//img.uscri.be/pth/3d570ed5ccc25a658bf77abdd2afc4b2c90157a4
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Dictionnaire des romans ivoiriens

De
245 pages
Ce volume, tome premier du Dictionnaire des romans ivoiriens, contient au total 60 articles comprenant le résumé et l'analyse relatifs à chacun de tous les romans, chroniques, récits et nouvelles parus de 1956 à 1986. Un second volume est en cours d'élaboration, pour couvrir la période 1987 à 2011.
Voir plus Voir moins
Bruno GNAOULEOUPOH
Espaces littéraires Dictionnaire des romans ivoiriens
DICTIONNAIRE DES ROMANS IVOIRIENS
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-00442-6 EAN : 9782336004426
Bruno GNAOULE-OUPOH
DICTIONNAIRE
DES ROMANS IVOIRIENS
L’Harmattan
Espaces Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Dernières parutions
Tommaso MELDOLESI,Textes et poèmes autour de l’accident ferroviaire de Meudon, 1842. Une poésie de la catastrophe, 2012. Ygor-Juste NDONG N’NA,La folie des discours identitaires dans les nouvelles littératures, 2012. Richard Laurent OMGBA, André NTONFO (dir.),Aimé Césaire et le monde noir, 2012. Milan BUNJEVAC,Lire la poésie d’Aleksandar Petrov, 2012. Fabrice BONARDI (sous la dir. de),Les Nouvelles Moissons, 2012. Jean SÉVRY,Un voyage dans la littérature des voyages, 2012. Christine FRENOT,Théodore Monod, le poète itinérant, 2012. Anton PAVLOVITCH TCHEKHOV,Correspondant de guerre,2012. Ida JUNKER,Le monde de Nina Berberova, 2012. John BAUDE,Jean Giono, deColline àQue ma joie demeure, Le temps suspendu, le Tout retrouvé, 2012. Éliane ITTI,Madame Dacier, femme et savante du Grand Siècle (1645-1720), 2012. Victor MONTOYA,Les contes de la mine. Conversation avec le Tio, Traduit de l’espagnol par Émilie BEAUDET, 2012. Nathalie AUBERT,Christian Dotremont, La conquête du monde par l’image, 2012. Claude FRIOUX,Le Chantier russe. Littérature, société et politique. Tome 3 : Ecrits 1969-1980, 2011 Ricardo ROMERA ROZAS,Jorge Luis Borges et la littérature française, 2011. Deborah M. HESS, Palimpsestes dans la poésie. Roubaud, du Bouchet, etc., 2011. Alexandre Ivanovitch KOUPRINE (Traduit du russe, introduit et annoté par Françoise Wintersdorff-Faivre),Récits de vie dans la Russie tsariste,2011. Pascal GABELLONE,La blessure du réel, 2011. Jacques PEZEU-MASSABUAU,Jules verne et ses héros,2011. Samuel ROVINSKI,Cérémonie de caste (traduit de l’espagnol par Roland Faye), 2011. Mirta YANEZ,Blessure ouverte, 2011. Jean-Michel LOU,Le Japon d’Amélie Nothomb, 2011. Serge BOURJEA,Paul Valéry, la Grèce, l’Europe, 2011. Masha ITZHAKI,Aharon Appelfeld. Le réel et l’imaginaire, 2011.
AVANT-PROPOS
Le présent dictionnaire ne porte que sur la production romanesque ivoirienne. Sous le vocable romanesque, nous incluons - en raison du fait qu'ils relèvent tous de la prose -outre les romans à proprement parler, les chroniques, les récits, et les nouvelles. Qu'on ne s'attende donc pas à y voir figurer des œuvres poétiques ou dramatiques. En tant que dictionnaire des œuvres, il ne peut pas comporter d'indications biobibliographiques. Que le lecteur ne s'étonne donc pas de ne pas y trouver des informations sur la vie des auteurs, et des références relatives aux travaux critiques sur les romans. Un dictionnaire des écrivains ivoiriens qui viendra compléter en l'actualisant l'ouvrage de Richard BonneauÉcrivains (1) cinéastes et artistes ivoiriensen 1972, est en cours paru d'élaboration par le Groupe de Recherches et d'Etudes surLa littérature Ivoiriennede l'Université de Cocody (G.R.E.L.I) Abidjan, dont nous sommes le Président du Conseil Scientifique. C'est dans le cadre des travaux de ce Groupe de Recherches que paraît la présente publication, qui se situe dans le prolongement de l'étude d'ensemble intitulée La littérature (2) ivoirienne parue en 2000 .
