La première lumière

La première lumière

-

Français
276 pages

Description

Je m’appelle Brynja.
J’étais morte. Blessée et affaiblie, j’ai failli à la protection d’Adélaïde. Incapables de survivre, nous avions accepté les abysses. Mais pourtant, la lumière est revenue. J’ai survécu et je me suis réveillée dans un nouveau cauchemar. Je dois retrouver Adélaïde.
Elle est devenue ma seule raison de vivre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 décembre 2013
Nombre de lectures 16
EAN13 9782897334116
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
pierre-olivier lavoie
Copyright © 2013 Pierre-Olivier Lavoie Copyright © 2013 Éditions AdA Inc. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Éditeur : François Doucet Direction littéraire : Carine Paradis Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Katherine Lacombe Conception de la couverture : Matthieu Fortin Photo de la couverture : © Thinkstock Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89733-409-3 ISBN PDF numérique 978-2-89733-410-9 ISBN ePub 978-2-89733-411-6 Première impression : 2013 Dépôt légal : 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada
Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion  Z.I. des Bogues  31750 Escalquens — France  Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide înancière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC)pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Lavoie, Pierre-Olivier, 1986-
 Brynja  Sommaire : t. 1. L’aube de l’infection -- t. 2. La première lumière.  ISBN 978-2-89733-406-2 (vol. 1)  ISBN 978-2-89633-409-3 (vol. 2)  I. Lavoie, Pierre-Olivier, 1986- . Aube de l’infection. II. Lavoie, Pierre-Olivier, 1986- . Première lumière. III. Titre.IV. Titre : L’aube de l’infection. V. Titre : La première lumière.
PS8623.A865B79 2013 C843’.6 PS9623.A865B79 2013
C2013-941922-5
Chapitre 1 REsPIrE
’IncOnfORt. C’étàIt Là désàgRéàbLE sEnsàtIOn quI s’étàIt L InfILtRéE â tRàVERs LE néànt dE sOn IncOnscIEncE,sERPEntànt Et EnVEnImànt LEs zOnEs dE sOn cERVEàu. QuELquE chOsE L’IRRItàIt dE PLus En PLus, fORçànt sOn EsPRIt â REPREndRE LE dEssus, jusqu’â cE quE Là jEunE fEmmE sEntE cOmbIEn sEs PàuPIèREs REfusàIEnt désà-gRéàbLEmEnt dE s’OuVRIR. aVEc dEs gEstEs mécànIquEsEt ImPRécIs, BRynjà PORtà sà màIn dROItE â sOn VIsàgE Et fROttà sEs yEux dE sEs dOIgts màLàdROIts. UnE LumIèRE vive s’inIltra alors sous ses cils, brûlant sa rétine. 1 Andskotinn, LAchà-t-ELLE dàns sà LànguE nàtàLE d’unE VOIx IRRItéE Et PAtEusE. rEmàRquànt qu’ELLE étàIt étEnduE, BRynjà sE REdREssà difIcilement en position assise en s’aidant de ses bras ànkyLOsés. CE sImPLE mOuVEmEnt LuI RàPPELà unE VILàInE dOuLEuR â L’àbdOmEn, quI tRàVERsà sOn VEntRE Et LE bàs dE son dos dans un éclair de douleur. Ouvrant Inalement LEs yEux, Là jEunE fEmmE fut ébLOuIE PàR dEs RàyOns dE lumière qui lui balayèrent le visage — ils Iltraient
