Hâfez, par Hâfez

-

Français
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Né à Chiraz vers l'an 1320, Shams al-dîn Mohammad Hâfez, plus connu sous le pseudonyme de Hâfez, s'impose au même titre que Sa'adi, Ferdowsi ou Mowlavi, parmi les grands maîtres de la poésie et de la culture persanes. Philosophe et poète de la vie, Hâfez, méprisant conformismes et valeurs de façade, exalte la beauté, la prééminence de l'amour, et l'intérêt premier du désir. L'intemporalité de sa poésie, le profond sentiment de la finitude, lui font appréhender avec "humilité, sagacité" et une pointe de mélancolie, la nature, le vin, la femme.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 32
EAN13 9782296484870
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Hâfez,par HâfezHassanMakr eM i
Hâfez,par Hâfez
Unautreregardsurunpoètemajeur
delapoésiepersane
Essai
PréfacedeHouchang GUil ya rd iDumêmeauteur
Enpersane
Daftaré Khâterât (Le Cahier des Souvenirs), Sous le nom
d’empruntMohebbiHassan,Limoges,1988.
Goghrafiay bazar vakil (Géographie de souk Vakil), roman
Gardoon,Berlin2005.
Degar shanidan gozashteh ha (Autrement, entendre le passé),
Recueild’essai,GardoonBerlin,2006.
Piano à quatre main (recueil de poésie avec Mina Rad),
Gardoon,Berlin,2008.
EnFrançais
Regard croisé sur la calligraphie, discours et exposition UNESCO
2009,WCDParis2009.
Calligraphie couverture de le vin et celles de l’intérieur par
hassanmakaremi2011
©L’Harmattan,2012
5-7,ruedel’École-Polytechnique;75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:978-2-296-96801-1
EAN:9782296968011AmonfèreHabibquientendlavoixde« Hâfez »Préface
alligraphe,peintre,poète,scientifque,psychanalyste…,CHassanMakaremiprocèdedu même foisonnementque
Hâfez, unbouillonnementpermanent,etappliquantactivement
sespréceptes.Al’instardenombreuxiraniens,ilnepeutpasserde
soiréesansqu’ilsurgissedeluiavecjoieetl’œilpétillantquelques
vers,odes ourimes,au hasardd ’unpropos ou d’un travail. Son
admirationetsafréquentationincessanted es Ghazals–forme
poétique«l ibre», sansconventiondelongueur-deHâfezl’on t
portéàapprofond ir les liens anciens et intimes entrePerseet
Occident,laphilosophieet laréfexionsur lavie quotidienne,
l’amour,ledésir,lecharneletl’élévationspirituelle.…
Au cours – provisoire nécessairement - d’un travail
permanent,HassanMakareminousfaitparticidesesanalyses,
évocationsetcommentaireasuxquelslespoèmesdeHâfezl’ont
conduit: occurrences, bases culturelles etconduitesde vie.
Essai, comme on disaitautr efois,de psychanalyse appliquée,
HassanMakareminousmèneverslesdimensionsmultiples,les
paradoxesetéquivoquesdu« poètegénéreux», explorantles
thèmesrécurrentsde« laréalitésocialeethumaine».
Vastepromenadeà traverslesévocationsdumonde.Hassan
Makareminousgratifenotammentd’undéveloppementétendu
surlesmultiplesoccurrencesdu« cœur», chezHâfez,mais
aussibiendanslalangueetlalitératurepersanes,leCoran, ses
usagesdanslaGrèceancienne,nousemmenantjusqu’enChine,
etchezMesmer…
eEcritauXIV siècle, ettraduitily apeude temps defaçon
intégraleenfrançais,ledivan:recueil,ausenspropre,desodesde
Hâfeza, étécélébréparsesplusill ustrescollègues,commeœuvre
d’un desplusgrandspoètesdel’histoire,telsVictorHugo, ou
9Goethedéclarantquelorsque«s’efondrerailetmonde»Hâfez
seraitleseulpoèteavecquiilvoudrai«t rivaliser».