INTRODUCTION
Qu'il nous soit permis, dès l'abord, de faire très rapidement la genèse de la recherche dont le présent ouvrage est non pas l'aboutissement, mais une étape, un moment du parcours, une petite halte. Nous étions alors étudiant au début des années soixante-dix du siècle dernier ; nos professeurs venaient, après bien de difficultés, d'obtenir l'introduction de la littérature négro-africaine dans les programmes d'enseignement. Nous n'avions pour instrument de travail, que les quelques anthologies parues (3) à l'époque dont celle de Lilyan Kesteloot principalement . Aucun manuel, ni usuel pour nous guider dans nos études. (4) Quand nous avons consultéLe dictionnaire des œuvres de Laffont et Bompiani - "pourtant de tous les temps et tous les pays" - grande a été notre surprise de constater qu'il n'y avait nulle part trace des œuvres de la littérature négro-africaine. Le monde négro-africain serait-il hors du temps et de l'espace, pour que sa littérature n'ait pas été prise en compte? C'est à partir de ce moment que nous avons mesuré l'importance du combat que les tenants de la négritude ont mené pour faire entendre la voix d'une partie de l'humanité, les Noirs d'Afrique et ceux de la diaspora. Ces peuples qui avaient comme le dit Aimé Césaire, "reçu (5) plaqué sur le visage l'omni-niant crachat" revendiquaient leur identité, exigeaient qu'on leur reconnaisse tout ce qu'on leur niait, leurs langues, leurs cultures, leur existence même, pour tout dire. C'est pour cette même raison, que nous avions salué en 1983 la parution sous la direction d’Ambroise Kom, duDictionnaire (6) des œuvres littéraires négro-africaines de langue française publié par les Éditions Naaman avec la collaboration de l'A.C.C.T. Mais cet ouvrage qui a arrêté sa bibliographie à l’année 1978 n'a pas répondu à tous les besoins des lecteurs. Il faut noter à cet effet que, sur les trente titres que comptait la littérature romanesque ivoirienne, à cette date, seulement vingt avaient fait l'objet d'analyse dans ce dictionnaire. L'ampleur de la tâche a fait perdre de vue à son initiateur Ambroise Kom, une dizaine d'ouvrages. Au nombre des titres omis, on peut citerLe
8
jeune de BouakéKoné Maurice publié par Jean Grassin à de Paris en 1963,Le temps de l'école d’Ahoussi Kablan CEDA Abidjan 1976,Brakotto le mécontentKindo Bouadi CEDA de Abidjan 1977. Il y a également toutes les œuvres parues en 1978,La légende de Sadjod’Isaïe Biton Koulibaly,Les malheurs d'Amangouade Léon Maurice Anoma Kanié,Sacrés Dieux d'Afrique de Jean Dodo Digbeu pour ne citer que celles-là. Cela signifie qu’un tiers de la production romanesque ivoirienne ne figure pas dans ce dictionnaire. Il ne pouvait, au demeurant, qu'en être ainsi parce que comme le notait déjà Puis N'Gandu N’kashama, en 1984, «il n'est plus possible de prétendre faire le tour et les détours de tous les (6) textes publiés par les noirs et les négro-africains ». Le changement de perspectives opéré par la critique depuis maintenant un quart de siècle, en s'engageant dans l'étude des littératures nationales africaines, prises séparément, dans le cadre des nouveaux États africains, permet aujourd'hui de procéder à des analyses plus précises. Ce genre d'approche met immanquablement le critique à l'abri des erreurs comme celle commise par les rédacteurs du Dictionnaire des citations du monde entier qui présentent l'écrivain ivoirien Aké Loba, comme un auteur gabonais. À cela il faut ajouter que la prose romanesque et nouvelliste ivoirienne, par exemple, a depuis, triplé de volume. Elle comportait fin juin 2008 cent vingt-sept romans contre 49 en 1986 et cinquante recueils de nouvelles contre 9 en 1986. Soit un total de 182 ouvrages contre 58 en 1986. I1 résulte de ce qui précède qu'il y a un vide et une lacune à combler. C'est l'objectif fondamental que vise ici le GNAOULE - si nous osons nous servir nous même de cette appellation- dont le souci premier est de contribuer à la découverte et à la connaissance par nous-mêmes et au delà de nos frontières, de la littérature ivoirienne. Le dictionnaire des romans ivoiriensdonc à tous s'adresse ceux qui s'intéressent à la Côte d'Ivoire et plus particulièrement à sa littérature. Il est aussi et surtout destiné aux chercheurs, aux maîtres de tous les degrés de l'enseignement, aux étudiants et aux élèves. Nous mettons donc ainsi à leur disposition, un outil de travail
9