Bob, le corps métallique

-

Livres
282 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quelque part dans la campagne belge, au fond de sa cave, Bob travaille dans le plus grand secret, avec pour seule con?dente son épouse Binta. Savant guinéen autodidacte dans son domaine, il trouve des cobayes pour ses expériences et ?nance la publication de ses recherches grâce à des hold-up inoffensifs. Mais son extraordinaire découverte attise vite toutes les convoitises. Révolution ou cadeau empoisonné offert à l'humanité? En attendant c'est le destin de ce génie hors norme qui est en jeu. Poursuivit par Al-Qaeda et la mafia, kidnappé et condamné à mort par une organisation internationale, survivra-t-il pour voir le sort de son invention? C'est à un rythme d'enfer que M. Saydou Barry nous plonge dans les aventures improbables de ce héros malgré lui jusqu'à un final riche en promesse.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 juin 2014
Nombre de visites sur la page 6
EAN13 9782342024685
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0086 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Bob, le corps métallique
Du même auteur
Impacts immergés, éditions Publibook, 2006
M. Saydou Barry Bob, le corps métallique
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0119573.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2014
Si l’homme pouvait, au niveau actuel de l’évolution de son âge mental, disposer d’un corps de rechange, en acier inoxydable, qui lui procurerait une durée de vie quasi éternelle, serait-il suffisamment sage pour en faire bon usage ?
I. Le vieillard cambrioleur
Nous sommes au début du mois de mai. Un bel après-midi ensoleillé du printemps. C’est l’heure de la fermeture d’une supérette dans une petite commune de la région de Lille, France. Après s’être longtemps prélassé sous le soleil, sur le banc d’un petit jardin, à proximité de la superette, un vieil homme noir qui avait l’air d’avoir au moins 85 ans, s’était retrouvé dans la file parmi les tous derniers clients. Il était même le dernier dans sa file. D’ailleurs il avait fallu que l’un des employés lui dise que c’était l’heure de la fermeture, pour que le vieux cesse de flâner entre les allées comme un idiot qui ne savait pas ce qu’il cherchait. Il portait un costume gris et une cravate rouge sous un manteau de cuir marron. À la main droite, il tenait une canne et s’y appuyait légèrement en marchant et, à la main gauche, une petite sacoche noire en cuir bien ciré. Il avait le dos un peu voûté, probablement par le poids de l’âge, plus accentué sur le haut du dos comme s’il avait une bosse entre les omoplates. Il avait le front dégagé mais froncé par des rides irrégulières et les cheveux crépus courts, mais touffus, légèrement bouclés et complètement blancs qui ne laissaient paraître aucun soupçon de calvitie. Une paire de lunettes claires, rondes, probablement pharmaceutiques étaient accrochées sur son nez épaté. Sa moustache blanche et touffue qui cachait sa lèvre supérieure faisait penser à Albert Einstein, mais le vieux avait une courte barbe blanche bien arrangée. Il inspirait respect, confiance et compassion. Tout le monde le saluait avec courtoisie.
9
Il y avait très peu de mouvement à l’intérieur du petit supermarché. Juste quatre employés y travaillaient : Deux caissières qui servaient les derniers clients ; Un jeune homme qui empêchait les retardataires de rentrer ; Un autre qui tirait un grand chariot et s’occupait à plier les cartons vides et à nettoyer les étagères. Le vieux monsieur avait mis sur le tapis roulant juste une bouteille de champagne. Quand son tour arriva, la charmante caissière, une jeune fille métisse d’environs dix-huit ans, aux longs cheveux ondulés, accrocha un sourire d’ange et lui parla comme si elle s’adressait à son grand père. — Hello old boy ! Vous avez quelque chose de spécial à fêter ? Sans même attendre de réponse, elle enchaîna : vous m’invitez ? — J’ai effectivement quelque chose à fêter, petite beauté ! Répondit le vieux en lui rendant son sourire qui exposait de très belles dents blanches et en lui faisant un malicieux clin d’œil. Je t’inviterais volontiers, mais tu serais entrain de dormir quand je la déboucherais. Donc désolé ! Ajouta-il. — Qu’est-ce qui vous fait penser que je dors très tôt ? — L’expérience ! — Bon ! C’est pas grave papy ! Ça vous fait 22, 35 euro ! Puisque le vieux lui paraissait hésitant ou peut être lent, elle ajouta : — Vous payez par banque contact ou bien par espèce ? — Pour moi c’est gratuit, ma belle ! La charmante caissière, bien qu’impatiente, souri quand même au grand-père qui cherchait probablement son portefeuille dans sa sacoche pour sortir des tickets restaurant. Pensa-t-elle. Le vieux papy, sans aucune hâte sortit un pistolet en plastique de couleur jaune et bleu et le dirigea vers la fille.
10