//img.uscri.be/pth/28020c5118cfdebe0d314ae5254370ede0a56462
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Blues au village

De
68 pages
D'une écriture trempant ses guêtres dans la chair de l'Afrique, les textes de ce recueil se laissent saisir par le néophyte. En même temps qu'il donne une image privilégiée des émotions qui agitent la conscience du poète (la vie, la mort, l'amour, la joie), il scande l'humanité qui risque de s'éteindre en l'homme; soulève le couvercle du temps pour laisser s'échapper les monstruosités qui l'enserrent telles l'hypocrisie, la tyrannie, les luttes de pouvoir, les guerres, les crises.
Voir plus Voir moins

Ele MemvoutaBLUES AU VILLAGE
BLUES AU VILLAGE
D’une écriture trempant ses guêtres dans la chair de l’Afrique
Poèmesde toujours, balançant avec douceur à la caresse du vent de la
modernité, les textes de ce recueil de poèmes se laissent saisir
par le néophyte. Sous une indolence de surface qui, en fait,
se confond avec de la modestie, le mot se revendique y être
la première puissance mondiale. En même temps qu’il donne
une image privilégiée des émotions qui agitent la conscience
du poète (la vie, la mort, l’amour, la joie), il scande l’humanité
qui risque de s’éteindre en l’homme, la revêtant du sceau de
l’immortalité ; soulève le couvercle du temps pour laisser
s’échapper les monstruosités qui l’enserrent telles l’hypocrisie,
la tyrannie, les luttes de pouvoir, les guerres, et les crises
savamment orchestrées.
De son berceau de providence aux extrémités du globe,
éveillé ou rêvant, le mot du poète traque le délit et ses acolytes.
Ele Memvouta est camerounais. Il a fait toutes ses études
dans son pays. Musicologue, caricaturiste, journaliste,
et écrivain, il est actuellement enseignant de français à
Douala. Blues au village est son premier recueil de poèmes.
Photographie de couverture :
© Nicolas Buffer, projet 365 – 278/365 :
Répétition du vendredi soir, la clarinette basse.
ISBN : 978-2-343-04211-4
Lettres camerounaises
10 €
BLUES AU VILLAGE
Ele Memvouta






Blues au village

Lettres camerounaises
Collection dirigée par Gérard-Marie Messina


La collection Lettres camerounaises présente l’avantage du
positionnement international d’une parole autochtone
camerounaise miraculeusement entendue de tous, par le moyen
d’un dialogue dynamique entre la culture regardante – celle du
Nord – et la culture regardée – celle du Sud, qui devient de plus en
plus regardante.
Pour une meilleure perception et une gestion plus efficace des
richesses culturelles du terroir véhiculées dans un rendu littéraire
propre, la collection Lettres camerounaises s’intéresse
particulièrement à tout ce qui relève des œuvres de l’esprit en
matière de littérature. Il s’agit de la fiction littéraire dans ses
multiples formes : poésie, roman, théâtre, nouvelles, etc. Parce que
la littérature se veut le reflet de l’identité des peuples, elle alimente
la conception de la vision stratégique.


Déjà parus

André Léonard TIAGNI, Une apparition surnaturelle, 2014.
Christian TIAKO, L’albinos, 2014.
Tekam TAGNE, Intrigues de couloir dans le marché du bâtiment,
2014.
Béatrice AMMERA MENDO, La vie se moque d’être aigre-douce,
2014.
Gabiel TAGNE, Cellule, 2014.
OPIC SAINT CAMILLE, Un cœur n’aime qu’une seule fois, 2014.
Rabiatou NJOYA, Les cloches du prédateur. Œuvres variées,
2014.
Emmanuel NDJERE, Une vie austère ou une galère ? Entre
tradition et modernité en Afrique, 2014.
Gabriel DEEH SEGALLO (coord.), L’Enfant Bamiléké et autres
nouvelles. Anthologie des écrivains Bamougoum, 2014.
ÉPINGLÉ, La poubelle ou Les mystères de la vie, 2014.
Moussa MBOUÉ, La démocratie de la Calmantie, 2014.
Ele Memvouta



Blues au village

Poèmes
























































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04211-4
EAN : 97823430142114




Tous les adversaires
Chevronnés de l’imbécillité

À Mongo Béti
(30 juin 1932 – 07 octobre 2001)
Le puiné qui retroussa
Les manches de la parole

À Ange Stella Lolita NSE’E ELE,
Cette toute petite fleur, chère à mon cœur, le
bonheur de cette saison de joies.