La Nouvelle Revue Française N° 273 (Juin 1936)

La Nouvelle Revue Française N° 273 (Juin 1936)

-

Livres
196 pages

Description

Paul Valéry, Svedenborg
Alexeď Remizov, L'Oiseau d'Alger
Jean Paulhan, Les Fleurs de Tarbes ou La Terreur dans les Lettres
Jacques Audiberti, Trois počmes
Charles-Ferdinand Ramuz, Questions (Fin)
Charles-Albert Cingria, Notes (II) [aux Questions de C. F. Ramuz]
Henry de Montherlant, Les Jeunes Filles (II)
Stéphane Mallarmé, Petite philologie anglaise ŕ l'usage des classes et du monde
Alain, Propos
Chronique des romans :
Marcel Arland, Journal d'un curé de campagne, par Georges Bernanos - Mort ŕ crédit, par Louis-Ferdinand Céline - Héry, par Ignace Legrand
Denis de Rougemont, Kierkegaard en France
Pierre Jean Jouve, Les Chants de la Liberté
Jean Guérin, Henri de Régnier
Notes : la poésie :
A. Rolland de Renéville, Anthologie des počtes de la N. R. F. (Gallimard)
Notes : littérature générale :
Marie Delcourt, Le Politique, de Platon (Belles-Lettres)
Notes : lettres étrangčres :
Bernard Groethuysen, Spengler
Charles-Ferdinand Ramuz, Fernand Chavannes
Charles-Albert Cingria, Le Dit du sourd et muet qui fut miraculé en l'an de grâce 1266, par Gabriele d'Annunzio
Notes : le théâtre :
Pierre Ličvre, L'École des Femmes
Revue des livres :
Marcel Arland, Telle qu'elle était en son vivant, par Constantin-Weyer (Librairie des Champs-Élysées)
Eugčne Dabit, Faubourg Saint-Antoine, par Tristan Rémy (Gallimard)
Marcel Arland, Mer baltique, par Édouard Peisson (Grasset)
Eugčne Dabit, Le partage des terres, par C.-M. Arconada (Éditions sociales internationales)
Marcel Arland, L'exil des enfants, par Nadedja Gorodetzky (Desclée de Brouwer)
L'air du mois :
Ramon Fernandez, Les élections législatives
Julien Benda, Confusion dirigée
René Daumal, Gaspilleurs de ciel
Jean Guérin, Des progrčs du journalisme
André Lhote, Cézanne ŕ l'Orangerie
Tristan Derčme, Les Propos de M. Polyphčme Durand : D'une terrible machine de guerre
Henri Pourrat, Rencontre

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 mai 1936
Nombre de lectures 37
EAN13 9782072395222
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LANOUVELLE RevueFRANÇAISE
SVEDENBORG
LebeaunomSvEDENBORGsonneétrangementaux oreillesfrançaises.Ilm'éveilletouteuneprofondeur d'idéesconfusesautourdel'imagefantastiqued'unper-sonnagesingulier,moinsdéfiniparl'histoirequecréé parlaLittérature.Jeconfessequejenesavaisdelui, ilyapeudejours,quecequimerestaitdelecturesdéjà fort lointaines. Séraphitûs-SéraphitadeBalzacetunchapitrede GérarddeNervalavaientétéjadismesseulessources, etjen'yaipasbudepuisunetrentained'années. Cesouvenirévanouissantm'étaitpourtantuncharme. Lasimplerésonancedessyllabesdunommagique,quand jel'entendaisparhasard,mefaisaitsongerdeconnais-sancesincroyables,desattraitsd'unesciencechimé-rique,delamerveilled'uneinfluenceconsidérable mystérieusementémanéederêveries.Enfin,j'aimaisde placerlafigureincertainedel'Illuminédanslesiècle quej'eussechoisipoury vivre. J'imaginequecetteépoquefutl'unedesplusbril-lantesetdespluscomplètesquedeshommesaientpu connaître.Onytrouvel'étincelantefind'unmondeet lespuissantseffortsd'unautrequiveutnaître,unart desplusraffinés,desformesetdeségardsencoretrès 53
