L

L'accentuation grecque

-

Livres
252 pages

Description

Parler avec des Grecs et en être compris ? Facile ! si on sait où et comment poser l’accent tonique.Si le grec ancien est polytonique, le grec moderne est monotonique : sa compréhension et son expression dépendent donc de la maîtrise de son accentuation. Ce manuel en donne les règles et les explique, même s’il faut utiliser des mots « savants » comme oxytons, paroxytons, proparoxytons, etc.Les exemples très nombreux (sans oublier les exceptions) proposés par Henri Tonnet nous ramènent systématiquement à la vie quotidienne.« Je parle grec parce que j’ai appris à l’accentuer : simple, non ? »


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 janvier 2018
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9782858312436
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
L'accentuation grecque
Henri Tonnet
DOI : 10.4000/books.pressesinalco.1513 Éditeur : Presses de l’Inalco Lieu d'édition : Paris Année d'édition : 2018 Date de mise en ligne : 10 janvier 2018 Collection : EuropeS ISBN électronique : 9782858312436
http://books.openedition.org
Édition imprimée Date de publication : 15 janvier 2018 ISBN : 9782858312429 Nombre de pages : 252
Référence électronique TONNET, Henri.L'accentuation grecque.Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Presses de l’Inalco, 2018 (généré le 17 janvier 2018). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782858312436. DOI : 10.4000/books.pressesinalco.1513.
Ce document a été généré automatiquement le 17 janvier 2018.
© Presses de l’Inalco, 2018 Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0
Parler avec des Grecs et en être com pris ? Facile ! si on sait où et com m ent poser l’accent tonique.Si le g rec ancien est polytonique, le g rec m oderne est m onotonique : sa com préhension et son expression dépendent donc de la m aîtrise de son accentuation. Ce manuel en donne les règ les et les explique, même s’il faut utiliser des mots « savants » comme oxytons, paroxytons, proparoxytons, etc.Les exemples très nombreux (sans oublier les exceptions) proposés par Henri Tonnet nous ramènent systématiquement à la vie quotidienne.« Je parle g rec parce que j’ai appris à l’accentuer : simple, non ? »
HENRI TONNET
Henri Tonnet, professeur ém érite de g rec m oderne à l’Inalco puis à la Sorbonne, est l’auteur d’une m éthode de g rec m oderne (en collaboration avec Georg ios Galanes), d’une Histoire de la langue grecque moderne, d’unPrécis de grammaire grecque moderneet d’un Dictionnaire français-grec moderne. Il a ég traduit de nom alem ent recs enbreux rom ans g français.
SOMMAIRE
Préface Joëlle Dalègre
I. Introduction
III. Brève histoire de l’accentuation du grec 1. Grec ancien 2. Grec tardif 3. Grec médiéval 4. Grec moderne
IV. Définitions
V. Lois de limitation 1. Loi de limitation syllabique : seules les trois dernières syllabes d’un mot peuvent être accentuées 2. Loi de limitation quantitative
VI. Anciennes quantités des finales 1. Sont toujours brèves 2. Sont toujours long ues 3. Sont tantôt long ues, tantôt brèves les finales contenant la lettreα
VII. Vestiges de la phonétique ancienne
VIII. Accentuation des verbes 1. Les verbes non contractes 2. Les verbes contractes 3. Les formes invariables des temps composés du parfait 4. Les participes 5. Accentuation de l’aug ment dans les verbes préfixés
IX. Accentuation des noms 1. Généralités 2. L’accent dans la première déclinaison des substantifs 3. L’accent dans la deuxième déclinaison néo‑hellénique des substantifs 4. L’accent dans la troisième déclinaison des substantifs 5. L’accent dans la quatrième déclinaison des substantifs 6. L’accent dans les adjectifs 7. L’accent dans les noms composés
X. Accentuation des adverbes
1. La plupart des adverbes enα 2. Certains adverbes tirés d’adjectifs de la première classe 3. Les adverbes de formation néo-hellénique tirés d’adjectifs de la deuxième classe enύςsont oxytons enιά 4. Les adverbes tirés d’adjectifs de la troisième classe enης,εςsont enως 5. Le g rec possède aussi des suffixes adverbiaux toniques ou non
XI. Accentuation des noms propres d’hommes 1. Les noms propres simples 2. Les noms propres suffixaux 3. Les noms propres composés
XII. Pour passer au système polytonique 1. Généralités 2. Les esprits (πνεύματα) 3. Accentuation des monosyllabes et des voyelles finales 4. Accentuation de la pénultième 5. Accentuation de l’antépénultième
Index des suffixes
Préface
Joëlle Dalègre
