//img.uscri.be/pth/7b8437282ff8ff6508c748580ea57de8d38e624d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Je et/est l'Autre :

De
255 pages
L'autre est partout dans l'oeuvre Jacqueline Harpman. L'autre moi, l'autre en moi, l'autre que moi. C'est aussi le lecteur avec lequel l'auteur s'amuse parfois. Dans ce rapport à l'autre, on est troublé par la récurrence de certaines structures et de certains motifs- le mythe de l'androgyne, la maison, l'homosexualité, l'inceste...-qui éclairent le rapport de lécrivain avec son obsession inconsciente?-du retour à soi. Il semblerait que dans l'oeuvre de J. Harpman, ce soit l'autre qui mène à "je".
Voir plus Voir moins
Marie COMPAGNE
Je et/est l’Autre : représentations et enjeux de l’altérité dans l’œuvre de Jacqueline Harpman
Je et/est l’Autre : représentations et enjeux de l’altérité dans l’œuvre de Jacqueline Harpman
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01349-7 EAN : 9782343013497
Marie Compagne
Je et/est l’Autre : représentations et enjeux de l’altérité dans l’œuvre de Jacqueline Harpman
L’Harmattan
Critiques littéraires Collection fondée par Maguy Albet
Dernières parutions
Maurice ABITEBOUL,L’Esprit de la comédie shakespearienne, 2013. Christian AHIHOU,Ken Bugul. La langue littéraire, 2013. Olfa ABROUGUI,Du Bellay et la poésie de la ville, 2013. Anne SCHNEIDER,La littérature de jeunesse migrante, Récits d’immigration de l’Algérie à la France, 2013. Eleonora HOTINEANU,Bessarabie :la poésie en héritage, 2013. Brigitte FOULON (dir.),L’écriture de la nostalgie dans la littérature arabe, 2013. Roger TRO DEHO, Adama COULIBALY et Philip Amangoua ATCHA (dir.),Je(ux) narratif(s) dans le roman africain, 2013. Diané Véronique ASSI,Intertextualité et transculturalité dans les récits d’Amadou Hampâté Bâ, 2013. Gasser KHALIFA,L’autobiographie au féminin dansL’Amant de Marguerite Duras etPerquisitionde Latifa Al-Zayyat, 2013. Nicolas GELAS,Romain Gary ou l’humanisme en fiction. S’affranchir des limites, se construire dans les marges, 2012. Kahiudi Claver MABANA,Du mythe à la littérature – Une lecture de textes africains et caribéens, 2012. Gérard DUPUY,Xie Lingyun,Poèmes de montagnes et d'eaux. e V L'expérience poétique du paysage dans la Chine dusiècle, 2012. ZHAO Jia,L’ironie dans le roman français depuis 1980. Echenoz, Chevillard, Toussaint, Gailly, 2012. Gilles GUIGUES,Rilke, l’existence en figures. Étude philoso-phique du poétique, 2012. Jeanne-Marie CLERC,Etty Hillesum écrivain. Écrire avant Auschwitz, 2012. Ali ABDOU MDAHOMA,Le roman comorien de langue française,2012. Mehana AMRANI,La poétique de Kateb Yacine. L’autobiographie au service de l’Histoire, 2012.
 Àla mémoire de Christine Choain
Avant-propos
 Unebelle rencontre littéraire est souvent le fruit d’un heureux hasard. J’ai eu la chance de ne pas passer à côté. Et si l’on peut dire que l’on tombe amoureux d’une œuvre – quelle qu’elle soit –, alors, oui, je suis tombée amoureuse de celle de Jacqueline Harpman.
1  J’airédigé ce mémoire de Master Recherche en 2007 , sur la base d’une intuition. Je ne me doutais pas en commençant de ce que je trouverais en chemin, ni si mes hypothèses auraient un écho de vraisemblance. Il est toujours délicat d’analyser une œuvre ;le faire lorsque l’on sait que l’auteur est elle-même psychanalyste relève de la gageure. Mais quel piquant alors ! Et quelle extase lorsqu’un fil en attirant un autre, on en arrive à envisager l’ossature d’un canevas sur lequel s’est formée une partie de la toile harpmanienne.
 Évidemment,on ne sait jamais tout de quelqu’un. L’autre demeure toujours l’autre et garde ses secrets. Jacqueline Harpman était un être complexe et il serait prétentieux de penser qu’une simple étude puisse prétendre la mettre à nu – ce qui, je crois, ne lui aurait pas plu. On connaît la bienséance de la dame. Elle a pourtant eu la gentillesse de me dire, lors d’une inoubliable rencontre, que je ne m’étais pas trompée…
 Le24 mai 2012, Jacqueline nous quittait. J’ai eu envie de lui rendre hommage en publiant cet essai. Comme un remerciement posthume pour des heures de plaisir.
1 À l’Université de Lille 3, sous la direction de Madame Nathalie Barberger, Professeur de littérature française à l’Université de Lyon 2
9