Perceval ou le conte du Graal

-

Livres
327 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sur les terres de sa mère, la Veuve Dame de la Déserte Forêt, le jeune Perceval mène une existence paisible. Il ignore tout du fracas des combats chevaleresques, car sa mère ayant déjà perdu un époux et deux fils dans ces affrontements, a tout fait pour que son cadet ignore cet univers. Mais un jour, le jeune Gallois croise une troupe de cavaliers en armure : il les prend pour des anges, il en est ébloui. Dorénavant un seul but l’anime : se rendre à la Cour du Roi Arthur pour y être adoubé. Il souhaite faire ensuite la preuve de sa vaillance, en affrontant des guerriers chevronnés. Échappera-t-il aux multiples pièges qui l’attendent sur sa route ? Deviendra-t-il l’égal de ces chevaliers qu’il admire tant ?


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 septembre 2014
Nombre de visites sur la page 156
EAN13 9782368860540
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Chrétien de Troyes Perceval ou le conte du Graal
Qui petit seme petit quialt,
et qui auques recoillir vialt
an tel leu sa semance espande
que fruit a cent dobles li rande ;
car an terre qui rien ne vaut,
bone semance i seche et faut. Crestiens seme et fet semance d’un romans que il ancomance, et si le seme an si bon leu qu’il ne puet estre sanz grant preu, qu’il le fet por le plus prodome qui soit an l’empire de Rome. C’est li cuens Phelipes de Flandres, qui mialz valt ne fist Alixandres, cil que l’an dit qui tant fu buens. Mes je proverai que li cuens valt mialz que cist ne fist asez, car il ot an lui amassez toz les vices et toz les max dont li cuens est mondes et sax. Li cuens est tex que il n’escote vilain gap ne parole estote, et s’il ot mal dire d’autrui, qui que il soit, ce poise lui. Li cuens ainme droite justise
et leauté et Sainte Iglise, et tote vilenie het ; s’est plus larges que l’an ne set, qu’il done selonc l’Evangile, sanz ypocrisye et sanz guile, qui dit : « Ne saiche ta senestre le bien, quant le fera la destre. »
Cil le saiche qui le reçoit,
et Dex, qui toz les segrez voit et set totes les repostailles qui sont es cuers et es antrailles. L’Evangile, por coi dit ele : « Tes biens a ta senestre cele ? » La senestre, selonc l’estoire, senefie la vainne gloire qui vint de fause ypocrisie. Et la destre, que senefie ?
Charité, qui de sa bone oevre
pas ne se vante, ençois la coevre,
que nus ne le set se cil non qui Dex et Charité a non. Dex est charitez, et qui vit an charité, selonc l’escrit, sainz Pos lo dit et je le lui, qu’i maint an Deu et Dex an lui. Donc sachoiz bien de verité que li don sont de charité que li bons cuens Felipes done,
c’onques nelui n’an areisone fors son franc cuer le debonere, qui li loe le bien a fere. Ne valt mialz cil que ne valut Alixandres, cui ne chalut de charité ne de nul bien ? Oïl, n’an dotez ja de rien. Donc avra bien sauve sa peinne Crestiens, qui antant et peinne a rimoier le meillor conte,
par le comandement le conte,
qui soit contez an cort real.
Ce est li contes del graal, don li cuens li baille le livre, s’orroiz comant il s’an delivre. Ce fu au tans qu’arbre florissent, fuelles, boschaige, pré verdissent, et cil oisel an lor latin dolcemant chantent au matin
et tote riens de joie anflame,
que li filz a la veve dame
de la Gaste Forest soutainne
se leva, et ne li fu painne
que il sa sele ne meïst
sor son chaceor et preïst
.iii. javeloz, et tot ensi
fors del manoir sa mere issi.
Et pansa que veoir iroit
hercheors que sa mere avoit, qui ses aveinnes li herchoient ; bués.xii. et sis hierches avoient. Ensi an la forest s’an antre, et maintenant li cuers del vantre por le dolz tans li resjoï et por le chant que il oï
des oisiax qui joie feisoient ;
totes ces choses li pleisoient.
Por la dolçor del tans serain osta au chaceor son frain, si le leissa aler peissant par l’erbe fresche verdeant. Et cil qui bien lancier savoit des javeloz que il avoit aloit anviron lui lancent, une ore arriere et altre avant, une ore an bas et altre an haut, tant qu’il oï parmi le gaut venir.v. chevaliers armez, de totes armes acesmez. Et mout grant noise demenoient
les armes a ces qui venoient,
car sovant hurtoient as armes
li rain des chasnes et des charmes.
Et tuit li hauberc fremissoient,
les lances as escuz hurtoient,
sonoit li fuz, sonoit li fers