La Nouvelle Revue Française N

La Nouvelle Revue Française N' 192 (Septembre 1929)

-

Livres
182 pages

Description

Jean Rostand, Les atomes héréditaires
Marcel Arland, Naissance d'une amitié
Vincent Muselli, Nous irons tous deux
Charles Vildrac, Vitrines
Jean Schlumberger, Corneille
Jean Giono, Un de Baumugnes (II)
Alain, Propos
Réflexions :
Albert Thibaudet, Enfants Terribles
Scholies :
Julien Benda, Sur la Pensée bourgeoise
Notes : littérature générale :
Marcel Arland, Maurice Barrčs
Ramon Fernandez, L'Idée de civilisation dans la conscience française, par Ernst Robert Curtius (Publications de la Conciliation Internationale)
Julien Benda, Ma vie laďque, par Albert Houtin (Rieder)
Paul Masson-Oursel, La civilisation chinoise, par Marcel Granet (Renaissance du livre)
Notes : le roman, les récits :
Jean Prévost, Ouvrages galants et moraux, par Pierre Ličvre (N. R. F.) - Esquisses critiques, par Pierre Ličvre (Le Divan) - Courrier Sud, par Antoine de Saint-Exupéry (Éditions de la N. R. F.)
Notes : la poésie :
Y.-G. Le Dantec, Vers retrouvés, par Charles Baudelaire (Émile-Paul)
Notes : lettres étrangčres :
Marcel Arland, Poussičre, par Rosamond Lehmann (Plon)
Jean Prévost, Nature et forme de la sympathie, par Max Scheler (Payot)
Joseph Roth, Panorama de la littérature allemande contemporaine, par Félix Bertaux (Kra)
Notes : le théâtre :
Denis Marion, Tripes d'Or, par Fernand Crommelynck
Notes : les arts :
André Lhote, Deux livres sur Nicolas Poussin
Notes : la musique :
Gabriel Marcel, Stravinsky, par Boris de Schoezer (Claude Aveline)
Revue des livres :
Jean Prévost, La vie martiale du Bailli de Suffren, par R. Boutet de Monvel (Plon)
Marcel Arland, Histoire de la Commune de 1871, par Lissagaray (Librairie du Travail)
Jean Prévost, Le mythe de Jésus, par Arthur Drews (Payot) - Le voyage de Shakespeare, par Léon Daudet (N. R. F.) - Clio, par André Chamson (Hazan) - Panoramique du cinéma, par Léon Moussinac (Au Sans Pareil)
Revue des revues :
Jean Guérin, Le Grand Jeu - Marc Chagall - Sur la création poétique

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 1929
Nombre de lectures 30
EAN13 9782072393600
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

LIBRAIRIE GALLIMARD
1$, BOULEVARD RASPAIL TÉL. LITTRÉ 24-84
DU C. »IN1 35.807
BULLETIN MENSUEL DE RENSEIGNEMENTS BlBLIOBRiPIIQOE.
Dans cette liste sont indiqués, chaque mois, les ouvrages qui, à divers titres, nous
paraissent dignes d'être signalés à l'attention des lecteurs et des bibliophiles. Un
bulletin beaucoup plus complet est envoyé régulièrement et gratuitement sur la demande
de toute personne nous honorant de ses ordres.
NOUVEAUTÉS
LITTÉRATURE GÉNÉRALE, ROMANS, ETC.
1. M. ARLAND. Edith 18 fr. 10. H. LAMP. Gengis-Khan.. jo fr.
2. P. BOUCHARDON. Le banquier de Pon- 1 1 Lord MELCHETT. La politique de
l'industrie.. 12 fr.toise, suivi des vrais Mystères de
Paris 12fr. 12. E. MICHAUX. Ecuador 12 fr.
3. F. CARCO. Images cachées.. 12fr. 13. P. PARAF. Quand Israël aima. 12 fr.
4. F. CHAMPSAUR. Lulu. Ill. par JAQUE- 14. J. PORTAIL. L'heure des cocktails.
LUX 20 fr. Prix 12fr.
5. A. CHAUVET. Essai sur J. Rivière et 15. G. et E. Romieu. La vie des sœurs
A. Fournier 10 fr. Brontë 12 fr.
16. G. Roux. Divorce de l'Alsace.. 6 fr.6. G. CHENEVIÈRE. Œuvres poétiques.
Prix 12 fr. 17. E. SZATMARI et N. Arangossi. Les
7. G. Le tour de France. grandes catastrophes 12fr. 12 fr. 18. L. TREICH. Histoires de la rue. 6 fr.
8. J.-E. DELBREIL. Gine 12 fr. 19. E. WALLACE. Les quatre. 9 fr.
9. A. GERBAULT. A la poursuite du soleil. 15 fr.
ÉDITIONS DE BIBLIOTHÈQUB
20. Œuvres complètes de P. Louys. Chansons deBilitis 45 fr.
EDITIONS DE LUXE OUVRAGES D'aRI
21. Lipchitz 6 fr. 23. L. Bertrand. Au bruit des fontaines22. Delacroix. 6 fr. d'Aix-en-Provence 40 fr.> • 24. A. HARMAND. Jeanne d'Arc. 200 fr.
