//img.uscri.be/pth/c82dde749671e4920667120e9c6faf176e49b2e2
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La poésie dans "A la recherche du temps perdu" de Marcel Proust

De
476 pages
Pourquoi étudier la poésie dans cette grande oeuvre romanesque du XX° siècle, A la recherche du temps perdu ? Pour essayer de cerner le mystère de sa beauté. Cette étude analyse la présence dans le roman de la poésie, nécessaire au projet proustien de créer une oeuvre d'art durable.
Voir plus Voir moins
La Poésie dans A la recherche du temps perdude Marcel Proust
Critiques Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Dernières parutions
Vera CASTIGLIONE,Emile Verhaeren, Modernisme et identité générique dans luvre poétique, 2011. Jean-Pierre FOURNIER,Charles Baudelaire. Quand le poème rit et sourit, 2011. Jean Léonard NGUEMA ONDO,Le roman initiatique gabonais, 2011. Chantal LAPEYRE-DESMAISON,Résonances du réel. De Balzac à Pascal Quignard, 2011. Saloua BEN ABDA,Figure de laltérité. Analyse des figures de laltérité dans des romans arabes et francophones contemporains, 2011. Sylvie FREYERMUTH,Jean Rouaud et l'écriture«les yeux clos ». De la mémoire engagée à la mémoire incarnée, 2011. François HARVEY,Alain RobbeGrillet : le nouveau roman composite. Intergénéricité et intermédialité, 2011. e Brigitte FOULON,La Poésie andalouse du XI siècle. Voir et décrire le paysage, 2011. Jean-Joseph HORVATH,La Famille et Dieu dans luvre romanesque et théâtrale de Jean Giraudoux, 2011. Haiqing LIU,André Malraux. De limaginaire de lart à llimaginaire de écriture,2011. Fabrice SCHURMANS,Michel de Guelderode. Un tragique de lidentité, 2011. Connie Ho-yee KWONG,Du langage au silence, 2011. V. BRAGARD & S. RAVI (Sous la direction de),Ecritures mauriciennes au féminin : penser laltérité,2011. José Watunda KANGANDIO,Les Ressources du discours polémique dans le roman de Pius Ngandu Nkashama, 2011. Claude HERZFELD,Thomas Mann.Félix Krull,roman picaresque, 2010. Claude HERZFELD,Thomas Mann. Déclin et épanouissement dansLes Buddenbrook, 2010. Pierre WOLFCARIUS,Jacques Borel. Sécrire, sécrier : les mots, à limage immédiate de lémotion, 2010.
Armelle LACAILLE-LEFEBVRE
La Poésie dans A la recherche du temps perdu de Marcel Proust
LøHARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-54997-5 EAN : 9782296549975
Jøaimerais remercier mon directeur de thèse, Jean-Yves Tadié, pour les analyses pénétrantes et érudites de ses ouvrages et pour son accompagnement au long de ce travail.
ABREVIATIONS UTILISEES
Toutes les citations døA la recherche du temps perdusont tirées de løédition de la Bibliothèque de la Pléiade, en quatre volumes, publiée chez Gallimard sous la direction de Jean-Yves Tadié de 1987 à 1989.
A.D. C.G. Corr. C.S.B. E.A. J.F. J.S. M.O.T. O.C. P.J. Pr. R.T.P. S.G. Sw. T.R.
B.I.P. B.M.P. C.M.P. R.H.L.F.
Albertine disparue Le Côté de Guermantes Correspondance Contre SainteBeuve Essais et articles A lombre des jeunes filles en fleurs Jean Santeuil Mémoires doutretombe uvres complètes Les Plaisirs et les Jours La Prisonnière A la recherche du temps perdu Sodome et Gomorrhe Du côté de chez Swann Le Temps retrouvé
Bulletin dinformations proustiennes Bulletin de la Société des amis de Marcel Proust Cahiers Marcel Proust Revue dhistoire littéraire de la France
INTRODUCTION
Pourquoi étudier la poésie dansA la recherche du temps perdu, ÿuvre par essence romanesque ? Par désir døanalyser les causes et les formes du plaisir esthétique éprouvé face à la beauté poétique de nombreux tableaux, évocations, dans cette ÿuvre, ainsi que de son écriture. Les débuts littéraires de Marcel Proust ont été marqués par la poésie : il a composé jeune des poèmes en vers et en prose, publiés en 1896 dansLes Plaisirs et les Jours,à la manière de Baudelaire. Pour lui, l'écriture est de tout temps liée à la poésie : l'espérance de pouvoir être un jour écrivain et poète. La poésie restera pour lui un idéal absolu, atteint seulement en renonçant à être poète tout le temps dans laRecherche,qui parvient à faire la synthèse de l'essai, de la poésie et du roman, dans une grande forme où ces genres sont mêlés.
