Le Banquet - Prépas scientifiques 2018-2019

Le Banquet - Prépas scientifiques 2018-2019

-

Livres
302 pages

Description

Ils sont allongés sur des lits et parlent de l’amour et de la beauté. Leurs discours se succèdent, parfois se répondent, car il y a plusieurs amours et plusieurs manières de désirer le Beau. À ces hommes vivant en un temps et un lieu où l’éducation des garçons est indissociable de la sexualité qui règle les rapports du maître et du disciple, une étrangère, Diotime, oppose un modèle féminin de transmission du savoir. Dans ce célèbre dialogue, Socrate énonce les étapes de l’apprentissage du philosophe capable de se détacher du monde sensible pour devenir l’« amant » par excellence qui guide l’« aimé » dans sa quête du Vrai et du Beau.
Dossier spécial : l’amour
1. La conversion par l’amour : la quête de l’unité
2. Les pronoms de l’amour : Je, Tu, Nous
3. Les raisons de l’amour : comprendre, expliquer, justifier

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 mai 2018
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9782081451339
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Platon
Le Banquet
GF Flammarion
Traduction, introduction, notes, annexes, chronolog ie et index par Luc Brisson
Dossier et bibliographie par Arnaud Sorosina © Flammarion, Paris, 1998 ; 2018. Édition corrigée, mise à jour et augmentée en 2018.
ISBN Epub : 9782081451339 ISBN PDF Web : 9782081451353 Le livre a été imprimé sous les références : ISBN : 9782081422582
Ouvrage composé et converti parPixellence(59100 Roubaix)
Présentation de l'éditeur Ils sont allongés sur des lits et parlent de l’amou r et de la beauté. Leurs discours se succèdent, parfois se répondent, car il y a plusieu rs amours et plusieurs manières de désirer le Beau. À ces hommes vivant en un temps et un lieu où l’éducation des garçons est indissociable de la sexualité qui règle les rapports du maître et du disciple, une étrangère, Diotime, oppose un modèle féminin de transmission du savoir. Dans ce célèbre dialogue, Socrate énonce les étapes de l’ap prentissage du philosophe capable de se détacher du monde sensible pour devenir l’« a mant » par excellence qui guide l’« aimé » dans sa quête du Vrai et du Beau. Dossier spécial : l’amour 1. La conversion par l’amour : la quête de l’unité 2. Les pronoms de l’amour : Je, Tu, Nous 3. Les raisons de l’amour : comprendre, expliquer, justifier
Tous les Dialogues de Platon dans la même collectio n
ALCIBIADE, traduction de Chantal Marbœuf et Jean-François Pradeau. APOLOGIE DE SOCRATE, CRITON, traduction de Luc Brisson. LE BANQUET, traduction de Luc Brisson. CHARMIDE. LYSIS, traduction de Louis-André Dorion. CRATYLE, traduction de Catherine Dalimier. EUTHYDÈME, traduction de Monique Canto-Sperber. GORGIAS, traduction de Monique Canto-Sperber. HIPPIAS MAJEUR, HIPPIAS MINEUR, traductions de Francesco Fronterotta et Jean-François Pradeau. ION, traduction de Monique Canto-Sperber. LACHÈS. EUTHYPHRON, traduction de Louis-André Dorion. LES LOIS, Livres I à VI, traduction de Luc Brisson et Jean-François Pradeau. LES LOIS, Livres VII à XII, traduction de Luc Brisson et Je an-François Pradeau. LES MYTHES DE PLATON, traduction de Jean-François Pradeau. LETTRES, traduction de Luc Brisson. MÉNEXÈNE, traduction de Daniel Loayza. MÉNON, traduction de Monique Canto-Sperber. PARMÉNIDE, traduction de Luc Brisson. PHÉDON, traduction de Monique Dixsaut. PHÈDRE suivi de « La Pharmacie de Platon » par Jacques De rrida, traduction de Luc Brisson. PHILÈBE, traduction de Jean-François Pradeau. LE POLITIQUE, traduction de Luc Brisson et Jean-François Pradea u. PROTAGORAS, traduction de Frédérique Ildefonse. LA RÉPUBLIQUE, traduction de Georges Leroux. LE SOPHISTE, traduction de Nestor L. Cordero. THÉÉTÈTE, traduction de Michel Narcy. TIMÉE. CRITIAS, traduction de Luc Brisson.
Le Banquet
REMERCIEMENTS