BULLETIN DE COMMANDE
FRAIS DE PORT EN SUS POUR TOUS LES VOLUMES
Veu'lle^ m'envoyer(i) contre remboursement ce mandat chèque joint parle
débit de mon compte (2) les ouvrages indiqués dans le BULLETIN DE RENSEIGNEMENTS
bibli ^graphiques sous les numéros
-1'
NOM SignatureADRESSE
(i) ^ut économiser du temp. et de ''argent, utilises noirs carnet de commandes. Pour cela il
suffit d'avoir un compte-c Jurant. (a) Rayer les indications inutiles. (9*
Les conditions d'abonnement à La Nouvelle Revue Française
ligiirent aux pages 272 et 973 du cahier d'annonces
M. >. E.ci H i. il j. » /'îfiV 1 I H f A a 1 i
Pour économiser
i.c ;• .. WJJ. e- "*>> •• j"^«.i ùSA-'iJ'oa '.$
du temps et de largent
• •#«.." •" " •*•
faites-vous ouvrir un «
"'1"1: 4 Il.' 'Ii. <j~i<* ù
compte-courant
1 ê.¡..i a la >j, ..IIt,. •«>*
LIBRAIRIE
i GALLIMARD
).•>. • •'
j 15, BOUL. RASPAIL, PARIS-7* Tél. Littré 24-84
r t,
1 > ' Vous serez tenu au courant des nouveautés
de l'Edition Française par nos divers bulletins et catalogues
bibliogral phiques, périodiques et mensuels. De plus, vous aurez un carnet de
commandes imprimé spécialement pour vous et qui vous [évitera les
ennuis de la correspondance. v
Sur vos indications (auteurs préférés, genres
d'éditions, nombre de volumes à recevoir par mois) vous seront
envoyés automatiquement tous les livres qui vous intéressentà leui
parution. Vous ne craindrez plus de laisser échapper le livre désiré,
qu'il soit en édition courante ou de luxe. J_
<j 'f
(Le bulletin « remplir est à la page suivante)
LIBRAIRIE GÉNÉRALE ET DE LUXE
Recherches Bibliographiques', Achat et Vente de
Livres Anciens et Modernes d'occasion
Le service d'expéditions le plus rapide de Paris
< Emballage gratuit et particulièrement soigné
v . •'' V * h. ti h• •
IV K. F.à remplir et à adresser à la
LIBRAIRIE GALLIMARD, 1&, B^RÀSPAIL, PARIS (7e)
.(Rayer. les indications Mutiles)
Veuillez trouver ci-inclus' la- somme, de fc..s:f: Lx
àtitre de provision pour l'ouverture d'un compte-courant dans votre
maison. !.f °~malSOn- J V/ .-/ f>.
Veuillez me faire le service régulier et gratuit de
a. Sotre Bulletin Bibliographique Mensuel >; •>, \<T
b votre Circulaire de livres de luxe en souscription,
c votre Catalogue de livres* anciens è'f modernêsT-d'occasion.
Je désire recevoir par retour les ouvrages suivantsï _L^ _1_
Kotezde m'envoyer automatiquement à leur parution lés; ouvrais
nouveaux des auteurs suivants __lj r • .»>•
"v v -r" .r,,p.i j~
f-jj
Je désirerecevoir ces ouvrages en éditions courantes de luxe
sur papier alfa velin Hollande Japon Chine.
Mes illustrateurs préférés sont
Envoyez-moi automatiquement les ouvrages nouveaux rentrant dans
les catégories suivantes Droit Philosophie Sociologie
Technologïe Histoire Géographie Beaux-Arts Musique
Médecine Sports Sciences etc..
'Je désire recevoir en moyenne volumes par mois pour
une dépense d'environpar :mois'. Envoyez-moi le
relevé de mon compte mensuellement trimestriellement.
Nom SIGNATURE; •
Adresse "1
ï • :•'•; *" -r^~ _j.
N. R F.(M/* NOUVEAUTÉS
MAURICE BEDEL
FASCISME
AN VII
UN VOLUME 1N-8O TELLIÈRE 9 fr.
EXTRAITS DE PRESSE
M. Maurice Bedel nous donne son impression sur cet intéressant pays, il le
fait d'une manière extrêmement plaisante, pleine d'esprit comme de coutume, ce
qui n'exclut ni un jugement sévère, ni des réflexions judicieuses.
Jacques CHABANNES, Carnet de la Semaine, 8-6-29.
Le petit livre que M. Maurice Bedel nous rapporte d'Italie a le même ton et la
même agréable légèreté que ses romans sur les mœurs sexuelles des scandinaves
et sur la médiocrité intellectuelle des milieux royalistes de province. C'est gai,
spirituel, aimable. C'est d'une ironie tempérée par une sensibilité qui met
quelque pudeur à s'exprimer aux beautés de la nature et de l'art.
J.-B. SÉVERAC, Le Populaire, 12-6-z9.
M. Bedel fait là un portrait bien spirituel de l'Italie la nob'e, la colorée,
la nonchalante et amoureuse, devenue en l'an VII du fascisme, la vertueuse et
disciplinée Italie en chemise noire. Son livre qui sans en avoir l'air touche à
tout, est fort divertissant.t..
Les TREIZE, Intransigeant, 18-6-29.
Livre court, léger, charmant.
PIERRE Dominique, Nouvelles Littéraires, 22-6-29.
M. Maurice Bedel n'est pas allé loin Rome, Naples, Ravello. Il en a rapporté
des articles sur M. Mussolini, la vie nouvelle, grave et tendue des romains, les
malentendus franco-italiens, la persistance du caractère original du Napolitain.
On en a parlé cette année et ils forment un agréable petit volume Fascisme,
an VII.