Une prem ière version de ce m anuel d’accentuation du g rec m oderne a été éditée en 1984, elle était unique et indispensable, la version d’au jourd’hui, corrig ée et réactualisée l’est ég alem ent. En effet, tout francophone qui a cherché à apprendr e le g rec m oderne a hésité, buté, trébuché sur les arcanes de l’accentuation et découvert que là était sa plus g rande difficulté s’il voulait s’exprim er oralem ent. Tout francophone qui a enseig né le g rec m oderne a com pris rapidem ent que l’em placem ent de l’accent, s on déplacem ent en cours de déclinaison ou de conjug aison et son rôle essentiel dans la com préhension orale sont des élém ents capitaux, que le m aniem ent de la seule lang ue française rend difficiles à m aîtriser. Ajoutons que cet ouvrag e est le seul à traiter de cette question en français. De plus, cet ouvrag e est écrit par Henri Tonnet, le spécialiste qui, après de long ues années d’enseig nem ent du g rec m oderne à l’Inalco puis à la Sorbonne, a une très riche expérience dans la transm ission de cette lang ue et une connaissance pratique des m anques ressentis par les étudiants. D’ailleurs, le but de ce m anuel était et reste de faciliter l’apprentissag e du g rec m oderne en fournissant un outil facile d’accès et un instrum ent de référence. Henri Tonnet a par ailleurs dirig é le Centre d’Étud es balkaniques de l’Inalco et l’Institut néo-hellénique de la Sorbonne. Il a été rédacteur e n chef desCahiers balkaniques, duBulletin de liaison néo-hellénique et a créé avec le Professeur Guy (Michel) Saunier laRevue des études néo-helléniquesl’auteur, à côté de nom breuses traductions littéraires, d’une. Il est ég alem ent e Histoire de la langue grecque moderneParis, 3 édition, 2011), d’un (L’Asiathèque, Précis de grammaire grecque moderneParis, 2006) et d’un (L’Asiathèque, Dictionnaire français-grec moderne à l’usag e des francophones (L’Asiathèque, 2016), q ui com plètent ces outils d’apprentissag e et restent, eux aussi, les principa ux ouvrag es disponibles en lang ue française sur ces sujets. Ce m anuel traite de l’accentuation du g rec dite « m onotonique », c’est-à-dire celle qui, depuis la réform e de 1982, n’indique plus par écrit qu’un seul accent, un accent aig u qui m arque la syllabe à accentuer intensém ent dans la prononciation. Néanm oins, le systèm e précédent dit « polytonique » qui indiquait, en respectant les conventions en usag e pour le g rec ancien, les accents g rave, aig u, circonflexe e t les « esprits », est évoqué dans une dernière partie du m anuel ; en effet de nom breuses éditions ont conservé cette accentuation, certaines publications la respectent encore et m êm e certains l’utilisent à l’écrit. Le lecteur trouvera donc l’indispensable accentuation m onotonique contem poraine, tout com m e quelques clés pour ne pas être surpris, si besoin est, par le systèm e « polytonique ». L’essentiel de ce m anuel est log iquem ent consacré a ux règ les d’accentuation et de déplacem ent de l’accent des verbes, des nom s – substantifs et adjectifs, des adverbes et des
npropres. La com plexité de l’ensem om s indispensable etouvrag e ble en fait un exceptionnel qui exig e qu’on le consulte et qu’on s ’y réfère souvent avec le plus g rand profit. Il concerne l’une des prem ières lang ues enseig nées à l’École des lang ues orientales vivantes, dite Lang ues O’. Les Presses de l’Inalco présentent cet im portant ou vrag e enopen access aux lecteurs francophones. La diffusion ouverte de la science es t désorm ais due aux ouvrag es fondam entaux.
I. Introduction
Ce m anuel s’adresse aux étudiants dont le g rec n’est pas la lang ue m aternelle. On se propose d’y faire apparaître ce qui estintelligibleplexe dee com le systèm  dans l’accentuation du g rec m oderne. Bien que l’objet étudié ici soit l’état actuel de la lang ue, on ne s’interdit pas, chaque fois que cela est utile à l’explication, de recourir aux états antérieurs du g rec. L’am bition de l’auteur est de m ettre au service de l’accentolog ie g recque m oderne (encore à constituer) tout ce que l’on sait depuis long tem ps sur l’accentuation du g rec ancien. Une accentuation correcte du g rec peut s’acquérir, en m êm e tem ps que le vocabulaire, par la reproduction spontanée des form es que l’on enten d, ou que l’on s’efforce d’accentuer correctem ent en les lisant. La considération des catég ories de l’accent prem ier aide à s’orienter dans ce qui peut apparaître à l’étrang er com m e une jung le d’accentua tions sing ulières ; elle fixe les souvenirs et peut am ener à faire de bonnes hypothès es sur l’accentuation de m ots rencontrés seulem ent sous la form e écrite, en caractères m ajuscules (dans un titre d’article ou d’ouvrag e par exem ple). Cette étude peut, accessoirem ent, servir d’initiation à l’histoire de la form ation des m ots g recs de l’Antiquité à nos jours. Les traductions fixent les idées du lecteur m ais n’ont pas pour am bition d’épuiser tous les sens des m ots cités.