Chants de Giacomo Leopardi
16 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Chants de Giacomo Leopardi

-

16 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Universalis

Le recueil des trente-six poèmes et cinq fragments poétiques de Giacomo Leopardi (1798-1837), publié à Florence en 1831 puis, augmenté, à Naples en 1835, ne parut sous sa forme définitive, posthume, que dix ans plus tard.

Une fiche de lecture spécialement conçue pour le numérique, pour tout savoir sur Chants de Giacomo Leopardi

Chaque fiche de lecture présente une œuvre clé de la littérature ou de la pensée. Cette présentation est couplée avec un article de synthèse sur l’auteur de l’œuvre.

A propos de l’Encyclopaedia Universalis :

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 novembre 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9782852299764
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.
ISBN : 9782852299764
© Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.
Photo de couverture : © Monticello/Shutterstock
Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr
Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet : http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact
Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Encyclopædia Universalis .
Ce volume présente des notices sur des œuvres clés de la littérature ou de la pensée autour d’un thème, ici Chants, Giacomo Leopardi (Les Fiches de lecture d'Universalis).
Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).
CHANTS, Giacomo Leopardi (Fiche de lecture)
Le recueil des trente-six poèmes et cinq fragments poétiques de Giacomo Leopardi (1798-1837), publié à Florence en 1831 puis, augmenté, à Naples en 1835, ne parut sous sa forme définitive, posthume, que dix ans plus tard. Sa rédaction s’étendit, de manière discontinue, de 1818 à 1836. La place même de la poésie dans l’œuvre de Leopardi évolua selon l’espace que semble lui avoir laissé, dans son entreprise de désenchantement, la réflexion implacable de ce maître en matière de lucidité. Face à la connaissance désespérée à laquelle parvint Leopardi dans ses œuvres en prose, et d’abord dans son immense journal intellectuel, le Zibaldone , tenu de 1817 à 1832, la poésie est-elle refuge ou transfiguration ? À l’orée d’un romantisme que Leopardi tout à la fois annonce, réfute et dépasse, peut-il subsister un chant véritable, digne de la grande poésie lyrique des Anciens, « sommet du discours humain » mais aussi reflet des illusions heureuses, antérieures aux amères victoires de la raison ?
• La pure souffrance d’être
Leopardi use de la poésie tour à tour pour confirmer ou pour atténuer la radicalité de ses intuitions philosophiques, au premier rang desquelles l’assimilation de l’intelligence au malheur, la conscience d’une logique régressive de l’Histoire, l’intuition du double visage de la Nature (tantôt modèle pour les hommes, tantôt foncièrement inhumaine), et le sentiment – déjà profondément moderne – que le langage, désormais incapable de dire le monde, porte à jamais l’empreinte d’une plénitude révolue. L’homme, soutient Leopardi, espère du chant qu’il le « console » ou le « recrée » : « Dans mon enfance, quand la fête qu’on espère/ Avec tant de désir s’était évanouie,/ Moi, plein de douleur, les yeux ouverts,/ J’oppressais ma couche, et dans la nuit tardive,/ Un chant qu’on entenda