ROBERT KEMP, La Liberté, 26-4-29.
L'ouvrage de M. Maurice Bedel n'est pas uniquement un de ces grands
reportages tort à la mode.. L'auteur semble avoir eu dessein de donner son impression
personnelle sur le fascisme plutôt que de faire des interviews. M. Bedel parle en
Français de l'Italie, en Français bienveillant, intelligent et instruit. Son livre,
outre qu'il se lit agréablement, sort du fatras des diatribes publiées contre le
fascisme en ces dernières années.
L SAVARY, Tribune de Genève, 30-6 29.
M. Maurice Bedel a promené son élégante observation' en' Italie. Et voici lé
plus charmant petit ouvrage que l'on puisse écrire sur l'Italie contemporaine et
sur son chef, M. Musso'ini.
L. J. FINOT, Revue Mondiale, 1-7-29.
g/X ACHETEZ CHEZ VO TRE LIBRAIRE
S. >. F(M/' VIENT DE PARAITRE
MISES A U POINT"
GEORGES ROUX
1.. DIVORCE
DE L'ALSACE ?
UNvolume O fr.
M. Georges Roux s'est déjà signaléà l'attention du public par un Essai de
Politique réaliste et surtout par Les Alpes ou le Rhin? Dans son nouveau livre
Divorce de l'Alsace? on trouvera le même esprit d'impartialité, le même souci
d'objectivité. Le problème de l'Alsace dans la France est traité avec un parfait
dégagement de tous les préjugés et des idées toutes faites. Après avoir dans une
introduction demandé le même effort au lecteur, l'auteur, ne séparant pas l'Alsace
de son histoire, en montre l'évolution au cours du temps. C'est ce passé qui
explique l'Alsace d'aujourd'hui et permet de comprendre l'actuel malaise. Le
mouvement politique qui nous inquiète n'est que l'expression d'un sentiment
populaire très profondément ancré dans l'âme alsacienne. L'exagération des
politiciens locaux ne doit pas masquer le fond du problème. C'est celui de
l'adaptation d'une province particulière et particulariste au cadre rigide que. ncus avons
hérité de la Convention et de l'Empire.
Après un court chapitre consacré à la Lorraine où la question est toute
différente, M. Georges Roux, dans ses conclusions, élève le débat et nous invite à
reviser nos idées sur la forme de l'Etat français.
Ce petit livre est l'oeuvre d'un homme très profondément français, mais qui
juge les choses de son pays avec une totale absence de passion. On est frappé de
l'objectivité du ton et de sa sérénité. Ajoutons que l'ouvrage est écrit d'un style
simple, clair, alerte et qu'il s'adresse au public le plus étendu.
Q£f ACHETEZ CHEZ VO TRE LIBRAIRE
N. I. F.
tÇ^l^%jJ^ O:UiV ELUTES'\>Vfc
COLLECTION VIES DES HOMMES ILLUSTRES" N8 30
1
EDOUARD'- HERRIOT
LA VIE DE
BEETHOVEN
UN VOLUME in-80 couronne '.7! .f f..T .77 .ri ,.f p. I.T5OUN ~H -U > 'I !» 1 I fl h t:l t~t,RAITS'~DE P~tESSE~ 1
V ii EXTRAITS iDE PRESSE* jj ¡
Je conseillela lecture de La Vie de Beethoven non pas seulement aux amis du
musicien de .Botm, inais il tous' ceux qffattire,, l'art> des sons, qui voudraient bien
« savoir un peu ce que c'est la musique », et même àteux qui savent et en écrivent..
Mieux que les froids* écrjts Vies techniciens ^et-les partiales confidences} des purs
créateurs,' le livré*" d'Edouard 'Hërriôt éclairera jusque dans ses abimes la musique,
total épanouissement du cœur et de l'esprit des hommes. L'auteur voit clair, il voit
loin, et il vibre de tout l'émoi que communique à sa rare nature un merveilleux
sujet. YvES DAUTUN, Petit Parisien, 15-5-29.
Vie touffue, ardente, magnifique. livre lyrique et précisdans lequel l'auteur
a mis beaucoup de lui-même. NOEL SABORD, Paris-Midi, 5-6-29.
Voici l'ouvrage le mieux documenté et le plus complet que nous possédions en
France sur Beethoven. Il n'étudie pas seulement la vie du musicien, l'élaboration
de ses œuvres, son milieu, mais 1,Europe, le climat artistique et politique de l'époque,
l'épopée napoléonienne, vue du côté autrichien avec ce sens de l'histoire qui lui est
propre. Ceaude Denny, Le Soir, 2$-'b-2t).
"M: 'Edouard Herriot a doté la bibliographie musicale d'une remarquable et
puissante étude sur La Vie de Beethoven. 'L'homme, l'artiste/fait corps avec le èaflre où
iLa vécu. L'auteur s'eît attaché à.mantuer l'influence iDâturellednjniiieu/ded'époque
et des 'événements politiques,ou d'ordre sentimental sur ce.,tenipérament
extrasensible. ADOLPHE Piriou, La République, 24-5-29.
Le chantre de la Forêt normande a commenté l'œuvre de Beethoven en disciple,
en poète et c'est pourquoi son émotion est contagieuse intensément.L'intelligence
avertie de M. Edouard Tîerriot noiïs:;vaut :d'incomparables tableaux delà société
viennoise et de.la coui^ de Joseph 'II et-dé Frariçois IL "vj .•',tw ;w
j a •' m .j)ci.t. ^Georges Barbàrin, Quotidien,,
3:7-2.9Ces pages ont été .écrites avec amour jet. c'est ce qui en'-rénd la lecture
passionnante. Ici, Beethoven revit réellement, avec son ardeur créatrice, ses amours, ses
déceptions, ses misères, sa merveilleuse tendresse 'pour l'humanité.
