182 pages
Français

Contes populaires du Béarn

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les contes populaires sont un des éléments importants de reconnaissance pour une entité linguistique et culturelle quelle qu’elle soit. Ces coundes biarnés couéilhuts aüs Parsàas miéytadès dou Pèis dé Biarn en sont un merveilleux exemple pour le Béarn, au même titre que les recueils de Bladé et Arnaudin pour d’autres pays de la Gascogne. Recueillis à la fin du XIXe siècle, ces Contes furent initialement publiés en 1890, en béarnais uniquement, et réédités en 2002, toujours dans leur version « naturelle ».


Marc Cazalets, de Navarrenx, béarnophone naturel, en a fait une excellente traduction en français de façon à permettre à tous ceux qui ne comprennent pas le gascon (béarnais) de pouvoir enfin apprécier ces contes souvent drollatiques et moqueurs, bien dans l’esprit populaire du Béarn.


En vis-à-vis, la version originale en béarnais (mise en graphie classique) permettra à ceux qui s’initient au gascon de pouvoir améliorer leurs connaissances ou, tout simplement, pour ceux qui maîtrisent déjà à l’écrit la langue gasconne dans son habit « classique », de les redécouvrir.


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 4
EAN13 9782824050461
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

9HSMIME*aacdaj+
Jean-Victor LALANNE CONTES LALANNE N APOPULAIRES R É B DUREBCUEÉILLISARNU D SENLANGUEARNAISE E RVERSIONBILINGUE I AGASCON-FRANÇAIS L U P O P S E T N O CONTES POPULAIRES DU BÉARN
Même auteur, même éditeur : Coundes biarnés(orthographe de l’auteur), en béarnais, 2002.
Mise en graphie gasconne classique : Eric Chaplain
Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Conception, mise en page et maquette :©Eric Chaplain Pour la présente édition :©EDR/EDITIONS DES RÉGIONALISMES ™— 2012/2013 Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte–Grenier — 17160CRESSÉ ISBN 978.2.8240.0230.9 Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.
2
JEANVICTOR LALANNE traduction en français Marc Cazalets
c o n t e sp o p u l a i r e s d ub é a r n
édition bilingue gascon-français
3
4
PURMÈRA PART GRàfIà CLàSSICà
Perqué sarclar ?
Mairana que’n va tà sarclar, Paibon que la ditz de s’estar, Tot çò qui ei au hroment qu’i està plan :  Lo goelh d’ausèth  Qu’i ei bèth ;  Lo gergerit  Que’u rend polit ;  La sèga  Que l’agabèra ;  La vessa  Que’u dressa ;  L’uran  Qu’i està plan ;  L’iraga  Que l’embriaga ;  Lou trauca-camin  Que’u rend fin ;  Lo mendrast  Que’u rend gras ;  L’alicoda  Que’u sabora ;  Lo treu  Qu’ei entau boeu ;  Lo cardon,  Tà l’àsou qu’ei bon ;  Torna-te’n, maibona,  Ça’i béver lo pinton.
PREMIÈRE PARTIE IPourquoi sarcler ?
Grand-mère s’en va sarcler ; Grand-père lui dit de rester tranquille ; Tout ce qui est dans le blé y est à propos :  Le pois sauvage  Y est beau ;  La petite vesce  Le rend poli ;  La ronce  L’enveloppe ;  La vesce  Le dresse ;  La folle avoine  Y est bien ;  L’ivraie  L’enivre ;  Le chiendent  L’affine ;  La menthe sauvage  Le rend gras ;  L’agrostis  Le savoure ;  Le trèfle blanc  Est pour le bœuf ;  Le chardon  Pour l’âne est bon ;  Rentre à la maison, grand-mère,  Viens boire la chopine.
5
6
graFia classica Lo Conde de Dabet
 A Dabet, Qu’ann hèit un grand hoec ;  Vergèrs Qu’i a miat los landrèrs ;  Badèra, Qu’i a miat la padèra ;  Manèix, Lo grèix ;  Pèihau, La sau ;  Pardon, Lo capon ;  Tiròi, Lo polòi ;  Hauria, La garia ;  Vernet, Lo polet ;  Pèdemós, Las sabors;  Jann de Laugar, Lo pegar ;  Mossur Dibat, Qu’i mià un grand combat ;  Lestevena, Qüand estó tot coeit que s’at anà véner. En passant per devant Lator, Que’u henhèra de por.  Sentinn de París,
IILe conte de Dabet
 A Dabet On a allumé un grand feu ;  Bergès A apporté les chenêts ;  Badère A porté la poêle ;  Manech La graisse ;  Péhau Le sel ;  Pardou Le chapon ;  Tiroy Le dindon ;  Haurie La poule ;  Bernet Le poulet ;  Pédémous Les fines herbes ;  Jean de Lauga La cruche.  « Monsieur » Dibat L’agitation  Lestebene Quand tout fut cuit s’en alla tout vendre ; En passant devant chez Latour Il trembla de peur ;  Septime de Paris
7
8
Qu’at a tot vist ; Que se n’anà tà dehentz Com un òmi hèra valent ; Que’s botà lo dit au cuu, Com un hèra grand mossur.
A tout vu ; Il rentre en sa maison Comme un grand courageux ; Il se plante le doigt au cul Comme un très grand monsieur.
9
1
0
graFia classica Jann Capèu
Jo que sèi un conde : Lo pet de la borrongla, Las agulhadas deu boèr, Los esperons deu cavalièr. Los canhòts de Bordeta Que’m corrènn au darrèr. Que’m gahi un per la coda, Que’u mii entà Tolosa ; De Tolosa entiò Bordèu, T’anar trobar Jann Capèu. Jann Capèu que ditz a la goja : — Goja, goja, vèn tirar vin. — Ne herè cèrtas, Senh’ Martin ! Jann Capèu que prend un cotèth, Que’n la passa per la pèth, Per la pèth e per los òs, Que la hè har qüate cabiròus.
)