Philosopheetpoètedelavie,Hâfezmé, prisantconformismes
etvaleursdefaçade,exaltlae beauté,laprééminencedel’amour,
etl’intérêtpremierdu désir.L’intemporalitéde sapoésie, le
profondsentimentde lafnitude, luifontappréhenderavec
«humilité,sagacité»etunepointedemélancolie,lanatur e,le
vin,lafemme.
Le mausolée de Hâfez,à Chiraz,berceaude laPerse, situé
danslesud del’Iran, esttoujoursfeurietentouré defervents
admirateurs,quis’yrendentenfamille,écouteroudéclamerses
odes.Ilne s’agitlàaucunementdenostalgieoudeculteporté
à unmort , maisd’uneproximité,dans tousles sensduterme ,
etde vénération,tantl’héritage etlamémoiredesiraniens se
reconnaîtdanslasensibilité,dansl’intimeréfexionpoétiquede
Hâfez«Miroirdumonde»populaireetsavant.Unprestigebâti
desimplicitéetdeprofonde urintellectuelleetcharnelle.
Tropméconnu horsdes mondes persanophones, Hâfez
constitueundescimentscultureletidentitairchee zcesderniers.
Poète,philosophehétérodo xe,mystiquecharnel,prônantdene
paslâcher,sousladénominationdel’amour,lefldudésir,Hâfez
chante,sousletitre de l’ivresse,l’amouretl’aimée, comme
densitéslégères.Ilporteunregardquelquepeudésill usionnésur
lesimpost uresdelaviesociale,rejetelapressiondescontraintes
facticesetdesautoritéfcs tivespo, urgarderetafnerlajustesse
delaconscienceetdesrelation sauthentiques.
Nipesanttraitéphilosophique,nienseignementuniversitaire
ordonné,nidogmereligieux,cesconcentréssensibles,avecleur
respirationderéel,traversentlessiècles.
Quecetamourrespectueux,lamodestiedeceteintelligence
humaine, transmiseiciparHassanMakaremi,puissepermetre
aulecteurdeséchappéesverslescheminsdequalité.
HouchangGuilyardi
Psychiatre,PsychanalystePrésidentdel’Association
PsychanalyseetMédecine(APM)
10-Juin2010,Centreculturel,Montpelier:
«Hâfez; Anthropo logue»
-Novembre2009,AssociationCultureLibre,Paris:
«HâfezdeChirazetVision»
- Décembre2009, LogeNationaldeRecherchedelagrand
LogeNationalFrançaise,Paris:«Amour,Parcoursdumonde»
-Septembre,octob reetnovembre2007,Soiréepoétiqueàla
eMairiedu 9 :«échangepoétique:Hâfez»
- Juin2007, Internationalde Cerisy-la-Salle : « Atelierde
réfexionpoétiqueautourdeHâfez »
- Janvieretfévrier2007, L’Harmatan, Paris: « Atelierde
réfexionpoétiqueautourdeHâfez »
- October2004, EuropeanCentre forZoroastrian Studies
Brussels:«loveinthetwoworld s,accordingtoHâfez »
-Novembre2002,Unesco,Paris:ConférenceCulturePerse:
«HâfezetCœur»
HassanMakaremi
12introduction
hirazse voulait,autemps de Hâfez,l’undes carrefoursCrayonnantsdelacivilisationislamique. Bien qu’issu d’une
famillemodeste,lejeuneShams ad-inMohammadyreçutune
éducationclassique substantielle–comme en témoignentsa
connaissance parfaitedel’arabe, de lalitératurepersane, des
sciences,ainsi quedediversautr esenseignementstraditionne ls
de sonépoque,dont l’Islam. C’est ence sensqu’ils’impose
aujourd’huien tantq ue représentant autnhetiquedelaculture
perse,lareprenantdanssesélémentsfondamentaux,ladéclinant
sous toutesses formes –mystique,religieuse, scientifque,
mythologique–, s’appuyants url’artpoétiqueet les courants
de pensées de ses prédécesseurs Ferdowsi, Khayyâm,Sa’adi,
Atâr,Mowlavi,ou encoreNezâmi. Denombreuses études ont
démontrélesapportsdecespoèteseturleinfuencedanslapoésie
deHâfez–l equeleutparlasuite uneinfuenceconsidérablesur
ungrandnombredepoèteset airtstes,nonseulementiraniens,
mais encoreoccidentaux,dont ilfutàlafois leprécurseuret
l’inspirateur.