- u- -•- ' Raymond Ë^cholier, 'Petit Journal, ^9
Edouard Herriot 'ainie 'Beethoven pbur son élévation, son inquiétude et sa
grandeur. La Vie de Beethoven révèleane'âultore musicale surprenante.Le propos'
montrer sans cesse à travers l'homme le, musicien de génie
• André BILLY, L'Œuvre, 9-7-29.qu'il s'était tracé et qu'ila rempliavec le sciupuie qufcra lui consiaît, «onsistait.à inous•
• !v."Il ne s'agit pàsd'mè «"vie romancée^ 'niais d'une biographie précise âla fois
et typique. L'auteur cOTmah-merveille0sérhenf son sujet. 11 ^arie de la mus^e
avec amour. Il la mêle intensément à la vie de son héros, comme il mêle et fort
LES TREIZE, Intransigeant, 9-7-29-poétiquement les paysages de Vienne et de la forêt viennoise.m
ni^AcrmTEZ^HEzmyrRE^kBkAiR^
N. R. F.^£^uJ£n souscription, pour paraître en octobre
e
1~2~NDRÉ GIDE 1
~a.lAa Y"(~I2~i
tA`~l,4 ~-T~4OYAGE #
x
AU-GONGO ) S
<~t~AJ~ .< uq ¡,I1f' 1 '1 ¡"d.t u .·
Ce volume illustrécontiemt, sons Je .titre gênera de Voyage
azc Congo~, les deux ouvragesqui ont paru sous lestitres respectifs ¡
de hoyagé aû~Congo ~ét ~<oMr aK Tccas. ,1fil"
Il atteint, enll,Tiron1 3°0 pages'dans! le. format in-4~iraisin.
Il sera tiré en deux teintes, illustré de 64 photographies de ¡'<t: 1~ ~titt. t" '<<''.f'"t'
MARC ALLEGRET, tirées en héliogravure bistre et complété par ¡
'plusièurs:{:artes.') 1; ~t`tLt J ~Itt 1t 1(, i":II.tJi/,l,t .< 1
¿ ;3.7 ` J~p.Îi~'1 1L'~ il~it'i llf.~ '~É~?%~i, "1 1 I
2j exemplaires'sur japon Impérial .~it`;`~ t":t ~00 fr.
1500 exemplaires sur vélin d'Arches 22~ fr.s
,,1 'j.t .<- '(H[,t'~<< .'l~il ~t
l~J~>~x" 1,. ln .ty ,i '.<<{
BULLETIN DE SOUSCRIPTION
.H~ a ~~M'i~
Veuillez m'envp er~yexemplair duVOYAGE AU CONGO sur °ja(~on impdrial~=~û~ vé~ira d'~l rches:` 'I,'r '1 ·
CwM~~MMm<L
la monfant de ~raa souscri~tion.~tH<7/at~reCCHM'~SMOH<!0<MKt/eMJOMHMM~,t;f;ae0 laori*'& ll~ !I(,t,l r.x~·t~ ~r," .c::w r ."i-i G:.t° (1',111' !~<fJ!0'jt~<t
Nom.A.te.i()2<).
Adresse.f"sk.1.j .1 '<! .-< ,(Npt)ATURE)~
Rayer lee indicatimvs éurlEid~. 88. 5.1.A
,7~3IIf!t)~ tt'y:~<f'«t_
f SO USCRI VEZ CHEZVOTRELIBRAIR
N.R.F.LA NC
REVUE F
REVWB MENSUELLE DE UTTERA"~
D!RBCTBUR (l9!9-M
Directeur GASTON GALLIMARD
PARAIT z~
r~r
d
Très prochainement
SUR LES ETATS-UNIS, par ANDRÉ SUARÈS
LE PESEUR D'AMES, par ANDRÉ MAUROIS
CHAMPIONS DU MONDE, par PAUL MORAND
HISTOIRE DE FAMILLE, par GEORGES LIMBOUR
UNE VIE DE CHIEN, par HENRY MICHAUX
LES CHANTIERS DE MtCHEL-ANGE, par GUY DE POURTALÈS
LE MONDE I~FÈRtEUR, par FRANZ HELLENS
LE JOURNAL INTERROMPU, par JACQUES CHARDONNE
Y'eEN MARGE D'ANDRÉ GIDE, par FRANÇOIS-PAUL ALIBERT
SUR RACINE, par JEAN GIRAUDOUX
NOVEMBRE, par JULIEN GREEN
JEUNES PEINTRES, N'ALLEZ PAS AU LOUVRE,
par ANDRÉ LHOTE
DE LETOILE AU JARMN DES PLANTES, par JEAN CASSO~
LES SAINTS DE GLACE, par ANDRÉ SALMon
FRANZ KAFKA. par BERNARD GROETHUYSEN
FRAGMENTS choisis de ROSANOV
M. t. F.~ELLE
~4A~~
ET DB CMTIQ.UB 16' At)n4<
fACQPES RIVIERE
Moteur en chef JEAN PAULHAN
<r DU MOIS
Le rédacteur en chef reçoit le vendredi de heuresAheures
Adresser toute la correspondance concernant la rédaction
à M. JEAN PAULHAN
Tout abonné de LA NOUVELLE REVUE FRANçAISE
qui lui amènera deux abonnée nouveaux, recevra un volume de
12 fr. à choisir dans le catalogue de nos édition*.
