Hiers bleus

Hiers bleus

-

Livres
121 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "LE JARDIN DES JACINTHES – Haut sur la courbe d'un promontoire de rêve, Dans le bleu profond des reflets marins Qui jouent au chant doucement triste de la grève, Sous la caresse de tulles aériens, Où tremble un essaim de pétales mauve, Le jardin s'assoupit, – frôlé de ciel." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 09 août 2015
Nombre de lectures 16
EAN13 9782335077254
Langue Français
Signaler un abus


EAN : 9782335077254

©Ligaran 2015Pour Paul Signac
Peintre habituel
de sa majesté le roi soleilLe jardin des jacinthes
Haut sur la courbe d’un promontoire de rêve,
Dans le bleu profond des reflets marins
Qui jouent au chant doucement triste de la grève,
Sous la caresse de tulles aériens
Où tremble un essaim de pétales mauve,
Le jardin s’assoupit, – frôlé de ciel.

Au loin s’éploie en blondeurs fauves,
Solaire vision de Hell,
Le vol pétrifié des falaises géantes.

À l’horizon, des îles changeantes,
Les îles qu’on n’atteint jamais,
Protègent de pelucheuses nacres fluides
Les perles fines de leurs sommets
Qu’effleurent de coups d’ailes rapides
Les jalousés, les dédaigneux
Oiseaux de mer chatoyants et floconneux.
Tout près la côte noire et grasse au charme hostile
Caire ses cultures d’un vert épais,
Ses prés, ses bois trapus aux rameaux fous coupés
Et les damiers pesants de sa grisâtre ville
Belle d’art contenu, – de pondération !…
D’où montent, – au mépris des plans géométriques
Raides et vertueux jusqu’à l’obsession, –
Dès que le soir bleuit les palazzi de briques,
Des râles furieux de bestialité.

Dans la chaude diaphaneïté,
La lande claire aux ajoncs barbares
Où pleuvent des gouttes de soleil
Enserre les massifs lustrés et les fleurs rares
Qui tressaillent, pâlissant à l’éveil
Des rudes souffles salins du large.

Mais partout, – des calmes parterres odorants,
Des gazons, des sentiers micacés, de leurs marges
De verveine âcrement exquise et d’iris blancs,
Jaillit aux brises en flammes rosées,
En flammes de fraîcheur et de suavité
Qu’attisent les brillants frissonnants des rosées,
La vivace et la charmeuse gracilité
Des enivrantes, des adorables jacinthes :
Jacinthes, âmes des printemps naissants,
Des printemps défunts aux gaîtés éteintes,
Votre haleine redit nos extases d’enfants
Et nos fuites vers un monde plein de merveilles
Qui n’apparaît plus que si voilé !
– Où des voix douces chuchotaient à nos oreilles
Des mots d’« ailleurs » dont le dernier s’est envolé,
Où nous enlaçait la blanche tendresse
Des Êtres familiers qu’a chassés pour un temps
Notre prudente et notre infaillible sagesse ;
– Où nous découvrions sous les grèbes flottants
Et neigeux des lents et longs nuages
Des formes d’une mystérieuse beauté
Qui nous entraînaient aux éblouissants voyages
Dans quel vertige si troublement regretté ?
– Où les arcanes plus accessibles
D’abris floraux voisins du sol comme nos fronts
Se faisaient ingénus, riants, presque « visibles » ;
– Où nous soupçonnions aux cœurs des liserons.
Baignés du crépuscule irisé des calices,
Les petits amis ailés de menus ors bleus
Qui nous guettaient, malicieux complices
Des songes voletant au-dessus de nos jeux ;
Où nous savions, par les après-midi languides,
Le secret qu’un rayon confie aux lourds étangs
Pénétrés de tièdes ambres liquides, –
Ce qui rend tels appels inexpliqués, tintants,
Si purs et si désolés dans la nuit tombante ;
Le sens des regards lunaires pensifs
Qui paillettent d’argent verdâtre les récifs
Et la boule d’opale mouvante ;
– Ce que traduisent ces cris d’oiseaux inconnus.
Déchirants dans l’air magique et sonore
Teinté de saphir sombre avant l’aurore ;
Et même de quels clos mystiques sont venus
Vos affolants effluves de délices,
Jacinthes initiatrices
Qui devez embaumer les paradis rêvés,
Jacinthes d’où se sont tant de fois élevés
Ces brouillards d’incarnat délicieux qui fusent
Dans la limpidité cruelle des matins
Et m’empêchent de voir au si proche lointain
Les Iles de perle qui se refusent.