Hâfezinspiraen efetles plus grands, de VictorHugoà
Goethe, en passantparNietzsche, quiperçurentlamusical ité
delapoésiedeHâfezetsel’approprièrent.Fin connaisseurde
musique,Hâfezpratiquai–tétantpourvu d’une belle voix –
l’artduchant.Cetaspectde sapersonnalité,particulièrement
important,se retrouve dans larythmiquede sapoésie– tout
particulièrementdanssesghazals–,laquelleétaitoriginellement
destinéeàêtrechantée.
Les éléments historiqueset biographiques dont nous
disposons à ce jourrelativementà lapoésie Hâfezienne se
13révèlentencoreinsufsantspouren saisirtoute laprofonde ur
etlacomplexitéHâ. fezendemeurantcommeabsent,etlesiècle
dans lequelévolue sapoésiesemblantparailleurs appartenir
à un autr e espace-temps, seulesubsiste à lalectur e des vers
lavoix humaine quiles découvre, les récite; voix anonyme,
intemporelle,quin’appartientniàcemonde,niàl’autre.
Devantunetelleport éeémotionne lle,une«méthode» se
doitd’être proposéeafn de lireetcomprendreHâfezpar
luimême. Les pistesde réfexionquejedésirelivreraujourd’hui
sontissuesd’unparcoursdevie,quelapoésieetl’âmedeHâfez
n’ontcesséde ponctuer.Elles permetentledépassementde
l’héritageprécieux, tanthistoriqueetquelitérair,eléguéparle
poète,etconduisentàlecomprendreparlui-même.
i. de marencontreavecHâfe z
Ma rencontre avec Hâfezintervintdans ma jeunesse ;
décisive,elleexerçasurmonparcours ultérurie uneinfuence
considérable. Ilestdans de nombreuses cultures d’usage de
distinguerparlaremised’un prixunélèvepourl’intérêtqu’il
porte à une ou plusieurs disciplines données. Alorsâgé de
quatorze ans etélève aulycéede Téhéran, mon application
scolairefutrécompenséeparledirecteurdel’établissement,par
laremiseduDivândeHâfez–ceterécompenseserapportantà
mesorigineschiraziennes.
IlestenIrand’usagedeconsidérerque,sil’onnetrouvepas
parhasarddanstoutefamilleunereliureduCoran,onentrouve
certainementuneducélèbreDivân deHâfez.Bien quel’onne
1disposepasdechifreprécis,onestimeàpartirdel’année1979
lestiragesdurecueilHâfeziencomparablesàceuxdulivresaint.
Les ghazals du poète scandentles fêtes– Nouvel An,
2ou Nowrouz – et réjouissances – mariages. Il n’estpas
extraordinairede participeren Iranà des cercle s de lectur e
dédiés à Hâfezà laveille des jours fériés. Véritablesymbole,
Hâfezfaitpartieintégrantedel’espridtupeuple–c’estainsiqu’à
1 Annéedelarévol utioniranienne(10février1979).
2 LacélébrationduNouvelAn(Nowrouz)alieuenIran,les21mars .
143lasuitedelanaissanceetdelaprogressionduMouvementvert,
lespartisansdecedernierseregroupèrentrégulièrementsurla
tombedupoète(lescérémoniesdecélébrationduNouvelAn
le21 mars2010 donnèrenten particulierlieuà d’incroyables
4rassemblements).
