Essais et Souvenirs

Essais et Souvenirs

-

Français
84 pages

Description

Dans les cieux ruisselants d’étoiles,
Où plane à jamais l’Éternel,
Dans ta gloire apparais sans voiles,
O superbe archange Michel !
Ta chevelure qui flamboie
Sur ton front de neige déploie
Sa blonde auréole de feu ;
Et, comme une longue comète,
Ton glaive se dresse, et reflète
Tous les rayons de l’éther bleu.

Tu voles à travers les mondes
Comme un faucon blanc dans les airs,
Fendant les régions profondes
Où dort la foudre et ses éclairs.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 décembre 2016
Nombre de lectures 0
EAN13 9782346132201
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Albert Babeau
Essais et Souvenirs
Si par le désir de bien faire Mon jeune cœur fut agité, Si ma main novice et sincère Chercha toujours la vérité ;
Si je crois en Dieu, si j’espère La justice et la liberté, A toi je le dois, ô mon père, A tes leçons, à ta bonté.
Aussi ces essais, douce étude, Qu’inspira ta sollicitude, Je viens ému te les offrir.
Et si ce recueil lasse vite, Il aura du moins le mérite D’être fait selon ton désir.
Février 1865.
AMON PÈRE.
L’ARCHANGE
Dans les cieux ruisselants d’étoiles, Où plane à jamais l’Éternel, Dans ta gloire apparais sans voiles, O superbe archange Michel ! Ta chevelure qui flamboie Sur ton front de neige déploie Sa blonde auréole de feu ; Et, comme une longue comète, Ton glaive se dresse, et reflète Tous les rayons de l’éther bleu. Tu voles à travers les mondes Comme un faucon blanc dans les airs, Fendant les régions profondes Où dort la foudre et ses éclairs. Tes grandes ailes diaphanes Étincellent lorsque tu planes Sur les univers radieux ; Et leur ombre obscurcit les astres, Ces joyaux fixés aux pilastres Qui portent le dôme des cieux. Si Dieu te l’ordonne, par gerbes Tu cueilles et prends les soleils, Tu les mets à ses pieds superbes Comme un faisceau de fruits vermeils ; Ou tu les répands par poignées Dans les profondeurs éloignées, Comme un semeur dans les sillons ; Lancés par toi dans leur orbite, Sous ton impulsion subite Ils vont rouler en tourbillons. La troupe éclatante des anges Te suit à travers l’infini, Au-dessus des globes étranges D’où le feu du jour est banni. Sur ces astres dont la surface Est éteinte et sombre, elle passe Et met son reflet flamboyant : Telles sont les blanches colombes Qu’on voit tournoyer sur les tombes Des cimetières d’Orient.