Si tu ne te bats pour la personne que tu aimes, ne pleure pas quand tu la perds

-

Livres
116 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je dois prendre des décisions rapidement avec ses amis qui viennent chez moi pour cela. Et d'abord tenter de comprendre. J'arrive à savoir que la voiture de mon mari a percuté à vive allure un poteau électrique. Il faisait nuit et il y a autant de versions de l'accident que de témoins. À bord, il y avait mon mari et l'un de ses jeunes frères. Mais ils se rejettent mutuellement la responsabilité de l'accident. Le choc a été suffisamment violent pour qu'Hassan souffre d'une compression de la moelle épinière, mais je ne l'apprendrais que de France car, pour le moment, les explications des médecins ne sont pas claires. Bamako est largement sous-équipée en matériel de pointe, mais le diagnostic, lui, est sans appel: mon mari va mourir, il est condamné, la paralysie qu'il l'affecte va gagner progressivement et finir par le tuer. Je comprends le regard implorant d'Hassan et propose donc aux médecins un transfert sur la France. C'est une double leçon que nous donne O. Yattassaye avec ce témoignage: celle du dévouement et de l'acharnement. Femme active et entreprenante, elle quittera en effet tout, son travail et son pays, pour accompagner et assister, en France, un mari lourdement handicapé. Et à ce combat s'en ajouteront maints autres, notamment la lutte contre une coépouse et sa famille aux pratiques douteuses. Abnégation, sacrifice, opiniâtreté, sens du devoir... tels sont donc les maîtres mots de cet ouvrage qui nous délivre, en même temps qu'un portrait de femme de coeur et de tête, un message puissant.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 juillet 2015
Nombre de visites sur la page 37
EAN13 9782342040388
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Si tu ne te bats pour la personne que tu aimes, ne pleure pas quand tu la perds
Oumou Yattassaye Si tu ne te bats pour la personne que tu aimes, ne pleure pas quand tu la perds Mes dix ans de combat auprès de mon mari tétraplégique Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120398.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Je dédie ce livre à mes défunts : ma mère, mon père, ma belle-mère, mes grands-parents, mes tantes, mes oncles, cousins et cousines. Mais aussi à tous les membres de ma famille, frères, sœurs, tantes, oncles et neveux, cousines et cousins, belles-sœurs et beaux-frères
À mes amis. Et au groupe Zanzous.
De très grands remerciements Au docteur Genet et au docteur Alain Spiq et à tous le personnel soignant des hôpitaux dans lesquels est passé mon mari. À madame Véronique Durand, assistante sociale. Au service de soins de la CCAS, à madame Jeandinot, madame Patricia et toute l'équipe.
À la MPDH et leur président.
À notre député Maire monsieur Laurent Cathala, et à mesdames Uzan, Blondin et à monsieur Valet. À l’APF surtout à Nathalie Bordeau et à mesdames Beki et Lecompte, À toutes les institutrices de mon fils, en particulier à Isabelle, à madame Hadjal qui lui a donné le goût de l'école et madame Lamarre.
À toute l'équipe HAD, mesdames Chalumeau, Pol, Boyer et Coignac À monsieur Samuel Behenita pour sa confiance À ma belle-famille du Mali À Guillaume Favier notre kinésithérapeute À madame Samponi Sandrine Et un merci particulier à la France de nous avoir -accueillis.
9