Pays Nantais, Les Petites histoires de la Vieille

-

Livres
110 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pays Nantais, Les Petites histoires de la Vieille - Rares sont les ouvrages qui vont chercher ce qui se cache derrière cette terre de cartes postales. Or notre vieux terroir possède bien des trésors, bien des légendes. Personne ne sait où habite « la Vieille », mais elle accepte de raconter à Pierre-Jean Brassac les vieilles histoires transmises de génération en génération ; es histoires bien malicieuses que seule la Vieille pouvait nous restituer. Ces histoires vont vous faire sourire, vous faire peur, et vous faire rêver...

C’est une émotion de la simple réalité qui vous est proposée, c’est l’homme d’hier et l’homme contemporain qui vous sont rapportés dans ces nouvelles de terroir.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 mars 2013
Nombre de visites sur la page 100
EAN13 9782365729307
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pierre-Jean Brassac
Pays nantais
Les petites histoires de la Vieille
© Édition COMMUNICATION-PRESSE-ÉDITION 2013 La loi du 11 mars 1957 interdit les copies ou repro ductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code Pénal.
Pour Renée Bougis. « Pourvu que ça ne la bassine pas, tous ces rapiamu s ! »
Nnceantes : peut-être avec Paris la seule ville de Fra
où j’ai l’impression que peut m’arriver quelque cho se qui en vaut la peine,
où certains regards brûlent pour eux-mêmes de trop de feux […],
où pour moi la cadence de la vie n’est pas la même qu’ailleurs,
où un esprit d’aventure au-delà de toutes les aventures habite encore certains êtres,
Nantes, d’où peuvent encore me venir des amis [...].
Nadja, André Breton