Avant que le temps n'efface tout

-

Livres
184 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet examen sent la fin de notre formation, nous sommes fins prêts, du moins en principe. Adieu Siroco, bonjour la DBFM (demi-brigade de fusiliers marins). Nous sommes mûrs pour le combat, pour faire la guerre... pardon, pour maintenir l'ordre! subtile nuance, lourde de conséquences s'il vous arrive malheur car ce n'est pas une guerre, c'est un maintien de l'ordre: la mort n'est pas la même aux yeux des extraterrestres que sont souvent nos dirigeants! Contrairement à ce que je pensais, nous ne partons pas tous pour la DBFM, une moitié seulement, les plus vaillants dont je fais partie! L'Algérie s'est déjà soulevée quand J. Richard est appelé à effectuer son service militaire. Une obligation à laquelle il ne se dérobe pas et qui le conduit notamment au plus près de la mort, de la terreur et de l'horreur, sur les pitons algériens. Une expérience traumatisante, souvent insoutenable, sur laquelle il met enfin des mots, donnant ainsi naissance à un témoignage fort et engagé, nourri de documents éloquents, qui rend compte d'une tragédie humaine et générationnelle trop vite passée sous silence. Une occultation, voire un refoulement, contre lequel se dresse aujourd'hui ce récit qui dénonce et le gâchis des vies humaines et l'incurie des dirigeants de l'époque.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 mars 2015
Nombre de visites sur la page 39
EAN13 9782342035957
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Avant que le temps n’efface tout
Jean Richard Avant que le temps n’efface tout
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120055.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Ce livre a été écrit pour ma famille, mes enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants « à venir », mes neveux et nièces, etc. Tous les acteurs de la pièce de théâtreCirculez y a tout à voir, et plus particulièrement Sandrine, ma pe-tite-fille sur scène. Merci à Jean-Marie, mon pote du piton Gabriel pour ses photos. Merci à mon pote du commando Jaubert pour sa lettre et son témoignage sur la tuerie du Djebel Zakri.
Préface Avant que le temps n’efface tout, il est bon et sage de transmettre enfin, à ses proches et amis, par la parole ou l’écrit les événements qui ont jalonné sa vie. Avant d’entrer dans leur vie active et qu’il ne soit sup-primé, les jeunes Français devaient accomplir leur service militaire obligatoire. Période considérée par tous comme une perte de temps mais qu’aucun n’a oubliée et que cha-cun prenait plaisir à se remémorer à l’occasion de retrouvailles. Beaucoup ont pourtant vécu une période trouble et dif-ficile sous le drapeau français au cours de la guerre d’Algérie considérée hypocritement à l’époque comme une simple opération de maintien de l’ordre qui a coûté la vie à des milliers de jeunes appelés totalement ignorants des choses de la guerre et formés militairement à la hâte. Dans la paisible presqu’île de Séné, le jeune marin pê-cheur Jean Richard, en âge d’accomplir son devoir de citoyen, est incorporé dans la Marine nationale en direc-tion de l’Algérie pour effectuer une courte formation de fusiller marin pour faire « de ce gamin un homme de guerre » suivant l’expression consacrée ! Il va ensuite pas-ser une année entière, avec une cinquantaine de militaires de métier et d’autres appelés, dans un petit fortin construit au sommet d’un piton dominant et à toucher la frontière marocaine par laquelle s’infiltrent les ennemis malgré la ligne électrique et les mines. Notre jeune marin pêcheur armé d’un fusil-mitrailleur va effectuer de nombreuses gardes de nuit la trouille au ventre et échapper à l’explosion d’une mine qui aurait pu lui être fatale à quel-
9
ques jours de quitter son fortin pour embarquer à Toulon sur un porte-avions. À son bord, il aura l’occasion d’oublier ces douze mois d’isolement en faisant escale à Madagascar, La Réunion et l’île Maurice avant de rega-gner Séné, sa famille, ses amis après vingt-huit mois passés sous les drapeaux. Et ce sont ces souvenirs inou-bliables qu’il nous livre aujourd’hui après une vie familiale et professionnelle bien remplie.
10
Jean Bulot