Toute demande de changement d'adresse doit nous parvenir avant ~.1~.
Elle doit être accompagnée de la dernière bande et de la somme de J fr. 5o
BULLETIN D'ABONNEMENT
Veuillez m'inscrire pour nn abonnement de «<t an, six mois,t l'édition ef<!tt~f< <<< ~M.M
de la La. Nouvelle &MM Française,partir dul"19_
Ci-joint mandat cM~<« de FRANCB Mm poatale Autrea p~t
Je vous envoie par courrier de
ce jour chèque postal de 110 fr.
Veuillez faire recouvrert mon Édition ordinairedomicile la somme de B<<<<<Mt ef<~Mt<f<
M fr. M fr. 9eh. UN AN(<MMf«<<<f.~fpf<tf/ra<f 48 fr. 6A fr. A6 fr.
~<). 26 fr. 81 fr. 35 fr.n mois
le t;
Nom
(ttONATUM)
_n.nAdreple *~<t~<f les <)«<<M<««t inutiles.
5
metftehef le bmHeMm et-dessus et rmdreooer à M. le Btfeetemt de la
ttOBVE~~Z mETCE FmAH~AtSE, t, ttne de Grenelle, ftftt-Wt. Compta
Cbtqne pMt<! i«.«. Tétéph. t Mttfé i*-«. Adr. téttg. < Bmeteteme
Fttttt. m. C. Seine Zt-aw<
M. t. F.-r"t'
t ~r NOUVEAUTÉS 3m3
LÉON-PAUL FARGUB 4î~ Y\ t~
ESPAC'fS~
t'ttA X.t,N3 .;G 't
UN VOLUME IN-8° COURONNE SUR ALFA.3. ~'J:
S~t~' *'f?r~~?' !t.~
1 SOUS LA t:ÂMPE
UN VOLUME IN-8° COURONNE SURALFA.t5fr.
l u' 9 EXTRAITS < DE PRESSELéon-Paumargueesttianiunvcai~Bète.
ra PAUL SOUDAY, Le T~m~, 20 juin 1929.
t Ecrivain « vertical », il creuse en profondeur pour faire sourdre la source et il
escalade.
r 11 s'évade du réel, mais pour y revenir en maitre. Il ne suit pas son rêve à la
r d.érive .il.le serre~Je Jtraque, l'entoure d'unages, d'odeurs, de sons, toujours plus
t -prëcis,~ toujours plus Eûncis. CLAUDE DENNV, Le ~0/~8 juillet 1929.~ x
.e~ 11 nous faudra souvent ~ire~retour' à ce.jpGÈte~ ~'un des~-éerivains les~plus)
j authentiques de l'heure. Certains ne manqueront pas de lejuger obscur et de
l'act cuserd'bermétisme~.SI J'en veut dice par là .qu'il a: respecté soh.Iecteur, qu'une
lente maturation a doré ces chauds poèmes qui émergent enfin de souvenirs choyés
longtemps en secret, si même l'on.veutj~nifiet que ce sont des écrivains de cet
ordre, de cette qualité, de cette ~<M! qui rendent nécessaire le retour de la
critique à l'analyse littéraire, nous sommes d'accord.
'"t. FRÉDÉRIC L~&VM,~a~Mx, litjuillet ~29.
.<'La micbe fade ni.la Brioche molle et sucrée ne sortent de son four. H nous
veut de fortes nourritures, un peu amères, concentrées et grenues.
Et quel homme en vérité plus près de nous que ce tendre, ce douloureux, ce
simple qui nous fait cette .humble confidence '« }e.n'ai jamais déménagé sans
¡j'un un grandgrand chagnn.chagrin.))' » 'NoELSABORD.PnrM-Mt'iS'juUleti~g.;NO~L,SABORD, Paris-ll~fidi, ISJuillet I929.;
Un~tai poète, qui sera un jour un des honn.euts.de notre temp$ et .que l'on~
commentera plus tard à l'infini, quand avec sa légende et son somnambulisme, sesj
(fuites et ses songes,il sera allé rejoindre, sesfrères, les grands poètes français de]
jadi3.et de naguère, tous ceux que nous aimons ndèlement'et que nous servons;
avec piété.EBMONDjAt.oux,Z.M~c!<~7~it'M~-aM'M, 20 juillet 192~
Léon-Paui Fargue fait partie de ces poètes qui ne vous laissent pas libre. Ilj
charme. Il envoûte. Il impose sa vision avec une autorité d'autant plus forte qu'il''
n'en a pas l'air. Il amuse comme un sorcier -qui débute parquelques tours de; s
prestidigitation; <f puis, peirà peu, les limites habituelles du monde s'effacent et~
i. tft~j <~ FRANCIS DE MIOMANDRE, Europe Nouvelle,3 août ~2~nous voilà entrés chez lui, enfermés dans son cercle magique. t.le Léon-Paul Fargue que j'ai connu au temps de ses débuts, inquiet et:
attentifà l'existence, vigilant à autrui et à soi-même, infiniment curieux de tout, 1de -Mur ce'~ni sera -la substance nourricière de*"son' esprit,' le Léon- Pard~Fargue'
décidéâsecréersamanièreintellectue)le,sesmoyensd'expression,salangueà à
~lui,~a .tendresse à lui, ses col&fetA lui, 'ses bouffonneries à tut, à <Étre <ce <)u'd~estn<
,~aitpaur'éh-e,;qui~e~p~ser~ouiruj)raut6urdiiRctle~~«-< '~<tM M.f't~
.<n ~h~ .« f 4~~M DE RÉGNIER, ~aro,~ août 1~29;
~y ~cT~rcz CHEZ VOTREL/M
N. R. F.~T UN 0 ~E~ r~~y
-'t~
JULES ROMAINS
< "-t' jt T' 'T~S't'C~i~T~" ~) < <
fi' 'H. ~r 4*.w.`~'t' ~.A' ~` raM'~M .mN~M~j
QUANDTLEMVtRE~.