Cette nouvelle traduction duBanquetété réalisée en parallèle avec celle de a l'Alcibiadecture croisée de nos par Jean-François Pradeau ; nous avons fait une le traductions et nous avons discuté de plusieurs poin ts litigieux. Je tiens à remercier Louis-André Dorion et Jean-Mar ie Flamand qui ont relu tout ce travail en me faisant d'importantes remarques. Alai n Ph. Segonds m'a aidé à comprendre certaines obscurités de l'apparat critiq ue attaché au texte traduit. Ma fille, Anne Brisson, a dessiné la figure 3. Je veux exprimer ma gratitude à Richard Goulet qui a pu grâce au programme Lexis 2, qu'il a lui-même mis au point, me fournir un lexique grec complet du texte du Banquet. Je remercie très chaleureusement Michel Patillon qu i m'a fait l'amitié de relire attentivement la traduction. La responsabilité des ultimes choix m'incombe. Je remercie Louis-André Dorion et Jean-François Pra deau.
ABRÉVIATIONS
Die Fragmente der Vorsokratiker, éd. par H. Diels ; 6e éd. par W. Kranz, Berlin, DK Weidmann, 1951-1952 = reprint de la 5e éd. [1934-1937] avec lesNachträge. Dictionnaire des Philosophes antiques, publié sous la direction de Richard Goulet, DPhA Paris, Éd. du CNRS, I, 1989 ; II, 1994-. Die Fragmente der Griechischen Historiker, éd. par F. Jacoby, Berlin, Weidmann, FGrH puis Leiden, Brill, 1923-1958. IG Inscriptiones Graecae, ed. minor, Berlin, De Gruyter, 1913-. PA Prosopographia Attica, hrsg. J. Kirchner, 2 vol., Berlin, 1901-1903. N.B. : Les transcriptions sont faites d'après le sy stème Benveniste, à une exception près : «élegkhos» ici transcrit par «élenkhos».
Introduction
Dans l'Athènesarchaïqueet classique, lasexualitéavait, parl'interdiairedelapaiderastía, partie liéeavec l'éducation. L'idéeestexprimée,dès ledébutduBanquet, qui porte sur Érosetdonc sur l'amouret sursonobjet, lebeau. Socraterépondà Agathon qui, un soirdudébutdu moisdefévrier 416av. J.-C. probablement, l'inviteà s'étendreprèsdeluiau coursdu banquet qu'ildonnepourfêter savictoireau concoursdetradies : « Ceserait uneaubaine, Agathon, si lesavoirétaitdenatureà coulerdu plus plein vers leplus videpourpeu quenous nous touchions les uns lesautres, comme c'est lecasdel'eau qui, parl'interdiaired'un brindelaine, couledelacoupelaplus pleinevers la plus vide » (Banquet175d). Agathon,assezreprésentatifdes convictionsde son époque, considère l'éducation commelatransmissiondu savoiroudelavertu qui passed'unrécipient plein, lemaître, vers unrécipient videou moinsrempli, ledisciple, parl'interdiaired'un contact physique, simple toucherou pénétration phalliqueet éjaculationdans l'union sexuelle. À cettereprésentation masculinede l'éducationassociéel'éj à aculation, Diotime, une étrangèredont Socrate prétend rapporterles paroles,oppose, vers lafindudialogue, uneautrereprésentation, fémininecelle-là, qui fait intervenirlaprocréation. Dans cecontexte, l'éducation n'est plus considéréecommel'acquisition d'une compétencerelativeaux choses sensibles, mais comme une conversion, que le maître meten œuvreenentraînant lediscipleàdétournerles yeuxdel'âmedelavisiondes choses sensibles pour parvenirl à a contemplationdes formes intelligibles, qui constituent laréalité véritableen tant que modèlesdont les choses sensibles ne sont que les images. Cette contemplationde l'intelligibleen généraletdelaBeautéen particulier,assimiléeauxdivinités qui président à l'accouchement, conduit l'âmedudiscipleàenfanterdebeauxdiscours surlesavoiret surlavertu, à l'instardes poètes qui composentdebeaux vers,etdes législateurs qui promulguentdebelles lois, cetenfantement spirituel transposantau niveaude l'âme uneactivité que l'ensembledes êtres humains, les femmesen particulier, mettenten œuvreau niveaudes corps.
I. Ledialogue
1. Lesdateset les lieux 1 LeBanquetdePlatondécrit un événement bien précis qu'il convientde situerdans le tempset dans l'espace.
a) Ladatedramatique LeBanquetévoqueceluidonné parAgathon pourfêtersapremièrevictoirecommepoètetragique 2 (173a). Agathon gagna le concoursde tradiesaux Lénéennesen 416. Cettedate nousest 3 transmiseparAthénée,etelledoit provenirdes listesofficielles conseres à AthèneSs . ocrateétait 4 alors âgédecinquante-deuxoudecinquante-troisaAns . ristophanequiavaitdéjà publié lesNuées pour les grandes Dionysiesen 423avait une trentained'années ; sa première piècedatede 427. Alcibiadeavait luiaussi latrentaine; cen'est quel'annéesuivantequ'ilallait êtreélu stratège, l'unde ceux quidevaientdiriger l'expéditionde Sicile,et qu'ilallait être impliquédans l'affairede la 5 « mutilationdes Hermès ».