Hâfezestlaplusill ustre fgure représentativdee laculture
perse, perpétuelle, intemporelle. Du sommetde lapoésiede
Hâfez,l’aveniretlepasséguidentunlecteuraverti.Auparfum
historiquedel’œuvresemêlel’essencesubtiled’unavenir,que
celuiquientendHâfezparHâfezdécouvriraaugrédesrimesde
l’œuvre.
Jenedisposaià 14 ans,endehorsd’une(maigre)première
approcheléguéeparlalectur e de quelques-unsdes poèmes
de Hâfezrencontrés dans mes manuels scolaires,que d’une
connaissance superfcielle de son œuvre.L’accès à sa poésie
m’étaitd’autantplusdifcilequesonniveaudecomplexitneé lui
octroyaitgénérale mentquederarespassagesdereprésentation
dansleslivresscolaires.Bien quecurieuxdecetepoésieetde
cetelitérature,quimesemblaientport erl’artdelamétonymie
etdelamétaphoreàdesniveauxsublimes,jenepouvaisparvenir
àétanchermasoif.
DansleDivân, l’artlitérairede Hâfezateintsonapogée :
5les tropes majeur s s’y enchevêtrenten une diversifcation
de niveaux de langage etde signifcations. Chaquefgure de
rhétoriqucoe mportediverses«strate»s -leplusgénérale ment
3 ou 4 –, qu’ilconvientd’appréhender isolémentavantde
parveniràrestituerlacomplexitédesonessenceaupoème.
Lacompréhensionde l’œuvrede Hâfezn’intervientqu’au
termed’unparcoursinitiatiqueCe. lui-cidoitlégueraulecteur une
éruditiond’ordregénéral,constituéed’approchesdiversiféesde
lalitératurepersaneainsiqued’un approfond issementlexical
relatifauxterme sdel’époquedeHâfez.Pourlireetcomprendre
HâfezparHâfez,ilfautnon seulementavoirlu,mais aussi
322juin2009.
4 DocumentsvidéodifuséssurInternetàceteoccasion .
5Enparticuliermétaphoreetmétonymie.
15entendreses mots,en ressentirlasouplesse,en restaurerla
fnesse,les appréhenderdans leurs contextes philosophiques,
religieuxmaisaussiquotidiens–festifs,cérémonieuxouencore
anecdotiques.
Ilconvientde lireHâfezduplussuperfcielauplussubtil.
Chaquepoème doitêtre luetcomprisdans sonentier,puis
s’efacerauproftdechaquedistique,ensuitedechaquerime,
enfndechaquemot.C’estlacompréhensiondecedegréinfme
replacé dans sonensemble quipermetradedégagerl’essence
commune aux quelques cinq centsghazals Hâfeziens dont
6nousdisposons aujourd’hui. Lalectur e du Divân estinfnie.
Chacundesesghazalsprofleunekyrielledetournureslexicale s
équivoques,d’images, de référents,toutun symbolisme qui
s’étendàd’autr espoèmesparlebiaisdepontssubtils,etprojete
l’ombred’une sagesse philosophique qui guidera chaque
hommedans l’Univers. Une premièrelectur e d’un ghazalen
appelle une deuxième, laquellenousemporte graduellement
versdesperceptionsnouvelles,etainsidesuite,àl’infni .
7Exempledes«cheveuxduCompagnon»,ghazal239
Amisbuveurs,descheveuxduCompagnondéfaiteslenœud,
c’estunebellenuit,prolongez-ladecesguiches !
Une premièrelectur e permetauxcheveux de se dessiner
légitimement en tantque simple capillaire,leur libération
appelantàl’intimitvéoulueparl’avènementdusoir.Uneseconde
lectur eregroupemétaphoriquem entcheveuxetnuite, squissant
unelibération descheveuxutileauprolongementdelanuit.Une
troisièmelectur eappelleàlaperceptiondelachevelureentant
quevoile,rideaudel’Universquel’ivresseapport éeparlevinest
susceptibledelever.