1. Merde.
La pRemièRe LumièRe
dEPuIs unE sORtE dE stORE VénItIEn EntROuVERt —, cE quI L’ObLIgEà â PROtégER sOn REgàRd dE sà màIn Et â sE détOuRnER En gROgnànt àVEc IRRItàtIOn. SE POsItIOnnànt dE sORtE â cE quE sOn VIsàgE REstE En dEhORs dE Là LumIèRE cRuE, Là jEunE fEmmE ObsERVà LEs EnVIROns. eLLE àPPRIt àLORs qu’ELLE sE tROuVàIt dàns unE PIècE PLOngéE dàns Là PénOmbRE, suR un VIEux LIt humIdE Et défOncé, sEs jàmbEs REcOuVERtEs PàR dEs cOuVERtuREs mItéEs. lORsqu’unE OdEuR dE REnfERmé àssEz désàgRéàbLE PàRVInt â sEs nàRInEs, BRynjà REPOussà LEs cOuVERtuREs Et bàLànçà màLàdROItEmEnt sEs jàmbEs àu sOL. eLLE Eut Là suRPRIsE dE cOnstàtER quE sEs jàmbEs étàIEnt nuEs Et qu’ELLE étàIt En sOus-VêtEmEnts. on LuI àVàIt REtIRé sEs PàntàLOns. aPRès unE étudE àttEntIVE dEs LIEux, BRynjà cOmPRIt qu’ELLE nE sE tROuVàIt Pàs VRàImEnt dàns unE PIècE, màIs PLutôt dàns cE quI REssEmbLàIt â unE sORtE dE càbànOn. lE PLàfOnd étàIt àssEz bàs, sOu-tenu par de nombreuses poutres, et un long Ilet rete-nànt du màtéRIEL quELcOnquE, cOmmE dEs sàcs dE PLàstIquEs Et dEs VàLIsEs, y étàIt àccROché. C’étàIt L’En-dROIt IdéàL POuR décLEnchER unE cRIsE chEz unE PERsOnnE sOuffRànt dE cLàustROPhObIE. puIsquE BRynjà étàIt tROP cOncEntRéE â cOmPREndRE cE quI sE PàssàIt, ELLE n’En fut Pàs ImmédIàtEmEnt cOnscIEntE. SuR unE tàbLE dE chEVEt â côté du LIt sE tROuVàIEntdE nOmbREux fLàcOns dE médIcàmEnts décàPsuLés. intRIguéE — Et PàR PEuR d’àVOIR été dROguéE —, BRynjà les récupéra d’une main tremblante. Ces acons, presque tOus VIdEs, cOntEnàIEnt dEs àntIdOuLEuRs, dEs LàxàtIfs Et unE médIcàtIOn àssEz fORtE cOntRE LEs RhumàtIsmEs Et LEs màux dE VEntRE. iL étàIt dOnc tRès PEu PRObàbLE qu’On
2
RespiRe
L’àIt dROguéE àVEc çà. CEPEndànt, ELLE REPéRà unE sERInguE VIdE, détàIL quI L’àLàRmà gRàndEmEnt. eLLE Là RécuPéRà d’un gEstE VIf àVànt dE Là PORtER â sEs yEux. eLLE y Lutpénicilline. C’étàIt un PuIssànt àntIbàctéRIEn cOntRE LEs InfEctIOns. l’àVàIt-On sOIgnéE ? BàIssànt sOn REgàRd suR sà POItRInE, Là jEunE fEmmE VIt qu’ELLE PORtàIt unE càmIsOLE un PEu tROP gRàndE, quI n’étàIt Pàs Là sIEnnE. en Là RELEVànt, BRynjà VIt qu’On àVàIt bàndé sEs bLEssuREs àbdOmInàLEs dE LànIèREs dE tIssu. aucunE tàchE dE sàng n’étàIt VIsIbLE, cE quI IndIquàIt qu’On àVàIt PRObàbLEmEnt chàngé sEs PànsEmEnts RécEmmEnt. eLLE REPéRà àLORs unE chàIsE dàns un cOIn, suR LàquELLE