b) Ladatedecomposition Ladatede l'événement évoquédans leBanquet ne correspond pas à cellede la compositiondu dialogue. Trois passages (178e-179a,182bet193a) constituentdesallusions àdes faits historiques qui correspondent non pas à l'époqueoù Agathonoffrait la fêteen l'honneurde sa victoire, mais à cellede la compositionduBanquet. À lasuitedes guerres médiques, les citésd'Ioniefurent toutes
intégréesdans l'empireathénien.Mais,après letraitédepaixde387/386, la« Paixdu Roi » – qui,en Grèce, favorisait Spartec –, es mêmes citésretourrent sous ladomination perse ;etelles s'y trouvaientencore à l'époqueoù leBanquet fut composé, comme le laisse clairemententendre leur mentionen182b. Parailleurs,en 385, suivant Xénophon (Helléniques, V, 2, 5-7), les Spartiates, qui se méfiaientde l'orientation proathéniennedeMantinée,en Arcadie,détruisirent les mursde cette citédont la population fut parailleursdispere (diōikísthē), à l'instigationde Sparte,en quatre endroitsdifférents.Mantinéen'était pas laseulecitéarcadienne, mais sonorientation proathénienne au coursdes guerresdu Péloponnèseet l'intégrationde mercenaires mantinéensdans les forces athéniennes (cf. Thucydide, VI, 29, 3)avaient suscité à Athènes l'habitudede considérer les Mantinéens comme les Arcadiens parexcellence. Enfin,en178e-179b, Phèdre parled'uneare exclusivement compoed'erastaíetde leurpaidiká ;or il semble que c'est sur ce modèle que fut constitué le« bataillon sacré »deThèbes peuaprès 378. Pourtoutes cesraisons,on peut supposer queleBanquetfut composé un peuavant 375.
c) Lesrapportsdu Banquetavec lePhèdre Du pointdevuedeladatedramatique, lePhèdresemblebien êtrepostérieurauBanquet. Ladate dramatique la plus vraisemblable pour lePhèdre se situe quelque partentre 418et 415av. J.-C., c'est-à-direavant que Phèdre ne soit impliquédans l'affairede la parodiedes mystèresd'Éleusiset après lavictoired'Agathonau concoursdetradiesen 416av. J.-C., comptetenudu fait quePlaton semble vouloir que la scènedécritedans leBanquet précède celle évoquéedans lePhèdre. Par ailleurs, ilestdifficilederemonter plus haut que 418av. J.-C. Eneffet, Lysiasdoit êtrerevenude 6 Thouriopuisqu'ili , esten pleineactivité à Athènes,rédigeantdes plaidoiriesetassurant même, semble-t-il, unenseignementrhétorique. Plusieurs indices portent à croire que lePhèdrea été compoaprès leBanquet. Si leBanquet n'était pasantérieurauPhèdre,on comprendrait mal quePhèdres'y plaignedecequeles meilleurs auteurs n'ont pas pris Éros pour thèmede leur œuvre (Banquet177a-e). Dans leBanquet (177d), Phèdreest présenté commele« pèredu sujet »,alors que,dans lePhèdre(261a), ilest qualifiéde « pèrede ces beauxenfants » que sont lesdiscoursrapportésdans ledialogue. Parailleurs, l'embarras que manifeste Phèdredans laréponse qu'il fait à la question quep lui ose Socrate sur l'originedros (Phèdre242d) pourrait bien s'expliquerparcequedit Phèdredrosaudébutdeson élogedans leBanquet. Enoutre, un certain nombredepassagesduPhèdreneprennent tout leursens 7 quelorsqu'ils sont confrontés à certains passagesduBanquet. Enfin, surleplan philosophique, les deuxdialoguesdéveloppentdes thèmes similaires.
d) Les lieux Nous nous trouvons à Athènesdans l'unedes piècesde la maisond'Agathon (174d). Cette demeureen jouxteuneautre(175a),où Socratevaseretirerpourditer. Parailleurs, cettemaison, qui possédait une cour (212c), s'ouvre pardes portes quidonnentdirectement sur larue (174e, 223b). Plusieurs serviteurs sontau serviced'Agathon. Lapiècedans laquellesedéroulelebanquetest garniedelits qui présentent unedisposition tout à fait particulièrequel'on peutreconstituer(cf.figure2).
II. Les personnages
Parmi les personnages nommésdans leBanquet, il fautdistinguerentreceux qui sontdesagents detransmissiondurécitet ceux qui prennent laparoledurant lesumpósionlui-même.
1. Agentsdetransmission Le pointdedépartde la chaînede transmissionest Aristodèmeinvité p qui, ar Socrate, l'avait accompagnéau banquetoffert parAgathon (173b-175d). Il fit lerécitdel'événement à Phénix, lefils de Philippe, qui lerefit à un inconnu qui, à son tour, le transmit à Glaucon, lequelaudébutdu BanquetdemandeAp à ollodore qu'il luirefasse cerécit quiavait été mal transmis par Phénix.