"ry~î!i.6~~ ~LL~ LâH.d~~t,~
UN VOLUME !N-8° COURONNE. ÎXfr.
~*t
EXTRAITS DE PRESSE
1- Qu'adviendra-t-il de cette union miraculeuse Je' jour où leurs corps seront
séparés ? C'est à cette question que répond l'expérience de Quand le Navire. Unis,
la chair appelait l'esprit dans leurs fêtes c'e.4t l'esprit maintenant qui. va;supp)éer
la et leur procurer la divine illusion de la présence réelle.
NOEL SABORD, Paris-Midi,
2y-6i
Le livre qui vient'depara'itre. cbm.pléte harmonieusement la noble et hardie
trajectoire amorcée dans les deu~,o.uvrages. précédents .(Z.Mt:i'<HM<Z.~ Dieu des
Corps.) Son dernier livre plongera .tous ceux qui le liront dans de passionnantes.Cor~.) .Son tous passionnantes
méditations. Chaque page ouvre une poMe sur le mystère qui nous entouré.
Cette étude pose, avec une extraordinaire maîtrise, de redoutables problèmes à
tous ceux qu'inquiètent et déconcertent l'illogisme de notre'cœur et la fragilité de
notre raison. .) 't -t.. EMILE VuiI.LERMOZ,~X<'<0~,)-7-2p.
Etrange et attirant ouvrage. Plein de suggestions, d'attraits troublants. Et
si fortement écrit M. Jules Romains -va.-t-il se poser en adversaiïe de la science ?.
'.t.. RoBERT KEMP,fa .Ltt<r~7-2C).
Et maintenant, voici après .L Dt~M Corps, Quand le Navire. M. Jules
Romains aborde ici le problème par excellence celui que les anciens connaissaient
sous le nom de problème de l'âme et du corps. Il n'a pas traité k problème
scientiftquement il'est demeuré sur le plan romanesque, mais sur ce,plan, il a
merveilleusement montré la Psyché antique, l'influence éternelle et trop méconnue
de l'Esprit.
de ,P PlERREDOMIN!QUE,.Pan!Sot~y-2~.
La trilogie.de Psycbé a trouvé dans ~;MOfi' Navire. sa conclusion
magistrale, et l'heureux auteur de Z.Mn'fMM et du D~M Corps tient le premier rang
panai les "'plus-'briDants'romanciers~ de l'heure; les dernières phrases du livre
plongent le lecteur dans l'insondable mystère de l'Inconnu ét de rinTini.
J. TAlt.END~AU,~)M~!M'<<~A~ttt~, 7-7-29.
Ju!es Romains, avec une fot quasi scientifique, nous fait toucher du doigt,
cet émouviMit .au-delà. Psyché, dont sagement il n'a fait que soulever le voile
d'une main pieuse, Psyché, c'est tout le miracle de l'avenir, en puissance dans
l'or'dre des faits peu à peu revêtes. u
.· r. · K -t H i<t VtCTORMAR'GUEMTTB'~o7Mt/e,'7-7*29.MARoGU£RITT£,"Volonté, '7'7-29.
~~C~ErEZ~C~EZ~V07~~L/
N.tt.F. <-t).t)NO~vE~r~~
PAUL CLAUDEL
L'OISEAU NOtR
DANS LE
SOLE!L LEVANT
UK VOLUME IN-8° COURONNE t$fr.
EXTRAITS DE PRESSE
Un beau livre qui finit sur des pages éclatantes de couleur.
LOUIS PÉRIÉ, Courrier du Centre, ~0-2~.
Le diplomate et le poète ont collaboré pour écrire ce livre le Japon est
un mystère mystère, ce qui subsiste du Japon d'autrefois; mystère, le Japon
de demain. Plus d'une page de Claudel apporte une vue lumineuse sur l'âme
japonaise. Mais le lecteur y trouvera aussi, dans ce style si poétique, des
descriptions et des évocations du pays merveilleux.
MAURICE BBERBLOCK, La Meuse, 26-2f).
Souvent. la pensée de M. Claudel se traduit par des expressions d'un
pittoresque inattendu, des images vives, brillantes, des associations d'idées,
riches de nouveauté.
C'est alors que l'écrivain fait surgir devant nos yeux un Japon d'une vitalité
étonnante, dont il interprète et commente en artiste et en lettré la beauté des
paysages et le mystère des traditions.
JEAN BRIOCHAIN, Le Progrès Civique, !6-2~.
M. Paul Claudel nous donne de l'âme et de la terre japonaise un portrait
émouvant. PIERRE BosT, /a~, 15-6-29.
M. Paul Claudel ne semble avoir qu'une préoccupation comprendre les
moeurs, la mentalité, la nature, la vie du Japon, et nous en donne l'explication.