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE mesurés,touteslesforcesettouteslesgrâcesdel'esprit. Ilyadelamagieetducalculdifférentielautant d'athéesque'demystiqueslespluscyniquesdescyni-quesetlesplusbizarres.desrêveurs.Lesexcèsdel'in-telligencen'ymanquentpoint,compensésetparfois danslesmêmestêtesparuneétonnantecrédulité. Touslesthèmesdelacuriositéintellectuelleillimitée, quelaRenaissanceavaitreprisdesanciensoutirésde sonbeaudélire,reparaissentauxvmesiècle,plusvifs, plusaigus,plusprécis.L'In-Foliolecèdeàdemoindres formats. L'Europeadmetalorslacoexistencededoctrines, d'idéals,desystèmestoutopposés.C'estlà lacaractéris-tiqued'unecivilisationdutype«moderne».Romeet Alexandrieavaientdéjàconnucetteaccumulationde tendancesetdethèsescontradictoires,publiquement manifestéesetdiscutées.Ladiversitédesculteset desphilosophiesyfermentaitpersonnenepouvait ignorer,dansces.milieuxàhautetempératureintellec-tuelle,qu'ilyaplusd'uneréponseàtoutequestion spéculative:Ilenrésultedesrelationsetdeséchanges, descombinaisonsd'idéesetdescontrastessurprenants, qui,seproduisantassezsouventdansunmêmeindividu, .incarnentenluiledésordreetJarichessed'uneépoque. Au.xviir6'siècle,pendantquelesd'Alembert,les 'Clairaut,les.Eulerseconstruisentunmonde:méca--niquerigoureusementpur,aumoyendesressources toutesnouvellesdel'analysemathématiquependant 'qued'autress'essaientàlabiologie,entrevoientdiverses philosophiesdelanaturevivante,et-tententd'endériver lesoriginesdecequ'ilscroient'savoirdelamatière pendantquelegrandLinnéentreprendl'œuvreimmense 'delaclassificationdetouslesêtresorganisés,ilenest quidéveloppentdiversesmétaphysiques,suiventencore lesanciens,©u^prolongentGassendi,Descartes,Spinosa, Leibniz'ouMalebranche.Dansl'ordrethéologique,jan-
SVEDENBORG sénistes,quiétistes,piétistesetbiend'autrespartisse disputentlapossessiondelavéritéetl'empiredesâmes. Ilyaaussiquantitéd'espritsforts. Maissilelibre.examen,,devenu-presqueliciteunpeu partout,leprogrèsdessciencesexactesetleursétonnants succès,etladécouvertedetoutelafiguredelaterre, ontcrééunesorted'appétitencyclopédique,.unesoif deconnaître,unesprit,quineserefuserien,cettemême aviditédesavoiretdepouvoirnedédaignepasd'ex-plorerlapénombreintellectuelle,etjusqu'auxténèbres suspectesoù,depuislaplushauteantiquité,l'imagina-tiondebiendeshommesplacedestrésorsdepuissance etdeconnaissanceetsupposedessecretsd'importance surnaturelle. Alorscoexistentdansplusd'unespritdescuriosités etdesespoirsdontlaréunionétonne.Lerationnelet l'irrationnels'y.combinentbizarrement.Deshommes commeLeibnitzouBoylenouspeuventparaître.trop richesd'inquiétudestropdifférentesetl'association dansunmêmeNewtondel'interprétationde..l'Apo-calypse(aumoyend'hypothèsessurl'astronomiedes Argonautes) avecl'inventionducalculdesfluxionset lathéoriedel'attractionuniverselle,nousdéconcerte. Maisleursiècleabondeenrecherchesdanstoutesles voies,et lapassiondelarigueur,lecultedel'observa-tionetdel'expérienceneledélivrentpasdestentations etdesséductionsqueluiproposentlesdoctrinesetles pratiquesmystérieusementtransmises. (Jeremarque,aupassage,quelasciencelaplus.pru-denteetlapluspositiveexigedeceuxquis'ylivrent avecl'ardeurquimèneauxdécouvertes,unecertaine soifdemerveillesle-prodigieux,l'inattenduobtenus comme.résultatsd'unedéductionrigoureuseoud'une conduiteexpérimentalesansdéfauts,procurentà l'espritunedesplusgrandesjouissancesqu'ilpuisse connaître).
