La nouvelle en Afrique noire francophone

-

Français
274 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A travers un abondant corpus, l'auteur tire une typologie de la nouvelle africaine en se plaçant successivement à trois points de vue : d'abord une analyse thématique qui montre que le genre se place majoritairement du côté d'une esthétique réaliste. Ensuite, une analyse de plusieurs récits de nouvelles africaines permettant de découvrir que la narration des nouvelles obéit à des principes narratifs. Enfin, une partie est consacrée à la réception de la nouvelle qui rappelle les conditions difficiles de lecture en Afrique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2014
Nombre de lectures 88
EAN13 9782336337999
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Didier Amela
La nouvelle en Afrique noire francophone
Production, communication et réception
LD QRXYHOOH en AfULqueQRLUH IUDQFRSKRQH
Critiques littéraires Collection fondée par Maguy Albet Dernières parutions Jérémie N’GUESSAN KOUADIO (dir.),Zadi Zaourou, un écrivain éclectique, Actes du colloque en hommage à Bernard Zadi Zaourou, 2014. David TOTIBADZÉ-SHALIKASHVILI,La poésie mystique de Térenti Granéli, 2014. Effoh Clé ment EHORA,Roman africain et esthétique du conte, 2013. Marie-Lise ALLARD,Anna de Noailles, Entre prose et poésie, 2013. Jean-Marie KOUAKOU,J.M.G. Le Clézio, 2013. Bégong-Bodoli BÉTINA, Gabriel Danzi, écrivain centrafricain, 2013. Idrissa CISSÉ,Le rêve de Senghor, 2013. Pierre GOMEZ,Territoire, mythe, représentation dans la littérature gambienne. Une méthode géocritique, 2013. Jean-Paul SAVIGNAC,Le lichen et le scarabée, 2013. Geneviève ORSSAUD, Le roman argentin de 1970 à nos jours. Les ombres portées de l’état d’exception,2013.Joséphine MULUMBA,Entre les rives du Congo et de la Meuse, 2013. Alina-Daniela MARINESCU,Spécularité déformante. Sur les traces d’un paradigme anti-mimétique de l’art, 2013. Amélie ADDE,La versification du théâtre espagnol du siècle d’or, 2013. Maurice ABITEBOUL,L’Esprit de la comédie shakespearienne, 2013. Christian AHIHOU,Ken Bugul. La langue littéraire, 2013.Olfa ABROUGUI,Du Bellay et la poésie de la ville, 2013. Anne SCHNEIDER,La littérature de jeunesse migrante, Récits d’immigration de l’Algérie à la France, 2013. Eleonora HOTINEANU,la poésie en héritageBessarabie : , 2013.
'LGLHU $0(/$
LD QRXYHOOH en AIUiqueQRLUH IUDQFRSKRQH 3URGXFWLRQ FRPPXQLFDWLRQ HW UpFHSWLRQ
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-30564-6 EAN : 9782336305646
'e',&$&(
A tous ceux qui partout dans le monde, œuvrent pour le rayonnement des littératures francophones.
Paris, avril 2002 AMELA Didier
5(0(5&,(0(176
Nos vifs remerciements vont à Monsieur Jacques CHEVRIER, Professeur à la Sorbonne, notre Directeur de Recherche, sans qui ce travail n’aurait pas pu être réalisé.
Nous pensons également au Professeur BARITAUD, au corps professoral du CIEF (Centre International d’Etudes Francophones), et à tout le personnel du secrétariat, pour son accueil toujours chaleureux.
Nous n’oublions pas Messieurs les Professeurs Guy Ossito MIDIOHOUAN de l’Université National du Bénin, Philippe BOLOUVI, TASSOU Kazaro et Yao Edo AMELA de l’Université de Lomé (Togo) pour leurs conseils, leurs soutiens et leur dévouement.
A tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la réalisation de ce travail, notre profond sentiment de gratitude.
Paris, avril 2002 AMELA Didier
« Des récits brefs et bravement menés qui, mieux que la fiction romanesque, permettent à l’auteur de braquer le projecteur de l’analyse sur tel ou tel aspect particulier de la réalité africaine d’aujourd’hui. »
Tribaliques, Henri Lopès (Préface de Guy Tirolien)
« Petits drames de la vie quotidienne… Récits alertes et croustillants, qui (vous) font rire, à coup sûr, et peut-être pleurer… »
Ah ! Les femmes, Isaïe Biton Koulibaly.