Contes et légendes de mon enfance

-

Livres
158 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« L'aventure de Fegue l'enfant rusé », « La forêt sacrée », « Enam Ngom », « Ndong-Eyenga », « La septième victime d'Emomodo », « Kadakada mìnlo'o », « Dzom-Ekodo-le-bon-chien », « La mésaventure de Menki », « Titié minanga », « L'enfant incestueux », « La pêcheuse obstinée », « Les deux amoureux et Emomodo », « La vieille sorcière » et bien d'autres sont autant de titres que vous retrouvez dans cet ensemble de contes et légendes collectés par Hervé Martial Atangana Owono intitulée « Contes et Légendes de mon enfance ».Hervé Martial Atangana Owono est un jeune camerounais né le 11 Aout 1978 à Yaoundé. Originaire du village Ngoum par Mfou dans le Département de la Mefou-Afamba, Région du Centre, il a fait ses études maternelles, primaires, secondaires et universitaires respectivement à l'école annexe d'Essos, à l'école publique d'Ekounou II, au lycée d'Anguissa et enfin, dans les universités de Yaoundé II et Ngaoundéré. Après ses études dans ces différentes institutions, il obtient une Licence en Droit avec laquelle il entre dans l'Administration camerounaise en 2009 comme cadre contractuel et travaille jusqu'à ce jour au Ministère de la santé publique.Son histoire avec la culture et les contes commence dans son enfance où son papa, excellent conteur et traditionnaliste, lui a donné l'envie de retenir et raconter des aventures et histoires rocambolesques ainsi que des contes. Dès son adolescence, il a commencé à consigner petit à petit par écrit, les contes reçus de son papa et d'autres conteurs du Centre et du Sud Cameroun pendant les multiples soirées de contes auxquelles il a participé. Son cuvre intitulée Contes et légendes de mon enfance est le résultat final de ces écrits.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2017
Nombre de lectures 51
EAN13 9789956473820
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0762€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
2
2
Contes et Légendes de mon Enfance
3
3
4
Hervé M. Atangana Owono
Contes et Légendes de mon Enfance
ÉDITIONSIFRIKIYA COLLECTIONRONDE 5
Infographie et montage : Dieudonné Mbassi Yana
Tous droits de représentation, traduction ou reproduction, réservés pour tous les pays. © By éditions Ifrikiya, 2017 BP : 17629 Yaoundé, République du Cameroun Tél. 00237 699 77 10 99 - 699 98 04 88 - 697 44 90 82 Courriel : editionsifrikiya@yahoo.fr ISBN : 978-9956-473-82-0
6
6
À mon feu papa monsieur OWONO ELONO Mathieu. Merci papa pour tout ce que tu nous as enseigné, nous tes enfants. Tu as pu maitriser la culture Béti et la civilisation des Blancs, ce qui a fait de toi un professeur de Tam tams au collège IPTEC de Yaoundé dans les années 1990 et un grand enseignant de français (PLEG) bien connu sous le pseudonyme « mod zamba» par les élèves du Lycée Bilingue d’Essos dans les années 1978-1996. Tu as également été, grâce à ton intelligence et à ton ancienneté dans le métier d’enseignant, surveillant général dans le célèbre lycée sus cité, tout premier directeur du collège d’enseignement secondaire de Lembé Yézoum et enfin, proviseur du Lycée mixte d’Esse dans le Département de la Mefou et Afamba avant ton décès survenu le 26 Aout 2007. Papa Mathieu, grâce à ton talent d’excellent conteur, tu m’as donné l’envie de retenir tous les contes et toutes les histoires que tu m’as racontés tout au long de mon enfance et que je ne peux m’empêcher de raconter chaque jour pour ne pas les oublier. Chaque fois que je raconte une de tes histoires ou un de tes contes et que les gens l’apprécient, je pense à toi et te dis merci pour la joie que je leur procure car c’est grâce à toi que j’arrive à faire cela. Vraiment, papa, merci de tout mon cœur. Que Dieu accorde à ton âme de reposer en paix et qu’il nous aide à publier à titre posthume l’œuvre que tu as écrite de ton vivant : « Fam Mbia ».
7
7
8
Préface
 L’orature est le socle de la civilisation africaine des sources. L’on a beau objecter à cette forme de pensée première, l’oralité, son caractère fugace, évanescent, variable et ébranlable…, c’est sans compter avec la toute-puissance de la mémoire, en tant qu’archive éternelle. Rien ne bousculera le verbe, la parole, comme support de diffusion de la culture. Si l’écrit fixe la pensée pour la postérité, il ne fixe que ce que l’oral a d’abord proclamé par la parole. Et quel que soit l’écrit, on ne le dira jamais assez, il n’est que l’oral. Plutôt que d’opposer l’écrit et l’oral, il conviendrait davantage d’en renforcer le caractère complémentaire ; ces deux pôles relèvent d’une harmonieuse dualité. Ils sont un diptyque, et non une dichotomie.
 Cette entrée en matière du recueil de contes et légendes d’Hervé Martial Atangana Owono, un auteur
9
dont la formation et le cursus scolaire n’ont pas prédestination à la plume, confirme le caractère impérissable du discours parémiologique, qui habite tout Africain fier de sa culture, de sa langue. L’auteur est une brillante démonstration de ce que l’écrivain n’est pas une race exclusive.
 En Afrique, le conte, le dicton, le proverbe, la maxime, la légende, l’épopée, qui sont les jambes de force de la parémiologie, en font une école, l’école de la vie dans tous les domaines de sa multivalence. Le conte : étiologique, heuristique, thérapeutique, philosophique, reste ce récit fondateur, source de connaissances mythiques et didactiques. D’où vient le monde ? Qui a fait l’univers ? Quels rapports lient l’homme à la nature, quelle est la place qu’il y occupe et quelle est sa destinée…, sont entre autres projets, ceux que s’emploie à réaliser le genre narratif.
 Contes et légendes de mon enfance est un saut réactif à la fossilisation des trésors patrimoniaux que l’oubli peut générer. Il est évident que, restituer la saveur rhétorique des langues africaines, recréer toutes les subtilités langagières des langues bantu, langues à tons et qui excellent dans l’onomatopée, le juron que sait en plus accompagner la gestuelle, est une véritable gageure. Il faut être un maître de la langue française d’emprunt, pour prétendre se rapprocher de la beauté poétique qui réside dans le conte et les genres de
1
0