Darwin, Pasteur, Koch et Freud dans le roman

-

Livres
210 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les découvertes scientifiques sont dues au génie de quelques-uns mais elles sont possibles parce que l'élite intellectuelle européenne, "réaliste", les appelle de ses voeux pour expliquer le monde et orienter la société à venir. Les artistes et gens de lettres font de la nouveauté scientifique un sujet en soi, l'occasion de moderniser le questionnement existentiel, et l'outil qui permet de faire de la création artistique un monde plus vrai que le quotidien.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2012
Nombre de lectures 26
EAN13 9782296501454
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Darwin, Pasteur, Koch et Freud dans le roman
Santé et Sciences humaines Collection dirigée par Jehan-François Desjeux et Sophie Alami Déjà parusIsabelle GOBATTO,Être médecin au Burkina Faso, 1999.Claude FOUCHER,Vécu identitaire et cécité tardive. La vie associative comme restauration du lien social, 1997. Jacques RUFINI, Michel GAILLARD (ed.), Ouvrage collectif, Pratique psychogériatrique, la genèse d'une équipe multidisciplinaire, 1996. Michèle CROS,Les maux de l'Autre. La maladie comme objet anthropologique, 1996. Renée CLAISSE-DAUCHY,Médecine traditionnelle du Maghreb. Rituels d'envoûtement et de guérison au Maroc,1996. Didier VRANCKEN,L'hôpital déridé, 1995. IsabelleBARDEM, Isabelle GOBATTO,d'amour, vies Maux de femmes, 1995. AngèleNYER-MALBET,Migration et condition sanitaire, 1995. D. HANOT,Les pharmaciens, 1995. O. KUTY,Innover à l'hôpital. Analyse sociologique d'une unité de dialyse rénale,1994. J.-F. DESJEUX et M.TOUHAMI (ed.),Alimentation génétique et santé de l'enfant, 1994. Mohamed MEBTOUL,Une anthropologie de la proximité. Les professionnels de la santé en Algérie, 1994. N. GUALDE,Une anthropologie de la proximité. Les professionnels de la santé en ALgérie, 1994. D. DESJEUX, I. FAVRE, J. SIMONGIOVANI,Anthropologie d'une maladie ordinaire. Étude de la diarrhée de l'enfant en Algérie, Thaïlande, Chine et Égypte, 1993.
Béatrice Grandordy Darwin, Pasteur, Koch et Freud dans le roman ou ‘L’évolution’ et la santé dans la réalité et l’imaginaire européensL’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96428-0 EAN : 9782296964280
Sommaire Illustrations ..................................................................................................... 9 Pour le lecteur ............................................................................................... 11 1 Sciences et positivisme : relation et opposition ....................................... 13 2 Champ de l'ouvrage ................................................................................. 15 3 Le monde de la pensée vers 1850 ............................................................ 17 3.1 Le réalisme : l'état d'esprit d'un long demi-siècle .........................18 3.2 Les intellectuels, les milieux politique et religieux.......................19 3.3 La santé publique et la médecine ..................................................20 3.3.1 Les milieux scientifiques médicaux......................................21 3.3.2 Les médecins, la politique et l’administration ......................26 3.4 L’architecture comme politique urbaine .......................................29 4 Portée des découvertes scientifiques ....................................................... 41 4.1 Le monde bactérien et l’infiniment petit.......................................41 4.2 La médecine ..................................................................................43 4.2.1 L’hôpital en France vers 1850 ..............................................47 4.2.2 La Santé Publique en France après 1850 ..............................51 4.2.3 Quelle médecine à l’hôpital, et en dehors ? ..........................54 4.2.4 L’hôpital, de l’Hygiénisme à la révolution pasteurienne ......72 4.3 Santé mentale et psychanalyse......................................................76 4.3.1 Brève histoire de la folie, de la santé mentale et de la psychiatrie.............................................................................................77 4.3.2 Des troubles psychiques plus visibles que d’autres ..............81 4.4 L’évolution....................................................................................83 5 L’infiniment petit, l'évolution, la médecine, et la santé mentale dans le roman ............................................................................................................ 99 5.1 Les romanciers ............................................................................100 5.2 Les médecins dans le roman .......................................................103 5.3 L’hôpital dans le roman ..............................................................109 5.4 Les épidémies et « le monde de l’infiniment petit » dans le roman  113 5.5 La santé mentale et l’inconscient dans le roman.........................127 5.5.1 L’institution asilaire dans le roman.....................................128 5.5.2 Hystérie, psychologie et inconscient dans le roman ...........138 5.6 L’évolution dans le roman ..........................................................147 6 Conclusion ............................................................................................. 167
5