Pour Proust, la poésie n'est pas seulement un phénomène de langage ; elle est d'abord vécue ; c'est une expérience, un choc émotionnel. Il absorbe toutes les sensations comme une éponge, puis søefforce en poète de recréer dans le lecteur cette réalité vivante. Cette poésie vécue naît principalement dans le terreau de la sensibilité qui unit corps et conscience, et de løimagination, toutes deux si fortes chez Proust. Son extrême sensibilité, reconnue par ses proches, a aiguisé sa perception poétique du monde et son désir de rendre « løimpression poétique, qui est 1 tout instinctive et spontanée » . Il a toujours privilégié løinstinct et la sensibilité par rapport à l'intelligence. « Le poète, qui éprouve avec allégresse la beauté de toutes choses dès quøil løa sentie dans les lois mystérieuses quøil porte en lui est placé sur le 2 fil des lois mystérieuses døoù il sent aller de lui à toutes choses une même vie » . Ce lien profond, vital, qui unit la conscience du poète au monde et les choses entre elles, poétise le monde. Par exemple, la beauté des poiriers et des cerisiers, « gardiens des souvenirs de l'âge d'or, garants de la promesse que la réalité nøest pas ce qu'on croit, que la splendeur de la poésie, que l'éclat merveilleux de l'innocence 3 peuvent y resplendir » .
Proust unit dans la perception poétique la sensibilité, l'instinct et løimagination, au sens baudelairien, « faculté quasi divine qui perçoit [õ] les 4 rapports intimes et secrets des choses, les correspondances et les analogies » . Pour lui le romanesque touche au poétique quand le réel (intrigue, personnages) se pare des prestiges de løimaginaire. Løimagination est valorisée par Proust, parce quøelle permet de recréer løillusion de la première impression, seule authentique, avec « ces 5 illusions døoptique dont notre vision première est faite » ; elle permet de retrouver
1 E.A., « Au temps deJ.S.», p.89. 2 « [La Poésie ou les lois mystérieuses] »,E.A., p.114-116. 3 C.G., I, p.459. 4 Baudelaire, « Notes nouvelles sur Edgar Poe »,O.C.,p.350 ; cf. aussi : « løImagination seule contient la poésie », in « Théophile Gautier », p.463. 5 J.F.,II, p.194; p.192. 7
« les rares moments où løon voit la nature telle quøelle est, poétiquement ». Comme Madame de Sévigné et Dostoïevski, en artiste véritable, le peintre nous présente les choses dans løordre de nos perceptions, au lieu de les expliquer døabord par leur cause. Ces illusions, ce mensonge sont porteurs døune authenticité supérieure, recréatrice de løenchantement, de løémerveillement primitifs, enfantins. Cøest aussi løécriture qui est poétique dans laRecherche, avec les formes et les ressources de la prose poétique, considérée non comme un genre poétique, mais comme un type døécriture. La prose poétique, forme intermédiaire entre vers et prose, recherche des équivalents du vers par des effets rythmiques et phoniques, par la répétition de constructions, de structures, de mots, par une syntaxe particulière, par des tropes et un lexique propres à la poésie, par des thèmes lyriques, et touche parfois à la poésie musicale, rappelant løorigine orale et chantée de la poésie. Ma recherche søorganise autour de trois axes principaux, løobjet poétique, le sujet poétique et le langage poétique. Døabord la poésie du monde chantée par le narrateur de laRecherchedans une expérience poétique vécue : la beauté de la nature envahit le roman jusquøà provoquer parfois des extases poétiques ; nature et espaces sont traités comme un spectacle poétique, grâce à une contemplation active. Une des formes de ce spectacle privilégiée par Proust évoque le paysage en mouvement. Il est aussi particulièrement sensible à une poésie atmosphérique où les climats, les saisons, le soleil, le ciel, la pluie, le brouillard, la neige créent un séduisant chatoiement ; le lien puissant et original qui unit le personnage au paysage donne une couleur poétique. La faune et la flore, les eaux, douces ou marines, connaissent aussi un traitement poétique. Dans cette poésie objective døautres éléments sont poétiquement transfigurés par le traitement impressionniste ou baroque appliqué par Proust : la lumière, le reflet, les couleurs, løarabesque. Le regard proustien métamorphose aussi le réel par le filtre de la lanterne magique et døautres instruments optiques déformants, et par différents traits de poésie picturale. Døautre part, la magie, la féerie et la religion poétisent souvent le réel : la mythologie antique, mais aussi løOrient desMille et une Nuitsqui suscite des lieux et une perception magiques incarnés dans des instruments magiques, les nombreuses métamorphoses, le motif de løamour sorcier et les sortilèges de løart. Le registre poétique religieux fait aussi appel à løAncien Testament et au Nouveau, avec ses légendes, ses arts chrétiens, sa poésie médiévale, ses villes italiennes imprégnées de cette culture, et même la doctrine chrétienne.