L'intelligence la plus fine, et la poésie la plus riche caractérisent ce nouveau
recueil. VicTOR MOREMANS, <?a~< de Liége, i;-6-2C).
L'Oiseau Noirdans le Soleil levant une suite de poèmes en prose,
familiers ou sublimes, sans heurt, harmonieusement « soutirés » du réel par la plus
puissante imagination lyrique de notre époque. Fro~ d. Lyon, t;-6-29.
Le sobre récit de M. Paul Claudel est saisissant.
LUCIEN DESCAVES, Le /OUnM~,
4-7'~°Magnifique description de ce qu'il a vu. Un des événements les plus
tragiques de l'histoire a eu le témoin qu'il méritait.
ANDRÉ BILLY, La Femme de France, 8-7-29.
~y ACHETEZ CHEZ, VOTRE LIBRAIRE
M.t.f.~/M//?/f
/?~Af~/?/?3, rueParis de (6.)Grenelle –(y/<i.L/W/</M/- LitTéléphoneré 12.27 L
COLLECTION D'ANAS
PROPOS, ANECDOTES ET VARIÉTÉS RECUEILLIS PAR
LEON TREICH
N° 38
HISTOIRES
DE LA RUE
UN VOLUME !N-8''TELLIÈRE Ch-,
Les Histoires de la Rue
Les mots de Gavroche
L'esprit des titis et des mt~tM~M, du faubourien et du Mar/OM~ des mômes de
MoM~Mf<f~, des adolescents du Montparnasse, des vieux /'t7t'~ de café du boulevard
L'esprit de Paris.
H a été tiré de cet ouvrage, le )8' de la Collection d'Anas, 40 exemplaires sur vélin
de chiffon rose des Papeteries Lafuma Navarre, dont 15hors commerce, marqués
de AâO. et 2;exemplaires, numérotés de i à25. 'Mfr.
OUVRAGES DÉJA PARUS (chaquevo)ume).Cfr.
HISTOIRES ENFANTINES L'ESPRIT DE TRISTAN BERNARD
DE VACANCES SACHA GUITRY
ANGLAISES CLEMENCEAU
THÉATRALES AURÉLIEN SCHOLL
GAULOISES ALEXANDRE DUMAS
POLITIQUES ALFRED CAPUS
LITTÉRAIRES RIVAROI,
POUR LA PLAGE MAURICE DONNAY
DE CHASSE WILDE
POUR JEUNES FILLES WILLY L'AMÊE NOUVELLE CHAMFORT
MÉDICALES PIERRE VÉRON
JUDICIAIRES VOLTAIRE
POUR LIRE EN VOYAGE HENRY BECQUE
POUR LIRE ENTRE HOMMES GEORGES FEYDEAU
AMÉRICAINES ROBERT DE FLERS
DE POCHARDS BEAUMARCHAIS
POUR LES PARISIENS FRANCIS DE CROISSET
~c//ErEZ CHEZ vor/?E z<?~E~ I
N.tt.F.i/m
J rue de Grenelle _/?~/</?/MA/?/)_~Téléphone_j 3, Pans (6~) t?/<~L/<~t/ LittréT2.~7
iLLE~ CnEFS'~D'!ÉÛirtiE'Dù1.'iliuIÀN 1 vnVEN,TUllESLES CHEFS~'O
GEORGES~G.-TOUDOUZE
LES AVENTURIERS DE LA SCIENCE
'r~ '1.1 '° i
UI~FEMME PARMI
J{LË81 ~!iJPS!~
~M -r, .t.
Un volume in-8° couronne sous couverture illustrée en. trois couleurs.
Prix. 9 fr.
Voici une oeuvre étrange et saisissante, d'un modernisme aigu et d'une rare
puissance dramatique. En même temps une étude de philosophie sociale très.
profonde sous cette forme pittoresque d'un roman d'aventures qui séduit, passionne,
entraîne et faitpenser. .f't
Georges G.-Toudouze, pour qui la vie et la langue des marins n'ont pas de secrets,
a imaginé de réunir en un coin perdu du glacé Groenland une bande dé
hors-laloi, « loups » farouches appartenant à des races diverses, ennemis de toutes
les* sociétés, ivresde liberté sans frein. et qui spontanément, sous des formes
'.d'une, naïveté sauvage,, ne peuvent pas ne pas rétablir ces lois qu'ils ont pris tant
de soin de fuir, avec des pénalités, une monnaie fictive,, une manière de religion,
sous le contrôle d'un chef élu; en un mot ils rebâtissent ce qu'ils.. détestent si
bien.La .venue impromptue d'une femme dans cette tribu, où l'élément
féminin n'était représenté que par une sauvage Esquimaude, sorte de lutin de la
banquise, bouleverse en raz de marée cette société primitive reconstituée.
Livre émouvant et coloré, pages puissantes où l'auteur de Z,mn;e qni volait
le <?M/rMM se révèle un peintre âpre et mordant, un évocateur plein de vie et
de passion.
POUR PARAITRE ENSUITE
Lasuitedesaventures;d'tGGiNSETC°,pàr JEAN FOURNIERLE SECRET
DU CRANE et LE MYSTÈRE SUR LALANDE –Au~iNFREEMAN
LE MYSTÈRE D'ANGELINA FROOD EDGAR WALLACE LES
QUATRE G. G TouDouzE DE PARIS A NEW-YORK EN
AUTO-CIIENILLE.
~y~C~~T~ZC~Z VOrRFf.
