalisation et de dématérialisation se traduit aussi bien par des effets positifs (interactions, mobilisations, avancées) que par des effets négatifs (absence, confusion, régression). À l’occasion de ce colloque, nous avons cherché à savoir si cela affectait en profondeur et durablement le cœur de nos activités – réalisations, objets de recherche – ou si, au contraire, il ne s’agissait que d’une tendance momentanée, provisoire et conjoncturel-le, une sorte d’inflexion qui a lieu à la surface des choses. Nous avons appli-qué cette interrogation et cette quête à un champ de recherche transdisciplinaire : les langues et la création littéraire, les arts vivants et le théâtre. Et, plus particulièrement, nous avons exploré les questions liées au bilinguisme et à la rencontre ou à l’hybridation entre les arts. Pour réunir les propos, disciplines, modes d’approche, il fallait chercher à mieux compren-dre l’entre-deux qui séparait et/ou réunissait les pôles, les réalités des objets, les disciplines et les méthodes, sur lesquels nous travaillons : langues, arts, poésie, traduction, adaptation, interdisciplinarité, transdisciplinarité. La 2 déréalisationet ladématérialisationdu monde conduisent à mêler la fiction et la réalité, parfois à les confondre. Aussi, était-il intéressant et utile de se de-mander si cette perte des repères entre réel et imaginaire, se répercutait, par exemple, au niveau des langues, des arts vivants et du théâtre ? Et comment se vivait-elle ? Se manifestait-t-elle ? Afin de circonscrire et de délimiter un
1 Cf. Jacinto Lageira,La Déréalisation du monde. Réalité et fiction en conflit, Paris, Éditions Jacqueline Chambon, 2010 ; Jean-Claude Guillebaud,La Vie vivante. Contre les nouveaux pudibonds, Paris, Éditions des Arènes, 2011. 2 Idem.