Dans un deuxième temps jøenvisage le sujet, dans un chant du corps et de løâme. Løêtre humain suscite une poésie du vertige, intérieur ou chez løautre. Le corps est la source majeure døune poésie sensuelle, à laquelle tous les sens participent jusquøà la synesthésie, et qui valorise la poésie de la vie humble. Le sommeil et løinconscient apportent aussi une dimension poétique supplémentaire, dans le spectacle døAlbertine endormie, løévocation du corps dans le sommeil, et de la conscience confuse y plongeant. Le monde extérieur des humains recèle aussi sa poésie, même illusoire : poésie aristocratique, onomastique, du snobisme, de la multiplicité baroque de løautre et du moi.
8
Døautres catégories affectives et psychiques contribuent à poétiser la Recherche :løamour, fouaillé dans toutes ses composantes, le désir, le plaisir, la jalousie, le deuil et løoubli ; la mémoire et le temps : une mémoire fragile du corps et de quelques souvenirs ; mais aussi la poésie liée à løenfance et à la mère, idéalisées ; celle-ci, possédée de manière fantasmatique, est source døune impossible séparation, puis døun chagrin mortel et enfin døune expiation. La mémoire vive des réminiscences marque un apogée poétique, mais aussi les temps retrouvés dans une poésie plus baroque, marquée par løoubli, la destruction et le flux. Enfin, la perception proprement poétique du monde crée la poésie épiphanique du roman, dans les poèmes en prose, les impressions obscures, les présages, les réminiscences et la foi dans la connaissance poétique ; cøest le cas par excellence où la poésie est langage de løindicible, seul instrument capable de le rendre présent et vivant. La dernière partie examine le langage poétique qui transfigure le monde et le sujet. La figure poétique majeure de løimage domine le roman, animé døun véritable « démon de løanalogie » ; nous envisageons lø« image-anneau » proustienne, ses liens avec le symbolisme, sa qualité éminemment sensible, puis ses sources et enfin les jeux des images. Jøexamine ensuite døautres figures de løécriture poétique : les mots, les figures du « comme si », celles de la rupture et de løamplification. Une tonalité poétique majeure colore le roman, løunité, vertu cardinale pour Proust, qui søarticule autour de la continuité verbale et de la vision, autour du vernis et du reflet qui transfigurent les choses et les êtres, autour du tissu poétique qui rassemble les morceaux épars ; jøexamine aussi les qualités poétiques de la syntaxe et de la composition proustiennes. Enfin, dernier aspect majeur caractérisant cette écriture poétique dans le roman, la musicalité de la prose proustienne qui la rapproche plus nettement de la prose poétique. Après avoir examiné la signification et la présence de la musique, puis rappelé les synesthésies musicales, jøétudie løimportant chant lyrique dans laRecherche,puis les composants de la « petite musique » proustienne : les sons, les rythmes, la composition musicale, et une autre figure-reine, la répétition qui « musicalise » la phrase avec les leitmotive. En définitive, løécriture poétique dans le roman proustien, loin døêtre un ornement esthétique gratuit ou une recherche formelle superflue, est le moyen døexpression indispensable pour traduire dans une forme belle la vision du monde, de løêtre et de løart de Proust.