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE Onvoit,ensommeserépandre,etpresquesevulga-riser,auxvniesiècle,touteslesvariétésnormalesou dégénérescentesqu'engendreledésird'ensavoirplus qu'onnepeutsavoir.Lesadeptessemultiplient l'initiéfoisonnelecharlatanabonde.Lerôle socialet politiquedel'occultedevientimmense. Jamaislacrédulitéetlescepticismen'ontétéassociés etcommeindistinctementrépartissurlegenrehumain, plusqu'ilsnefurentalors.LaSymboliquequidéchiffre l'universcommeuntextehiéroglyphiquel'Herméneu-tique,quidonnedesEcrituresuneinterprétationplus profondequelalettrelaThéosophie,quiattendet reçoitcommunicationd'unelumièreimmédiateet plushardiesencore,plusinquiétantesdansleursambi-tionsetdansleursprocédésopératoires,laMagie, l'Alchimie,laDivinationparlesastres,parlessonges, parl'évocation,coexistentdansplusd'unespritavecla cultureclassiquelapluslimpideetladisciplinedes sciencesexactes. Telestlemilieumental,leThéâtreIntellectuelqui s'éclairaitenmoiaunomdeSvedenborg.Cestrois syllabesnem'étaientqu'unesorted'appelmusical,de formuleincantatoire,auxquelsobéissaituneimage fantastiquedelaviespirituellesecrèteàl'époquede LouisXV.Jenepensaispasque jedussejamaisallerun peuplusavant,etconsidéreravecunintérêttoutnou-veau,etcommepersonnel,unpersonnagequinem'était silongtempsapparuqueparmilesombresd'unesociété voluptueusementcurieused'arcanes.
Maislelivrequejeviensdelire1proposeàlapensée untoutautreSvedenborg,L'idéevagueethoffman-nesquequemonignoranceseformaitdecelui-cis'est changéedanscelled'unefigurenonmoinsénigmatique, i.Cetteétudedoitservirdepréfaceàlatraductionfrançaisedulivre deM.MartinLAMMSvedenborg.
SVEDENBORG maisprécisemaispuissammentintéressante,dont l'histoireintellectuelleexciteunequantitédeproblèmes depremièreimportancedansledomainedelapsycho-logiedelaconnaissance. J'ailul'ouvragedeM.MartinLammavecunattache-mentcroissantj'yvoyaisdechapitreenchapitre,se dessinerl'extraordinaireRomand'une«vieseconde», jedisroman,parcequej'éprouvaisnaïvement pendantmalecture,cedésirintensedelasuite,cettesoif dudevenir,quinenoussaisitd'ordinairequedansles productionsdestinéesànousfaireressentirlesdélices del'aventure. Sansdoute,l'aventuredontils'agitn'estpasdecelles dontlerécitenivreetenchaînel'immensenombredes lecteursellesepassetoutentièredanslesdomaines lesplusréservésdelavielaplusintérieure,etsurles frontièresindéciseslespuissances,lesambitions, lesténèbresetleslumièresquisontennoussemani-festent,s'opposententreelles,commeelless'opposent, d'autrepart,auxphénomènesordinairesdu«monde extérieur».Mais,pourmongoûtparticulier,iln'estpas devoyagesauxconfinsduréel,decontes merveilleux, denarrationsépiquesoudramatiquesquil'emportent surl'étudedel'inépuisablecréateurettransformateur universelquel'onnommel'Esprit.
LeSVEDENBORGquemereprésentelelivrede M.Lamm,estunêtrequiaconnu,subi,traversétous lesétatsoutouteslesphasesd'uneviepsychiquedes plusintensesetdespluscomplètes,puisqu'ilsemble avoirparcourul'étendueintellectuelledepuisl'activité laplusnormalejusqu'àcertainesextrémitésquel'on pourraitdireanormales,sicetermepurementnégatif dansmapenséen'introduisaitunjugementtropsom-
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE-maireettropsimple.L'analysedesesouvragessuccessifs, magistralementmenéeparl'auteur,nousoffreledéve-loppementd'uncasprestigieuxquechacun,selonsa proprenatured'esprit,peutméditeretinterpréterutile-mentet,soitenhistorien,soitenphilosophe,soiten psychiatre,soitenmystique,soitmêmeenpoète, étudier,commenter,admirerouclasseràsaguise. Maisquelquesoitl'usagequepourrafairedesa lecturelelecteurattentifdecevolume,ilseranéces-sairementémerveillédesaplénitudeetdesaclarté. Ilconsidéreraavecrespectlasommedeconnaissances, laquantitédetravailetlavigueurintellectuelleque supposeunexamenetunexposédel'ensemblede l'oeuvreénormedeSvedenborg.Cetteœuvren'estpas, j'imagine,d'unefréquentationtoujoursaimableni aisée,quoiqu'oriyrencontre,parendroits,desmorceaux d'unegrandebeautépoétique,visionsdélicieusesappa-ruesàjenesaisquelleenfancetfànscendantale.Maiselle constitueundocument1incompan:bledontjen'aurais mêmepas soupçonnél'intérêt,sanslapeinequ'aprise M.Lammderéduireàl'essentiel uneimmensematière etdenousservirdeguidedanslesEnfersetlesParadis Svedènborgiens.DanssaPréface,ilréduitmodestement sonrôleàl'étudedelagenèsedeThéosophiede Svedenborg,étudedanslaquelleilaétéengagéaucours desesrecherchessur«lecourantdemysticitésenti-mentalequiannonceleromantismeavantdes'ycon-fondre».Maisilsetrouve,àmonavis,avoirdessiné unpersonnagesingulierdugrandDramedel'Esprit Humain.