7 Tableaux ................................................................................................ 169 7.1 La santé en Europe au XIXe siècle : les grandes dates de l’Hygiène, la lutte contre les infections, la santé publique, les techniques visuelles, l’histopathologie .....................................................................................169 7.2 La santé en Europe au XIXe siècle : les grandes dates de l’école anatomo-clinique, la neuro-psychiatrie, la psychanalyse, la radioactivité  171 7.3 Les 24 principaux établissements de l’AP en 1900 : laboratoires  171 7.4 Troisième République (avant 1914) : lois votées avec la participation des médecins-députés à l’Assemblée Nationale ................173 7.5 Naissances, Maladies et Décès : statistiques de la Ville de Paris pour l’année 1896, semaine du 9 au 15 Février ......................................174 7.6 Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, Service er médical, Instructions du 1 Juillet 1899 .................................................176 8 Description des illustrations .................................................................. 179 9 Bibliographie ......................................................................................... 181 9.1 Bibliographie scientifique ...........................................................181 9.1.1 Théorie de l’évolution et paléontologie ..............................181 9.1.2 Maladies infectieuses, épidémies et santé publique............184 9.1.3 Santé mentale et psychanalyse............................................189 9.1.4 Ouvrages généraux et collectifs ..........................................190 9.2 Littérature....................................................................................191 9.2.1 Préhistoire et évolution dans la littérature...........................191 9.2.2 Maladies, Médecins, Santé mentale, Santé publique dans la littérature 192 9.2.3 Critiques, essais et thèses sur la littérature de l’évolution et de la santé 197 10 Index des noms de personne .................................................................. 199 11 Remerciements ...................................................................................... 205
« Les côtés dangereux de la théorie de Darwin ! Est-ce sérieux ? Et tu avoues toi-même qu’elle a agi sur les communeux un peu à leur insu ! Je crois qu’ils l’ignoraient complètement (…). Et quand même ! (Ce danger) fût-il réel, est-ce que la Science doit se plier à la morale ? Nos besoins sont-ils la mesure de l’Absolu ? De deux choses l’une pourtant : ou l’Evolution ou le Miracle. Il faut choisir. » Gustave Flaubert, lettre du 13 novembre 1879 à Maxime Du Camp, sur la Commune de Paris. (Stéphanie Dord-Crouslé, Le darwinisme de Flaubert, 2003) « Je considère les hôpitaux seuls comme une entrée à la médecine scientifique ; ils sont le premier champ d’observation auquel le médecin accède ; mais le véritable sanctuaire de la science médicale est le laboratoire ; là seulement le médecin peut chercher les explications aux états normaux et pathologiques au moyen de l’analyse expérimentale ». Claude Bernard (1813-1878), Une introduction à la Médecine expérimentale, Paris 1865, p146. « Sacha Guitry raconte : Pasteur se présente chez Mme Boucicaut, la propriétaire du Bon Marché. On hésite à le recevoir. "C'est un vieux monsieur" dit la bonne. "Est-ce Pasteur de la rage des chiens ? ". La bonne va demander. "Oui" dit Pasteur. Il entre. Il explique qu'il va fonder un Institut. Peu à peu, il s'anime, devient clair, éloquent. "Voilà pourquoi je me suis imposé le devoir d'ennuyer les personnes charitables comme vous. La moindre obole... Mais comment donc !" dit Madame Boucicaut avec la même gêne que Pasteur. Et des paroles insignifiantes. Elle prend un carnet, signe un chèque et l'offre, plié, à Pasteur. "Merci, Madame ! dit-il, trop aimable". Il jette un coup d'oeil sur le chèque et se met à sangloter. Elle sanglote avec lui. Le chèque était d'un million de francs-or." Jules Renard, au sujet de la Fondation de l’Institut Pasteur en 1888. « Le mieux que l'air de Rome avait fait éprouver à madame de Beaumont, ne dura pas : les signes d'une destruction immédiate disparurent, il est vrai ; mais il semble que le dernier moment s'arrête toujours pour nous tromper. J'avais essayé deux ou trois fois une promenade en voiture avec la malade ; je m'efforçais de la distraire, en lui faisant remarquer la campagne et le ciel : elle ne prenait plus goût à rien. Un jour, je la menai au Colysée ; c'était un de ces jours d'octobre, tels qu'on n'en voit qu'à Rome. Elle parvint à descendre, et alla s'asseoir sur une pierre, en face d'un des autels placés au pourtour de l'édifice. Elle leva les yeux ; elle les promena lentement sur ces portiques morts eux-mêmes depuis tant d'années, et qui avaient vu tant mourir ; les ruines étaient décorées de ronces et d'ancolies safranées par l'automne, et noyées dans la lumière. La femme expirante abaissa ensuite, de gradins en gradins jusqu'à l'arène, ses regards qui quittaient le soleil ; elle les arrêta sur la croix de l'autel, et me dit : " Allons ; j'ai froid. " Je la reconduisis chez elle ; elle se coucha et ne se releva plus." François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, texte de 1838, à propos de la mort de Pauline de Beaumont de tuberculose, à Rome en 1803
7
Illustrations
Pinel libérant les aliénés de leurs chaînes
Une leçon du docteur Charcot à la Salpêtrière
9
La santé en 1900