//img.uscri.be/pth/05dfd04a5f9d667a1eb818bd1457455e87625ed9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Une enfance de rêve

De
287 pages
Catherine Millet a entrepris ce récit où elle raconte son enfance, son père et sa mère, pour essayer de comprendre comment on peut grandir sans se fabriquer une morale, et comment peut naître le désir d’écrire.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Une enfance de rêve
DUMÊMEAUTEUR
D’art press à Catherine M. Entretiens avec Richard Leydier, Gallimard, 2011. Le corps exposé, Éditions Cécile Defaut, 2011. Jour de souffrance, Flammarion, 2008 ; Points, 2009. Champion Métadier, Gallimard, 2007. L'Art contemporain : histoire et géographie, Champs Flammarion, 2006, 2009. Dalí et moi, Gallimard, 2005. Riquet à la houppe, Millet à la loupe;, Stock, 2003 Livre de poche, 2005. La Vie sexuelle de Catherine M.;, Seuil, 2001, 2014 Points, 2002, 2009. Conversations avec Denise René, Adam Biro, 2001. François Arnal : monographie de l'œuvre, Cercle d'art, 1998. L'Art contemporain, Flammarion, 1997. Le critique d'art s'expose, J. Chambon, 1995. De l'objet à l'œuvre, les espaces utopiques de l'art, art press, 1994. Roger Tallon, designer, Éditions du centre Pompidou, 1993. L'Art contemporain en France, Flammarion, 1987 ; réé-dition augmentée, 2005. Yves Kleinpress-Flammarion, 1983 , art ; art press, 2006. Textes sur l'art conceptuel, Daniel Templon, 1972.
Catherine Millet
Une enfance de rêve
Flammarion
© Flammarion, 2014. ISBN : 978-2-0813-3837-1
L’Appel
Dans les derniers jours du mois d’octobre 1951, une fin de matinée, mes parents rentrèrent à la mai-son et ma mère posa sur le divan qui servait de lit à sa mère un bébé dont la seule image qu’il m’ait lais-sée est celle d’une de ses mains que je fus autorisée à caresser. Il faut dire que le divan se trouvait dans la pénombre, appuyé contre le mur opposé à celui de la fenêtre, dans ce qui était la pièce principale du petit appartement que nous occupions et qui donnait sur une cour étroite. On entre dans la vie avec les poings serrés, et j’ai joué à déplier les doigts minus-cules comme font certainement beaucoup de petites filles, en comparant cette main à celles d’un gros baigneur en Celluloïd que j’avais. Elle était délicieu-sement douce. Ma mère, attentive et grave, m’encou-ragea à ce jeu : « Tu peux toucher. Oui, oui, vas-y, tu peux toucher. » Un autre souvenir, revenu celui-là à la faveur d’une psychanalyse entreprise vingt ans plus tard, est le suivant : nous avions attendu très longtemps des livreurs et comme ceux-ci n’arrivaient pas, ma mère
9
et ma grand-mère avaient finalement décidé de sortir en promenade. Comme nous passions la porte vitrée qui séparait la cage d’escalier du vestibule de l’immeuble, j’avais éclaté en sanglots. Les deux femmes s’en étaient amusées tout en s’empressant de me consoler. Quand ce souvenir avait émergé, ma mère vivait encore et je l’avais interrogée. Elle se rap-pelait la scène. Selon elle, elle avait eu lieu une après-midi où elle attendait la livraison de nouveaux lits. J’avais jusqu’alors dormi dans la chambre de mes parents mais, à la naissance de mon frère, on y avait installé le lit à barreaux de celui-ci, et décidé que désormais je dormirais dans la même pièce que ma grand-mère. Ce que le souvenir avait laissé de côté, c’était qu’à l’instant où nous sortions, nous étions tombés sur les livreurs que nous n’attendions plus. Les lits qu’ils apportaient étaient des lits gigognes, et à partir de ce jour, chaque soir, il fallait sortir l’un de dessous l’autre, et le mettre au niveau en redres-sant ses pieds, et nous avons ainsi dormi côte à côte, ma grand-mère et moi, dans des lits accolés faute de place, le reste de la pièce étant occupé par un buffet ainsi que par une table et des chaises de salle à man-ger d’allure rustique. On m’avait attribué celui qui était contre le mur parce que bien sûr ma grand-mère se levait plus tôt que moi. Nous avons ainsi vécu à cinq dans ce deux-pièces. On pénétrait par un couloir exigu sur lequel don-naient à gauche la cuisine qui était tout en longueur et, au fond, cette pièce à usage variable. À droite, il
10