Cen'estpastout.Unlivrevautàmesyeuxparle nombreetlanouveautédesproblèmes'qu'ilcrée,anime; ouranimedansmapensée.'Lesouvragesquiimposent oupostulentlapassivitédulecteurnesontpasdemon>
SVEDENBORG goût.J'attendsdemeslecturesqu'ellesmeproduisent decesremarques,decesréflexions,decesarrêtssubits quisuspendentleregard,illuminentdesperspectives etréveillenttoutàcoupnotrecuriositéprofonde1,les intérêtsparticuliersdenosrecherchespersonnelles,et lesentimentimmédiatdenotreprésencetoutevive. Jevaisdonc,enpeudemots,tenterdedonnerl'idée dequelques-unesdesquestionsnaissantesdontlelivre deM.Lammm'asollicité.
Svedenborgm'apparaîtdonc,àprésent,comme l'exemplaireetlesujetd'unetransformationintérieure desplusremarquablesetdespluscomplètes,accomplie enplusieursétapes,aucoursd'unesoixantained'années. Cettetransformation d'uneviepsychique,observéeet repéréeaumoyendelasuitechronologiquedesécrits, estcelled'unhommedetrèsvasteculture,d'abord définissablecommesavantetphilosophedutypeconnu dessavantsetphilosophesdesontemps,quisechange insensiblementenunmystique,verslaquarantième année.Première modification,d'ailleursassezpréparée parl'éducationpremièredusujet,lamysticitédeson pèreetlemilieudesespremièresimpressions.Comment passer,toutefois,d'unevuemécanistedumondeet d'habitudesd'espritcontractéesdanslapratiquedes observationsprécisesdelasciencenaturelle,àlamédita-tiond'originethéologique,àlafixationdelapenséesur desquestionsdérivéesdesEcrituresetdelatradition, comments'opèrecedéplacementdesvaleurs?Maisce n'estencoreiciqu'untransportdel'attentionordinaire d'unobjetversunautreuncertainusagedelapensée théoriquesesubstitueàunautre.Or,voiciqu'unpeu plustard,unealtérationplusprofondeetplusrarese prononcedelaphasethéoriqueetspéculative,occupée
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE deraisonnementssurledogmedelachuteousurla naturedesAnges,SVEDENBORGs'avanceàunautre étatdanslequelcenesontpluslesseulesidéesquisont encause,maislaconnaissanceelle-même.Alaphase théoriquesuccèdeunephasedanslaquelledesévéne-mentsintérieursseproduisent,quin'ontpluslecaractère purementtransitifetpossibledelapenséeordinaire, maisquiintroduisentdanslaconsciencedessentiments depuissancesetdeprésencesquisontautresquecelles duMOI,quis'opposentàluinoncommedesréponses oudesarguments,oudesintuitionsordinaires,mais commedesphénomènes.Onvoitdoncladissertation etladialectiqueremplacéesparlerécitetladescription c'estdirequelesconditionsetlesmoyensdelarecherche intellectuelle,ledoute,laformationdelapluralité despossibles,lechoix,ladémonstration,etc.,sont dépossédésdevantuneperceptionquiemportecertitude immédiateetinvincible.Cetteespècedecertituden'est pascomparableàcellequ'exprimelemotEvidence l'évidenceest,ensomme,uneréactiondenotreesprit danslaquellenousnousreconnaissons,tandisquela certitudemystiqueestdelanaturedel'impression d'existenceindépendantedenous,quenousdonnent communémentlesobjetsetlescorpssensibles,quis'im-posentànousentantqu'ilsnoussontétrangers.C'est pourquoicetteintroductiondepuissancesetdepré-sencesdontjeviensdeparlerpeutbienseregarder commelaformationd'une«réalité»secondeoudusecond ordre,etlapossessiond'unetelledoublemultiplicité defaitsdéfinitl'étatdumystique.
MaischezSVEDENBORGl'activitéthéorétiquene s'évanouitpastoutentièredevantlaperceptionimmé-diate.Ellereprendsonrôledeconstructionetdejustifi-