Le fils du gendarme

Le fils du gendarme

-

Livres

Description

Si un gendarme n'est pas honnête, qui donc le serait ?

Mon cousin, Marin Gautier, était de ce côté-là le roi des gendarmes. Il poussait la probité jusqu'au scrupule.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 février 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782378670108
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE FILS DU GENDARME Charles-Philippe de CHENNEVIÈRES-POINTEL Éditions la Piterne – 2018 Mise en page conforme à Contes de Saint-Santin 1881 – Paris – E. Plon
Le fils du gendarme Ah ! mes enfants, dit le curé de Marcilly à trois m échants garçons qui, tentés comme notre mère Eve par l’appât d’une platée de pr unes restée sur le bahut de la salle à manger, s’apprêtaient à enjamber la fenêtre basse pour en remplir leurs poches, gardez-vous de ces polissonneries que vous-mêmes se ntirez n’être qu’à demi-honnêtes. La bonne renommée du nom que vous portez, et qui, tout petits que vous êtes, vous fait regarder par les passants avec comp laisance et presque avec respect ; cet honneur que vos parents et grands-parents vous ont entretenu brillant comme un acier poli, une étourderie de vous, cervelles évent ées, peut le ternir en un instant jusque sur le front de votre père et de votre mère, et le faire à tout jamais aussi noir que le péché mortel lui-même. Je vous en citerai un exemple terrible, et je n’ira i pas le chercher bien loin. Dans cette grande vieille maison de la rue Villeclo se, qui avait autrefois appartenu à la famille Billard, et qu’habitaient les gendarmes avant d’occuper le vilain bâtiment tout neuf que l’on voit d’ici, je venais souvent, il y a quinze ans, visiter un de mes cousins qui était gendarme et qui s’appelait Gautier, Marin Gautier. Nous étions cousins du côté de sa femme, car lui n’était pas du pays ; il était de Picardie, et je puis dire, sans crainte qu’on me démente, qu’il n’y avait pas dans tout l’a rrondissement un homme plus entêté d’honnêteté que cet homme-là. D’ailleurs, si un gendarme n’était pas honnête, qui donc le serait, Seigneur Dieu ? Et il était de ce côté-là le roi des gendarmes. Ses camarades avaient, en plaisanterie, baptisé son chevalLe Devoir, parce que, répétait-il toujours, il faut être à cheval sur le devoir. Il en était d’une susceptibilité gênante, à ce point de refuser le verre de cidre qu ’on lui offrait de bon cœur dans les châteaux quand il venait porter de...