Construire des personnages de fiction. Roman-récit, scénario, théâtre

-

Livres
182 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour construire une histoire, il faut un scénario et des personnages. Ce manuel se focalise sur cet élément capital: le personnage.Il souligne deux points essentiels : 1)dans un récit, les personnages ne sont pas des êtres isolés, mais ils forment un véritable système, un système dramatique… 2) le personnage littéraire n’existe pas en chair et en os, ni même en image. C’est un être à 100% de parole.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2009
Nombre de visites sur la page 10
EAN13 9782909725376
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,115 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Louis Timbal-Duclaux
Construire des Personnages de Fiction
Récit – Roman – Scénario – Théâtre …
ISBN : 978-2-9097-2537-6
Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage, est formellement interdite sans l’accord de l’éditeur. Tous droits réservés pour tous pays.
!Editions Ecrire Aujourd’hui, 2009. B.P. 90033 49071 Beaucouzé cedex www.ecrire-aujourdhui.com
Personnages de Fiction
Introduction
La notion de personnage et le portrait
En pratique, concernant leur méthode de travail, on rencontre trois types d’écrivains : Ceux qui partent d’unehistoire, d’un scénario structuré et qui, pour le faire vivre, sont amenés à créer des décors et des personnages. Ceux qui partent d’unthème, d’une époque, d’un milieu social ou géo-graphique, et qui doivent ensuite créer personnages et scénario.
Ceux enfin qui créent d’abord des caractères, despersonnages, et se préoccupent ensuite de les faire vivre dans un milieu à l’aide d’un scé-nario.
Mais dans tous ces cas, la création des personnages constitue une étape in-contournable.Car le personnage est à l’action ce que, dans la phrase, le sujet est au verbe. Pas de phrase sans sujet, ni de scénario sans personnage. Nous allons procéder pas à pas.
I –Les 5 sens du mot PERSONNAGE 1Sens étymologique: du latin «persona», masque que portaient les ac-teurs au cours de représentations théâtrales. Par extension :le rôle joué, mon-tré au public :l’apparencepar opposition à la vérité de l’être (comme dans l’expression «il joue un personnage»). De ce sens dérivent tous les autres.
5
Personnages de Fiction
2Sens artistique: être humain représenté dans une œuvre d’art, c’est à dire defiction(par opposition à la réalité) : personnage d’un tableau, d’une sculpture, d’un roman, d’un poème, de cinéma, de la scène…
3Sens technique: rôle prévu dans une pièce de théâtre et qui doit être in-carné par un acteur (synonyme =emploi, rôle). Ou réciproquement, type d’ac-teur convenable pour incarner un certain type de rôle (le père noble, la soubrette, le jeune premier…).
4-Sens social: personne qui,dans la vie, joue un rôle important et en vue (synonyme : gros bonnet, grand manitou, personnalité…).
5-Sens psychologique: personne considérée dans son caractère ou son comportement particulier (synonyme detype, decaractère (en anglais,Per-sonnagese ditCharacter). Expression : « C’est un drôle de personnage », « Il joue le personnage de l’homme outragé »… (manque de naturel, emphase, manque de sincérité…).
De la même étymologie dérivent les termes suivants:
Personne: individu de l’espèce humaine, considéré comme sujet de droit et de devoirs.
Personnel: ce qui est propre à une personne. Ou, comme nom, ensemble des personnes employées dans une maison, une entreprise.
Personnaliser: rendre plus personnel, adapter à la personne.
Personnifier: incarner un personnage, une idée.
Personnalisme: philosophie qui accorde une grande valeur à la personne humaine.
De tous ces sens se dégage l’idée que le personnage est unefaçadede la personne, plus ou moins fabriquée, particulière à elle, et faisant impression sur les autres.
Au total, le concept de personnage estambigüautant dans la réalité que dans la fiction, dans la mesure où s’exprime la dialectique philosophique entre le paraître (le phénomène) et l’être (la réalité profonde).
Le personnage estmélioratifdans la mesure où il exprime la vérité et la puissance de l’être («un grand personnage»). Le même terme estdépréciatif, s’il connote la dissimulation coupable, l’illusion trompeuse, le mensonge. Cest bien l’ambiguïté même de l’art en tant que fiction, dont Cocteau a dit : «C’est un mensonge qui dit la vérité
6
Personnages de Fiction
On définit alors l’art authentique comme celui qui utilise la fiction (notam-ment du personnage) comme un moyen pour dévoiler une plus grande vérité sur le monde dans les domaines du beau (esthétique), du vrai (logique), du bien (morale), seuls, ou conjoints, dans une vision globale de l’être (métaphy-sique). L’étude du personnage est donc inséparable d’une vision globale de l’art lui-même.
De fait on verra comme le concept même du personnage a fortement évolué au fil des siècles.
II.Brève histoire du personnage littéraire
Toute l’histoire du personnage littéraire sur 20 siècles tourne autour du pro-blème central de l’art.