Lire et comprendre le corpus de Hâfez implique un
approfond issementperpétueldecetensemble.A quatorzeans,
6 LesghazalsdeHâfezquinousfurentléguésenhéritage frentl’objetd’études
approfond ies.Cetensemblerevuetcorrigédétermineuncorpusde500ghazals
pertinentsetidentiféscommeatribuésàHâfez(cf.IntroductionduDivân,Hâfez
deChiraz,introduction,traductiondupersanetcommentairepas rCharle s-Henri
deFouchécour,Edition sVerdier,1280p.).
7 Ghazal239,vers1,p 641.
16je pénétraicete complexitéavecl’exaltationetl’aviditéque
suscitaitdéjà en moi, en uneperceptiontoutenfantine, cete
boule versanterencontrelitéraireJe. lusetrel us,aidéparceuxqui
aimaientHâfez,l’œuvredugrand poète.Jeprenaisconsci ence
d’une proximité,d’un amourqueje port erais à jamais à son
œuvre,etdévelopperaisparlebiaisd’unevolontéd’exploration
quejepressentaisdéjàcommeintarissable.Unetellerencontreà
unâgesitendrenefutpeut-êtrepaspurementfortuiteJe. perçus
dèslorscommeundevoirdecomprendrel’œuvredupoète.Je
m’imaginaisqu’ellem’avaitchoisi.Cesentimentpersisteencoreà
8cejour.Aujourd’hui,lorsquejem’emparedemoncalam e,c’est
ordinairementunghazalHâfezien quiseprésenteàmonesprit.
Ceprocessussembleéchapperà mavolonté,commeconsister
enunautomatismeinstinctif.
Hâfezm’accompagne,silencieuxmaisdisert .
ii. de l’œuvredeHâfezetdesesdiversesinterprétations
Jepassaidenombreuxmoments,àl’appuiduDivân,àtenter
deme représentechr acunedesanalysesquiavaientjusqu’alosr
étéconsacrées à l’œuvrede Hâfezetauxquelles je pus avoir
accès. Bien que très commentée, lapoésie Hâfezienne est
égalementtrès controversée. Nulne peutprétendreen être
un spécialiste. Certains lisentetrelisentl’œuvredupoète,en
acquérantune bonne connaissance culturelle« générale».
D’autr es l’interprètent. Le Divân estcomparableauCoranen
ce qu’ilsertégalementl’artdivinatoirechezles Iraniens : il
estpourceux-cien quelquesorte traditionnel– parcroyance
véritableautantqueparjeu– de recourirà l’interprétationde
sesghazalspouryliremessagesetréponsesauxpréoccupations
duquotidien. LespoèmesHâfeziens rempliraientdoncl’ofce
9duDjâm e djam auquelils fontsi souventallusion . Œuvres
d’un poèteintemporel, témoinsdupasséetrefetsde l’avenir,
8 Outildecalligraphe.
9Djâmédjam,ouCoupedeDjamshid,estlacoupelégendairedesroisdePerse
remplie d’un élixird’immortalitéetpermetantl’artde ladivinationdans la
mythologieperse.
17ils possèderaientdes vert us curativescontre les chagrins et
douleursduquotidien.
Beaucoup saventlireHâfez.Cependant,lediscernement
etlaprofonde urnécessairesà l’explicitation de chaquetrope,
contextuellementauseindechaquedistique,dechaquepoème,
dechaquecorpus,de Hâfezlui-même auseinde sonépoque,
estpeu répandueetparfoispeuperspicace, etce en dépitde
l’impressionnante quantitéd’écritset d’études jusqu’alors
consacrésàHâfez–lelecteurpassionnéseprocureraaisément
enIrandesglossairecosnsacrésauxterme semployésparHâfez
danssonœuvreetlesreplaçantauseindel’époquedupoète,des
lexiquesréférençantlespersonnagesauxquelsilestfaitallusion,
ouencoredesmonographiesconsacréesauxtradition sévoquées
dansleDivân.
