Tamango
96 pages
Français

Tamango

-

Description

Tamango, un chef noir trafiquant d'esclaves, a pour habitude d'échanger des gens de son peuple contre de l'argent, voire contre de l’alcool et des armes, à un négrier, le capitaine Ledoux. Mais quand Tamango se retrouve lui-même réduit en esclavage, un sentiment de révolte s'empare de lui. Pourra-t-il sauver sa peau et venir en aide à ceux qu'il a lui même mis dans cette situation, et si oui, comment ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 avril 2012
Nombre de lectures 46
EAN13 9782035873927
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Direction de la collection : Carine GIRAC-MARINIER
Direction éditoriale : Jacques FLORENT
Édition : Marie-Hélène CHRISTENSEN
Lecture-correction : service lecture-correction LAROUSSE
Direction artistique : Uli MEINDL
Couverture et maquette intérieure : Serge CORTESI, Sophie RIVOIRE, Uli MEINDL
Dessin de couverture : Alain BOYER
Mise en page : JOUVE, SARAN
Responsable de fabrication : Marlène DELBEKEN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Éditions Larousse 2012

ISBN : 978-2-03-587392-7

AVANT D’ABORDERL’ŒUVRE

Fiche d’identité de l’auteur

Mérimée

Nom : Prosper Mérimée.

Naissance : 28 septembre 1803 à Paris.

Famille : fils unique de Léonor Mérimée, peintre et professeur de dessin, notamment à l’École polytechnique, et d’Anne-Louise Moreau, également peintre portraitiste et professeur. Enfance passée dans le milieu des artistes cultivés du Quartier latin, férus de voyages, d’art et de littérature. (Anne-Louise Moreau est la petite-fille de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, l’auteur de La Belle et la Bête).

Études : scolarité brillante au prestigieux lycée Napoléon (aujourd’hui, lycée Henri-IV), puis cursus de droit. Obtient sa licence en 1823. Il rêve de devenir écrivain.

Début de carrière : fréquente les cercles littéraires (où se fomente la révolution romantique) et mondains (d’inspiration voltairienne et libérale). Côtoie Hugo, Musset, Delacroix, et surtout Stendhal.

Premiers succès : en 1825, publication d’un recueil de pièces d’inspiration romantique, Le Théâtre de Clara Gazul, attribué à une prétendue comédienne espagnole. En 1827, parution d’un recueil de poèmes, La Guzla, également sous un faux nom.

Carrière littéraire : suivront Chronique du règne de Charles IX (roman historique, 1829), plusieurs nouvelles publiées dans la Revue de Paris (Mateo Falcone, Vision de Charles XI, Tamango, Le Carrosse du Saint-Sacrement, Le Vase étrusque, 1829) et rassemblées dans le recueil Mosaïque (1833). Parution dans la Revue des Deux Mondes de La Vénus d’Ille (1837), Colomba (1840), Carmen (1845). Entre à l’Académie française en 1844.

Autre carrière : dès 1831, avec l’avènement de Louis-Philippe, il mène en parallèle une carrière de haut fonctionnaire (notamment inspecteur général des Monuments historiques de 1834 à 1860) puis de sénateur sous le second Empire.

Mort : le 23 septembre 1870, à Cannes.

Pour ou contreMérimée ?

Pour

Jules LEMAÎTRE :

« Les nouvelles de Mérimée sont toujours bonnes à lire, puisqu’elles sont parfaites. […] Le choix des détails signifiants, le naturel et la propriété de l’expression y sont admirables. »

Les Contemporains, 1889.

 

Gustave LANSON :

« Il sait faire vingt pages, où les romantiques s’évertuent à souffler un volume. Aussi quelle plénitude dans cette brièveté ! »

Histoire de la littérature française, 1894.

Contre

Jules BARBEY D’AUREVILLY :

« Mérimée grave ce que les autres ont peint, mais en en retranchant la moitié. Il n’a de goût ni pour les opulences de la pensée ni pour les fantaisies de la forme. […] Il aime la clarté et la concision, la ligne la plus courte d’un point à un autre ; […] Il imite, mais un sécateur à la main. »

Les Œuvres et les hommes, 1865.

 

Jules HURET :

« Cœur sec, […] il semble toujours campé devant son miroir, occupé à rentrer sous sa redingote boutonnée les bouts de sa cravate et de ses sentiments. »

« Mérimée », La Grande encyclopédie, 1885-1902.

Repères chronologiques

Fiche d’identité de l’œuvre

Tamango