sEs PàntàLOns étàIEnt PLIés. SuR LE dOssIER sE tROuVàIt sOn màntEàu Et sOus Là chàIsE, sà PàIRE dE bOttEs En cuIR. La jeune femme se leva Inalement pour s’habiller En REtEnànt sOn àbdOmEn, dOuLOuREux cOmmE sI ELLE àVàIt été PERcutéE PàR un càmIOn. SEs mOuVEmEnts ànkyLOsés Et ImPRécIs REndIREnt cEttE sImPLE àctIOn àssEz cOmPLIquéE Et dOuLOuREusE, fORçànt BRynjà â sE RàssEOIR POuR àttàchER sOn jEàns. UnE fOIs sEs PàntàLOns enIlés, elle passa son manteau sur ses épaules et pro-cédà â LàcER sEs bOttEs. ÉVIdEmmEnt, àttàchER LEs LàcEts en étant penché la It grimacer de douleur. MàIs quE POuVàIt-IL bIEn s’êtRE Pàssé ? QuE fàIsàIt-ELLE Lâ ? FROnçànt LEs sOuRcILs dàns un EffORt dE cOncEn-tRàtIOn, Là jEunE fEmmE tEntà dE sE REmémORER cE qu’ELLE POuVàIt, tOut En bàLàyànt Là PIècE dE sOn REgàRd àbsEnt. C’Est àLORs quE tOut LuI REVInt En têtE. là fuItE dE MOntRéàL â bORd dE Là càmIOnnEttE àVEc adéLàïdE, DàRREn WOOds Et SéVERInE. CELLE-cI àVàIt
3
La pRemièRe LumièRe
tROuVé Là mORt àVànt qu’ILs nE POuRsuIVEnt LEuR ROutE â PIEd suR LE POnt JàcquEs-CàRtIER. incàPàbLE dE POuR-suIVRE sà ROutE, BRynjà s’étàIt àLORs EmbàRRéE dàns unE VOItuRE Et àVàIt tEnté dE dIVERtIR unE gàRgOuILLE quI s’étàIt PERchéE suR Là stRuctuRE du POnt. adéLàïdE L’àVàIt EnsuItE REjOIntE, àVànt quE tOutEs dEux sE REtROuVEntLIttéRàLEmEnt cOIncéEs dàns LE VéhIcuLE cOmPREsséPàR LEs àssàuts IncEssànts dE Là cRéàtuRE. puIs, Là chutE vers le euve noir et glacé. — adéLàïdE…, muRmuRà Là jEunE fEmmE En PREnànt cOnscIEncE dEs éVénEmEnts. lE cœuR dE BRynjà sE cRIsPà dOuLOuREusEmEnt — cOmmE sI ELLE VEnàIt dE ROuVRIR VIVEmEnt unE bLEssuRE EndORmIE — àVànt dE sE mEttRE â bàttRE Là chàmàdE. pEut-êtRE étàIt-cE àussI En RàIsOn dE Là cLàustROPhObIE quI REPREnàIt dOucEmEnt sOn RôLE, màIs Là jEunE fEmmE, PRIsE d’unE nàuséE, fut POusséE PàR un bEsOIn ImmédIàt dE sORtIR dE cEt EndROIt. TOut sOn êtRE LuI cRIàIt dE fOutRE LE càmP. affOLéE, BRynjà bOndIt hORs du LIt Et sE dIRIgEà VERs Là porte, dont le cadre laissait Iltrer une vive lumière, s’ai-dànt Et s’àPPuyànt màLàdROItEmEnt suR LE mObILIER Et LEs muRs du càbànOn. BOuscuLànt dE sOn éPàuLE Là PORtE quI REfusà dE s’OuVRIR, Là jEunE fEmmE nERVEusE s’àttàRdà àLORs â Là POIgnéE, qu’ELLE sEcOuà VIOLEmmEnt dàns tOus les sens avant qu’elle ne Inisse par tourner. là PORtE s’OuVRIt â gRàndE VOLéE Et BRynjà sE Ruà â L’ExtéRIEuR du càbànOn, fRànchIssànt â PEInE quELquEs pas avant de échir sous une douleur abdominale para-LysàntE. lAchànt un cRI dE dOuLEuR, BRynjà s’ImmObILIsà àVànt dE sE LàIssER tOmbER suR sEs gEnOux, sE REtEnànt d’unE màIn àu sOL, L’àutRE PREssànt suR sOn VEntRE. lEs
4