//img.uscri.be/pth/7a55b7d0758d68dcc86ca1562fb75fdc901d77aa
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

L'apprenti oiseau

De
12 pages

Inspiré par ses lectures, Nook rêve d’aventure et d’ailleurs. Sa petite île, isolée du reste du monde, lui paraît trop étroite et limitée.

Prêt à tout pour la quitter, il fera preuve d’inventivité et de ténacité pour y parvenir. Cela sera-t-il suffisant ?


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L’apprenti oiseau
— Qu’est-ce que tu fais, Nook ? me demande, curieuse, une oursonne arborant un nœud rose sur la tête.
Mon marteau suspendu en l’air, j’avise l’importune.
— Je fabrique une barque.
D’un regard sérieux, j’espère mettre fin à la conversation. Le temps me presse de finir ce labeur.
— Alors, tu veux vraiment partir de notre île ?
— Oui, je te l’ai dit. Il faut que je m’en aille, le monde est bien trop vaste pour rester toute sa vie à Fergalia.
— Mais tes parents ? Tu ne crains pas de leur faire de la peine ?
— lls veulent m’imposer leurs idées et enfermer mes rêves de voyage. Ils se moquent bien de mes sentiments, eux !
Laïna m’observe, sourcils froncés, puis s’éloigne sans rien répliquer.
Depuis toujours, je me sens différent de ceux de mon âge ; je n’ambitionne pas de devenir bûcheron comme mon père ou cultivateur comme ma mère. Non, je souhaite partir et découvrir de nouveaux horizons. Les bases scolaires me suffisent pour savoir qu’aucune profession sur l’île ne me correspond. Je dois donc quitter ce lieu isolé du reste du monde et suivre le fil de mes envies.
Malgré les moqueries et les nombreuses questions des habitants de Fergalia, je travaille sans relâche sur la construction de cette embarcation, et ce, depuis près d’une semaine.
Des gouttes de sueur perlent sur ma toison soyeuse. Encore une dizaine de clous, et la chaloupe sera fin prête.
Je n’ai pas l’intention de dire adieu aux gens du village. À leurs yeux, un rêveur comme moi n’est qu’une bouche supplémentaire à nourrir, inutile. Pour moi, ce ne sont que des rabat-joie, avec un esprit aussi étriqué que leur petite île. L’ancien, Vémareck, est le seul à m’encourager. Même s’il ne partage pas mes envies, il les respecte, lui. Sans ses précieux ouvrages, jamais je n’aurais pu rassembler tant de conseils pour bâtir ma barque. Sa cabane regorge de livres en tous genres. Un jour...