M.R.F./M
rue de Grenelle /?~P/) TéléphoneParis (6e) -~ALLll4IARD-- Llt1ré 'I2.27~3, –(7/<LL/</tf/– --LiMré 12.27'
~s.
LEf CHEFS-D'ŒUVRE ~DU ROMAN D'AVENTURES
< j, i..<
.EDGAR :WALLACE
'~S''TQ!JA-TRE
:)!h:nH'n':)J'))~
Un volume m-8° couronne sous couverture illustrée en ttois'~
Jœ~eu~)~(}.
~h~<l) J
Edgar WaUace est actuellement l'auteur le plus lu du monde. Ses
romans se vendent chaque jour par dizaine de milliers d'exemplaires
U Hdans:Jt mtmde entier' Quatre pièces tirées d'œuvres de WaDace
t. étaient ta. tsaison ~derniéte' jouées simultanément sur quatre scènes
Londoniennes. Les tirages de cet auteur laissent loin derrière eux °
ceux de Coran Doyle et des plus illustres romanciers d'aventures.
tw* "Walîace'est 'eBcoîe~lattv~ment peu 'connu en- France. Nous
;y 'sommer heureux 'de présenter aujourd'hui aux lecteurs de notre
.<:M'f< 'f.< *<< t.tt t7
.ttcoi~&tioo' t'Z.<<~M< (The four just Men)'qui est considéré
comme sott chef-d'œuvre. C'est un roman d'un passionnant Intérêt
et le lecteur qui en a parcouru la première page n'abandonnera le
volume qu'à laderniêrelf~ne.
)'< .< (°.
\l1li ~~<< l' ,J
POUR PARAITRE jE~u/r~
La suite des aventures d'tGG!J\S ET C"par JEAN FouRNiER LE SECRET.
DU CRANE et LE MYSTÈRE SUR LA LANDE AusTiN FsEEMAN
LE MYSTÈRE DANGELÏNA FROOD G G. TouDouzE ~DE
PARtS A NEW YORK EM AUTO-CHËNtLLE f
</ <
~y AC~Er~z CHEZ vor/?E
N.R.F.LES ATOMES HÉRÉDITAIRES
Les mouvements des facteurs
chromosomiques sont aussi importants à
connaître pour l'homme que les
mouvements des planètes.
JENNINGS.
Voilà des siècles que les biologistes s'efforcent d'expliquer
les phénomènes d'hérédité par le jeu de particules
microscopiques que l'ascendant transmet au descendant. Sans
remonter jusqu'à Anaxagore ni même jusqu'à Paracelse,
citons les molécules organiques de Buffon, les gemmules
de Darwin, les unités physiologiques de Herbert Spencer,
les pangènes de De Vries, les stirpes de Galton, les micelles
de NageII, les biophores de Weismann, les idioplastes de
Hertwig. La notion commune à cet ensemble de théories
qu'Yves Delage, pour les combattre, englobait sous le nom
de « microméristes », a désormais force de vérité. Elle
ressortait déjà de ces lois de l'hybridation, désormais
fameuses, que, par une intuition de génie, formulait
en 1865, après huit ans d'expériences sur les pois, un
moine morave, Johann Mendel. Aujourd'hui, grâce aux
travaux de Morgan, de Bridges, de Sturtevant, de Seler, etc.,
et, tout récemment, de Guyénot et Naville, nous ne
saurions plus douter que la substance transmissible ne soit
formée d'infimes particules, présentes dans le noyau de la
cellule reproductrice, qui sont les véritables atomes
héréditaires, et qu'on nomme les facteurs.
Ces facteurs, dont chacun joue dans le développement
I9LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE
un rôle spécifique, et qu'on présume être au nombre de
plusieurs milliers, mesurant quelques millionièmes de
millimètre, sont groupés en chaînes que rend visibles, fort
heureusement pour le biologiste, leur faculté d'absorber les
matières colorantes d'où le nom qu'elles ont reçu de
Chromosomes.
La cellule reproductrice, ovule ou spermatozoïde,
contient un assortiment complet de iacteurs, qui se distribuent
en un nombre constant de chromosomes quatre chez la
mouche du vinaigre, vingt-quatre chez l'homme. Dans
l'oeuf fécondé se trouve donc un double assortiment
factoriel, l'un d'origine paternelle et l'autre d'origine
maternelle, réparti entre autant de couples chromosomiques
qu'il y avait de chromosomes dans la cellule reproductrice.
Suivant la composition que présente dans l'œuf tel ou
tel facteur, l'être qui naîtra de cet œuf présentera tels
caractères particuliers.
Chez la mouche du vinaigre, sur laquelle se firent et
continuent de se faire la plupart des recherches relatives à
l'hérédité, il est constant que l'un des facteurs conditionne,
selon sa composition, la taille normale ou le gigantisme,
un autre la coloration rouge ou blanche des yeux, un autre
le gris ou le noir du corps, un autre le glabre ou le velu,
un autre la longueur ou la brièveté des ailes, u.n autre la
longueur ou la brièveté de la vie. On connaît, chez cette
mouche, plus de quatre cents facteurs dont la modification
commande une modification définie des caractères.
En outre, grâce à des expériences dont la complexité le
dispute trop à la délicatesse pour qu'il soit permis d'en
donner rapidement une idée même sommaire, on a pu,
d'abord, reconnaître que ces quatre cents facteurs se
distribuent entre quatre groupes inégaux correspondant aux
quatre chromosomes de taille inégale que porte la cellule