Histoire de la Marseillaise

-

Livres
108 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "Je passais un jour dans les rues de Lons-le-Saulnier par une belle après-midi de septembre. C'était dimanche. La ville, dans une animation inaccoutumée, était pleine de soldats, et j'en étais: nous revenions des grandes manœuvres du 7e corps. Marchant au hasard, j'arrivai à l'entrée d'une grande promenade plantée d'arbres en quinonces, aux frondaisons vivaces, aux ombrages touffus, une de ces plantations vieilles de plusieurs siècles..." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 26
EAN13 9782335067224
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0006 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


EAN : 9782335067224

©Ligaran 2015Préface
Rouget de Lisle, parlant un jour de la Marseillaise devant un maître de l’art, qualifiait son
œuvre de « feu de paille ».
C’était, certes, trop de modestie ; la flamme qu’il a fait jaillir, loin d’avoir brillé d’un éclat
momentané, illumine aujourd’hui plus que jamais le monde.
À une heure où le chant national français combat à la tête des armées unies pour faire
vaincre la cause de la civilisation, il importe que l’histoire de ce chant, symbole de liberté, de
vaillance et de sacrifice, soit connue de tous, que l’on sache discerner les causes qui l’ont fait
naître et qu’on en mesure à leur véritable proportion les effets merveilleux.
L’hymne créé en 1792, à Strasbourg, par un officier français, en une heure d’exaltation, au
jour fatal de la déclaration d’une guerre qui dure encore, est sans doute l’œuvre la plus
étonnante qu’ait produite le génie lyrique, car aucun chef-d’œuvre de l’art n’a joué un pareil rôle
dans la vie des peuples.
Devant une création si disproportionnée, la personnalité de l’auteur doit s’effacer : aussi
estce sur l’histoire de la Marseillaise bien plus que sur la biographie de Rouget de Lisle que nous
devrons porter le principal de notre attention. Encore est-il juste que nous appréciions l’effort de
celui-ci, et que nous sachions ce que l’œuvre dans laquelle tout le monde a reconnu la voix de
la patrie doit à l’homme choisi par la destinée pour lui donner la forme nécessaire.
C’est pourquoi nous avons voulu raconter de nouveau cette histoire, en retraçant la vie de
Rouget de Lisle, principalement au cours des années qui en furent le moment le plus décisif,
mais surtout en disant quelles furent les destinées d’un chant qui, après un siècle et quart d’une
vie déjà glorieuse, attend des évènements actuellement en cours le couronnement triomphal
seul digne de lui.CHAPITRE PREMIER
Rouget de Lisle avant la Marseillaise
I
Je passais un jour dans les rues de Lons-le-Saulnier par une belle après-midi de septembre.
C’était dimanche. La ville, dans une animation inaccoutumée, était pleine de soldats, et j’en
eétais : nous revenions des grandes manœuvres du 7 corps. Marchant au hasard, j’arrivai à
l’entrée d’une grande promenade plantée d’arbres en quinconces, aux frondaisons vivaces, aux
ombrages touffus, une de ces plantations vieilles de plusieurs siècles comme on en trouve de
pareilles dans toutes nos anciennes villes de l’Est. Celle-ci porte un nom tout à fait superbe :
c’est la « Promenade de la Chevalerie ».
En avant des premiers arbres, sur un haut piédestal en marbre des montagnes du Jura, est
une statue de bronze se dressant dans un mouvement énergique et véhément. C’est Rouget
de Lisle. L’artiste – Bartholdi – ne lui a pas donné cet air farouche sous lequel il est traditionnel
de représenter le chantre de la Marseillaise. La physionomie a plutôt une expression
d’allégresse et d’ardeur joyeuse. Rouget de Lisle ne s’évertue pas ici à lever « l’étendard
sanglant » ; il ne songe ni aux « féroces soldats » ni au « sang impur » ; il chante : « Le jour de
gloire est arrivé. »
C’est bien ainsi que devait être représenté l’homme qui personnifie le chant français, chant
de l’action et chant de la joie.
Derrière la promenade s’étend une vallée resserrée entre deux murailles de montagnes,
premières assises de la chaîne du Jura. Peu hautes en cet endroit, mais s’élevant presque à
pic, elles ont un aspect calme et doux. Des forêts les couronnent ; des maisons blanches se
détachent de loin en loin sur les coteaux, au milieu des vignes. Tout au sommet, sont
pittoresquement perchés, à des hauteurs diverses, deux jolis villages, qui, frappés directement
par un jaune soleil d’automne, ressortaient à cette heure avec un relief lumineux. L’un surtout
attirait l’œil. Posé au-dessus de la partie la plus escarpée de la montagne, vers le midi, ses
maisons suivaient la crête en la prolongeant ; au milieu, une église avec une tour carrée, un
clocher pointu couvert d’ardoises et dont les arêtes garnies de zinc luisaient au soleil, dominait
tout le pays, paraissant, dans l’éloignement, toute petite.
Je consultai la carte d’État-major pour connaître le nom de ce village, et je lus : Montaigu.
C’était donc là le pays aimé de Rouget de Lisle, le village ou il a passé les plus douces
années de son enfance et où, même au seuil de la vieillesse, il revenait encore avec joie. Il a
chanté, dans un morceau qui est une de ses meilleures pièces lyriques, le « toit paternel,
champêtre asile » où le sort ne permit pas qu’il, finît sa vie, et duquel, les mauvais jours venus,
