Sources

-

Livres
62 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Emerveillée par le pouvoir créateur des enfants, Danièle Corre accompagne leur écriture depuis 25 ans, le temps d'en faire des hommes et des femmes que la poésie émeut et dont elle reçoit des témoignages revigorants, tous évoquant le temps gagné dans la connaissance de soi. Ce recueil est une sélection des poèmes écrits pendant deux années scolaires, regroupant des textes d'élèves dont elle suit la progression depuis la classe de sixième, en un atelier hebdomadaire d'une heure.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2012
Nombre de lectures 20
EAN13 9782296492530
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0056€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sources Atelier poésie jeunesse
« Accent tonique » Collection dirigée par Nicole Barrière « Accent tonique » est une collection destinée à intensifier et donner force au ton des poètes pour les inscrire dans l’histoire. Dernières parutions COEURS ÉBOUILLANTÉS NUPLIKYTOM ŠIRDIM Diana Sakalauskaitėet Nicole BarrièreL’ARLEQUIN DE LA LUMIÈRE Éric Jacobée-Sivry HYMNES POUR L’ILE. POÈMES SUR LA CORSE Toussaint Médine Shangô SUD-NORD Than-Vân Tôn-Thât SOUDAIN LES ROSES POURPRES Maria Zaki LE SOIR DES PÉNINSULES Patrick Tudoret L’ÂME ET LE BRANDON Paul-Bernard Sabourin À LA RECHERCHE DES PAS PERDUS Maurice Couquiaud GUÉRIR D’ENFANCE Françoise Coulmin MERCREDI ENTRE DEUX PEURS, Dana Shishmanian DANS LE JEÛNE DE LA PARURE Marie-Lise Corneille
Sous la coordination de Danièle Corre
Sources Atelier poésie jeunesse
© L'Harmattan, 20125-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99251-1 EAN : 9782296992511
Préface de Danièle Corre Émerveillée par le pouvoir créateur des enfants, j'accompagne leur écriture depuis 25 ans, le temps d'en faire des hommes et des femmes que la poésie émeut et dont je reçois des témoignages revigorants, évoquant tous le temps gagné dans la connaissance de soi. Aujourd’hui, vous lirez une sélection des poèmes écrits pendant deux années scolaires, regroupant des textes d’élèves de 2nde et de 3ème, dont j'ai la chance de suivre la progression ème depuis la classe de 6 , en un atelier libre hebdomadaire d'une heure, et que j'accompagne généralement jusqu'en terminale. Il s’est trouvé que cette année un groupe de 6éme n'a pas attendu que les « grands » partent, le bac en poche. Les « petits » sont arrivés avec leur désir de mots, les yeux pétillant d’attente, et nous avons ouvert la porte. Ceux qui ont eu le temps de se familiariser avec la poésie contemporaine depuis 4 ou 5 ans ont accueilli avec sourires et regards amusés la « relève » tôt arrivée. Leurs productions, leurs âges et classes, sont ici mêlés. Entre la cantine et le premier cours de l’après-midi, ils ont été, ils sont là, à jouer avec rythmes et sonorités, à observer la structure des deux poèmes contemporains sur la feuille distribuée, à puiser, si nécessaire, dans le réservoir de mots donné sur une autre feuille, à ouvrir les dictionnaires pour chercher un synonyme dont la musique sera plus adaptée à leur partition du jour. A chaque fois, ou presque, le miracle se produit :le glissement de l’enfant, avec tout ce qu'il est, pense et ressent, dans la structure proposée. En vingt minutes -le temps est très court et doit l’être- les mots traversent le jeune poète, nous laissant surpris, émerveillés par une pensée qui dépasse le projet initial. Aucun thème,
5
qui pourrait faire barrière, n'est donné mais une simple structure, mise en valeur, un squelette de plus grand que soi pour grandir dans les mots, pour laisser s’épanouir tel ou tel thème qu’on ne savait pas être si proche àguetter un moyen d'expression. Ensuite, le travail de « correction » consiste à élaguer la production venue, à mettre en commun, à dire les réussites de l’autre, et l’heure est passée. Le temps de l’écriture poétique est terminé, les portes sont franchiesen courant. Envol d’oiseaux vers d’autres rivages. Mouvements des mains pour l’au-revoir : « A vendredi prochain !». Ils seront là bien sûr, sans appel, sans une minute de retard. Nous ne pouvons pas nous manquer. Remercions les poètes qui, grâce à leurs textes, sans tous le savoir, ont permis cette création : S. Bataillon, G. Baudry, J.L. Bernard, C. Bohi, Y. Bonnefoy, A. Bosquet, J.P. Brèthes, J. Brière, G.E. Clancier, J. Darle, Alanu Di Meglio, B. Fournier, L. Guilbaud, G. Jean, A. Laude, C. Leblanc, J.P. Lemaire, C. Luezior, F.X. Maigre, Nimrod, J. Persini, R. Rognet, R. Sabatier, F.J. Temple. Pour rendre la démarche plus claire, nous garderons en exemple ce « modèle » du poème de G.E. Clancier que Simon a suivi p 43: Retrouvée avec tes maïs et tes raisins Île de septembre dorée et songeuse Promesse d'accalmie à nos vies incertaines, Île fluide, immobile, respirante, Île où se lover au creux des dunes Tel un fruit des amours du ciel et de la mer.
6