Lesdiférentesinterprétatsionde lapoésieHâfezienne ont
donnénaissanceà plusieursécoles,chacuneprônantuneligne
de pensée qu’elles’eforcede popula riser.Ce faitatesté, en
apparenceanodin,possèdeuneport éeautr equecelleconcédée
parsasimpledimensionlitéraire: elleestd’ordrereligieux.
Ainsi,lecourantmusulmanchiiteinterprèterta--ilcomme une
allusionàHusseyn(lepetit-flsdeMahomet,vaincuettuépar
10sesennemisaujourdel’Achoura )cequelecourantzoroastrien
11appréhenderadavantage comme une référence à Syâvosh ,
hérosmythiquedelamythologieperse.Lethèmezarathotrusien
estparailleursomniprésentdanslapoésiedeHâfez–certainsy
12verrontunedévotiondupoèteàZoroastre .
10 Le 10 dumoisde Moharram, premiermoisducalendrierislamique.Dans
latraditionchiite,cejourcommémorel’assassinatdel’imamHusseynetde 72
membresde safamilleetpartisansparlecalifatomeyyadeenl’an680, dansle
désertdeKarbalaenIrak .
11Figuremajeuredel’œuvreépiquedupoèteAbolGhâsemMansourebnHasan
al-Tousi,surnomméFerdowsi,leShâhnâme h.Symboledelapureté,Syâvoshest
unprince infortuné, quipéritparl’ennemiaprèsavoirfuilacourde sonpère
frivoleetlapassiondéraisonnéedesabelle-mèrepourlui-même.
12Eminentpersonnagereligieux,dontl’existencesesitueentrel’an1000etl’an
400avantJésus-Christ selonlamythologieperse,enl’an588avantJésus-Christ
selonleBundahishn(nomtraditionneldonnéaucorpusdetextescosmogoniques
rela tifsauzoroastrisme).LephilosopheFriedrichNietzscheluidédialecélèbre
1813Exempledelaréférenceau«feu»de Zoroastre,ghazal198
renouvelleaujardinleritezoroastrien,
maintenantquelatulipeaallumélefeudeNemrod.
Levinestunsecond élémentdelapoésieHâfezienne sujet
à unedivergence d’interprétats.ion Pourlelecteurnovice, le
vinHâfezienadesvert usdésaltéranteetsapaisantes.Lelecteur
épicurienluiatribueradesvert uspurementfestives–soulignant
lefaitqueHâfezl’associe leplus souventdans sesghazals à
l’avènementduprintemps,àsesfeursouencoreautemps passé
entre amis.Le lecteurmystiqueverradans levin Hâfezien le
moyen du dépassementde l’être, étape essentielle etrequise
pourparveniràl’extase.
Ainsi les Zoroastriens metront-ils à contribution la
subjectivitdeé signifcationdecesélémentspourservirleurligne
depensée.Ainsil’ayatollahMortezâMotahh ari(1919–1979),
docteuren droitchiiteetauteurde nombreusespublications,
14a-t-ildéclarédansl’unde sesouvrages
Hâfezchiite,àcontre15courantd’un siècle quel’onsavaitmajoritairementsunnite.
LalitératureHâfeziennes’inscrivantdansl’espridtupeupleau
mêmetitrequelatraditionreligieuse,soninterprétionatdemeure
liéeàl’équilibredecetedernière:lesinterprétatsiondesghazals
Hâfeziens représententde véritables enjeux politiques,et
contribuentàlapopula ritéœcuméniquedel’œuvredeHâfez.
iii. de lasignifcationdeHâfezetdelalecturecoranique
Lasignifcationdunomdupoète,« Hâfez», enappelleà
certaines considérations se rapportantaulivre sacré,etplus
générale mentà lareligionmusulmane, qui se doiventd’être
débatues.
AlsosprachZarathustra (AinsiparlaitZarathoustra).
13Ghazal198,vers8,p553.
14 Motahh ari,Mortezâ,Erfân-e Hâfe z (La gnose de Hâfe z), Enteshârât-eSadrâ,
e2010(27 éd.).
e15XIV siècle(lanaissancedeHâfezétantatestéeselonlessourcesentre1310
et1337).
19