Pour l’écoleclassique(Boileau), l’artiste doit abstraire de la réalité «l’es-sence générale» du personnage. D’où le goût pour les grands types : l’Avare (l’essence de l’avarice), leDistrait(l’essence de la distraction), l’Amoureuse (l’essence de la passion), etc…
A l’inverse, l’écoleRomantique, cherche à abstraire de la réalité, lediffé-rent, le singulier, ce qui rend l’individu irréductible aux autres. D’où un goût pour le caractère ethnique (leBasque, leCorse…), les spécificités de langage (tournures, expressions…), les paysages typiques (la fameusecouleur locale), les pays étrangers ou inconnus (l’Orient mystérieux…), les situations et les personnages exceptionnels (monstres, mages…). D’où souvent des descrip-tions très détaillées des dits personnages, pour exalter leur singularité. Ce goût du détail réaliste connaît son apogée avec l’école naturaliste (Goncourt, Zola, ème Maupassant et Flaubert en partie). Mais il ne dépasse pas le 19 siècle.
ème Au contraire, au 20 siècle, avec l’école symboliste et ses prolongements, les auteurs s’attachent au «réalisme subjectif», c’est à dire au personnage voyant, et non plus vu. C’est l’école subjective du «courant de conscience» (James, Proust, Joyce, Kafka, Dujardin…).
Vers 1960, le courant duNouveau Roman, en France, prolonge cette ten-dance subjective, en essayant d’abolir le personnage classique (à la Balzac). Cela, en le rendant flou, incertain, contradictoire selon les points de vue. On a vite touché à une limite ; et le roman actuel admet à peu près tous les modèles hérités du passé…
7
Personnages de Fiction
Au total: bien des personnages modernes ne sont pas plus caractérisés que ceux de l’Antiquité ou du Moyen Age (on ne connaît pas la couleur des yeux ni d’Ulysse, ni deRoland, ni deGargantua…)
Le schéma suivant symbolise cette évolution millénaire.
forte
Caractérisation détaillée
faible
antiquité moyen-âge
classicisme
romantisme
III –Quatre manières de présenter un personnage
ème 20 siècle
On peut résumer à quatre les manières de présenter un personnage. Une ma-nière statique (l’être) : le portrait. Trois manières dynamiques (le faire) : par action (scène), par parole (dialogue) et par pensées (monologue intérieur).
La manière la plus classique est leportrait; mais comme ces manières ne sont pas exclusives, elles seront pratiquementtoutesutilisées à la suite pour les principaux personnages ; tandis que les personnages secondaires ne feront le plus souvent l’objet que del’uneou de l’autre, et de façon plus succincte.
8
Personnages de Fiction
Le portrait classique de personnage
De manière classique, on appelle portrait d’un personnage quelques lignes consacrées à le décrire.
«Martin Beck avait l’air fatigué et sa peau brûlée par le soleil paraissait jaunâtre dans le jour gris. Il avait un visage étroit au front large et à la mâ-choire puissante, un nez court et rectiligne, des lèvres minces, marquées de deux sillons profonds aux commissures. Ses cheveux noirs, coiffés en arrière, ne s’argentaient pas encore. Son regard bleu était limpide et calme.
Il était mince, pas particulièrement grand et ses épaules étaient légèrement voûtées. Certaines femmes auraient dit qu’il était bel homme, mais la plupart l’auraient trouvé tout à fait ordinaire. Son costume n’attirait pas l’attention. On pouvait tout au plus penser qu’il s’habillait de manière trop discrète.» (Sjöwall et Wahlöö :Roseannacoll. 10x18)
Le plus souvent ce portrait est physique mais laisse transparaître (comme ici) un arrière plan moral. Ce portrait est souvent fait par le narrateur (comme ici), mais il peut être fait par le personnage lui-même, ou par un autre person-nage. Si ce personnage est le héros (comme ici), il intervient assez tôt dans le récit (page 13).
Ces rappels d’histoire littéraire étant faits, on peut maintenant se lancer dans une série d’analyses plus détaillées dans les chapitres suivants. Ces analyses ne sont pas strictement séquentielles, et sont relativement autonomes. On peut les considérer comme autant de «coups de projecteur» éclairant une face de ce sujet très complexe : le personnage.
La place de ce livre
Aristote, 4 siècles avant J.-C., distinguait déjà dans la fiction littéraire, quatre éléments de base :
1 – Lafable, que nous appelons aujourd’hui intrigue ou scénario.
2 – Lescaractères agissants, ou personnages.
3 – L’élocutionou manière de dire, que nous appellerions modes de focali-sation ou de narration.
4 – Et enfin laPensée, que nous appellerions le sujet, le genre ou le message de l’œuvre.
9
Personnages de Fiction
Dans d’autres livres que j’ai écrit dans cette collection, j’ai traité des types de scénario et des genres. Ce livre qui traite du point 2 d’Aristote, vient com-pléter les précédents (aux éditions Ecrire Aujourd’hui) :
J’écris mon premier roman. J’écris des nouvelles et des contes. J’écris mon premier polar. Techniques du récit et composition dramatique. Ecrire un roman. Ecrire des nouvelles. Ecrire comique(étude spéciale des personnages comiques, que je ne reprends pas ici mais que je recommande). Je précise enfin que je compte publier bien-tôt dans cette collection un nuveau manuel consacré à l’écriture fantastique et ses personnages (fantôme, loup-garou, androïde, vampire, chose sans nom) dont je ne parlerai pas ici.
1
0
Personnages de Fiction
PARTIE I.
LES PERSONNAGES DE FICTION
ET LEUR SYSTÈME
11
Personnages de Fiction
1
2