il ne s’éloigna pas sans une vive douleur.
Je voulus aller visiter ce lieu. Bien que l’étape eût été longue, je n’hésitai pas à accomplir
surle-champ ce pèlerinage, et m’apprêtai à gravir la montagne.
Le chemin passe au milieu des vignes qui garnissent le coteau, produisant un vin clair et
savoureux dont les lettres intimes de Rouget de Lisle ont souvent vanté les mérites. Il s’élève
en lacets, dans un paysage d’abord assez monotone. Par derrière, Lons-le-Saulnier s’éloigne,
et l’horizon s’agrandit peu à peu ; puis soudain, après une demi-lieue environ de marche, à un
tournant de la route, on se trouve à l’entrée du bourg. Un plateau s’étend sur la droite ; à
gauche, la vallée se creuse profondément ; la route va entre deux rangées de maisons, passe
à côté de l’église, dont la haute tour apparaît maintenant noire et massive, puis, après deux ou
trois cents mètres, sort du village et se remet à grimper dans la montagne.
La maison de Rouget de Lisle, une des principales du pays, est bâtie tout au sommet de lacrète, dominant la vallée. Elle a son entrée au milieu du village, en face d’une fontaine : assez
bien conservée, elle offre un spécimen exact des maisons bourgeoises du dix-huitième siècle.
Le portail donne accès sur une petite cour ; un vestibule précède la salle principale, garnie de
boiseries anciennes et de fenêtres à petits carreaux vitrés. Enfin, à l’opposé de l’entrée, s’étend
un large balcon en pierre, formant terrasse, garanti par une balustrade en fer ouvragé à la
mode du temps de Louis XV ; après, c’est le vide, le coteau descendant presque à pic, avec
des jardins potagers en terrasses, des vergers, quelques arbres. En bas, la vallée.
De ce balcon, la vue est vraiment admirable, et l’on comprend le goût de Rouget de Lisle
pour ce séjour. Sur la droite, l’étroite combe de la Conliège se relève et va se perdre dans la
montagne ; en face, la côte monte parallèlement à celle de Montaigu ; entre les deux, dans un
vallon populeux, coule la petite rivière de la Vallière, faisant mouvoir moulins et scieries,
traversant les prairies où, le 14 juillet 1790, tandis qu’à Paris les délégués de la France entière
célébraient au Champ de Mars la première fête de la Liberté, ceux des communes du Jura
vinrent, avec la même ferveur, prononcer le serment de la Fédération, puis baignant le bord de
la promenade de la Chevalerie, dont les arbres jaunis par les approches de l’automne
s’étendent, épais et touffus, jusqu’à la ville. Enfin, Lons-le-Saulnier s’étale sur ses rives,
entouré, de distance en distance, par de petits mamelons pointus, aux formes pittoresques,
semés d’arbres ou de vignes et surmontés, ici de la ruine d’un château féodal, là d’un bâtiment
plus moderne dont le toit d’ardoise brille au soleil. Au-delà, s’étend à perte de vue, avec ses
villages, ses champs, ses bois, l’immense, fertile et un peu monotone plaine de la Bresse.
Bien que certaines traditions locales fassent naître à Montaigu l’auteur de la Marseillaise,
qu’il y ait passé son enfance, y soit revenu plus tard et y ait habité plusieurs années, la vérité
est qu’il a vu le jour dans la ville.
CLAUDE-JOSEPH ROUGET est né à Lons-le-Saulnier, le 10 mai 1760, au premier étage de
la maison portant aujourd’hui le numéro 24 de la rue du Commerce (ou des Arcades), la plus
centrale et l’une des plus anciennes rues que Lons-le-Saulnier ait conservées. Son père,
Claude-Ignace Rouget, était « Avocat en Parlement », ainsi qu’en témoignent l’acte de baptême
de l’enfant et son propre acte de mariage, datant de l’année précédente (1759) ; il prit dans la
suite le titre d’Avocat du roy au baillage et présidial de Lons-le-Saulnier. Certains biographes le
font descendre d’un sieur Rouget, échevin en la ville de Lons-le-Saulnier depuis 1723, mais un
historien local assure que l’avocat au Parlement ne fut reçu bourgeois à Lons-le-Saulnier qu’en
1763. Le père de ce dernier, François Rouget, était bourgeois de Dôle.
Par le côté paternel, Rouget de Lisle est donc d’origine nettement franc-comtoise : le nom de
Rouget est d’ailleurs commun dans le pays.
Sa mère, Jeanne-Magdelaine Gaillande, est née dans la même ville, le 9 septembre 1734 ;
mais elle est d’origine dauphinoise. Elle épousa l’avocat Rouget, en l’église Saint-Désiré, le
23 avril 1759. Claude-Joseph fut leur premier enfant ; après lui, ils en eurent sept autres, dont
deux, Théodore-Eléonor, né en 1768, et Marie-Joseph, en 1774, moururent en bas âge : les six
survivants, dont le futur auteur de la Marseillaise était l’aîné (après lui, Claudine-Marguerite
(1761), Théodore-Hippolyte (1762), Simone-Christine (1763), Jeanne-Monique (1766) et
Claude-Pierre (1770), formèrent autour de leurs parents une nombreuse famille que des
contemporains ont dit avoir vue souvent réunie à Montaigu.
Une tradition dont, à ma connaissance, on ne retrouve pas de traces dans le Jura, mais qui a
été confirmée par des publications postérieures, fait de Rouget de Lisle le neveu de Bailly, le
maire de Paris en 1789. Lorsque, plus tard, il publia dans ses Essais en vers et en prose la
poésie de la Marseillaise qu’il avait, à l’origine, dédiée au Maréchal Luckner, il modifia, en
même temps que le titre, l’attribution primitive de l’hommage, qu’il fit passer « aux mânes de
Sylvain Bailly, premier maire de Paris ».