//img.uscri.be/pth/db788df0780786ce13e3ea3dda4f9bc08e34490d

Laissées-pour-compte

-

Livres
235 pages

Description

Ce nouveau roman de Robert Bober qui se déroule entre 1949 et 1964 commence dans un atelier de couture que nous connaissons bien, celui de Monsieur Albert (Quoi de neuf sur la guerre?). Il nous raconte l'histoire de trois vestes que les clients vont inexplicablement bouder parmi la collection d'été. Des «laissées-pour-compte» qui vont d'abord se languir dans l'atelier mais, à cette occasion, découvrir aussi qu'elles sont douées de pensée et, entre elles, de parole. Alors, elles vont, tout en s'interrogeant sur les raisons qui les ont mises dans cette situation, observer et commenter ce qui se passe sous leurs yeux : occasion d'approfondir cette vie d'atelier déjà abordée dans Quoi de neuf sur la guerre? et les personnages qui le peuplent. Puis, malgré tout, chacune partira vers son destin, le théâtre pour l'une (elle aura même l'honneur de vêtir Danielle Darrieux!), la vie d'étudiante pour la deuxième, quant à la troisième, son histoire ne nous sera révélée que dans les dernières pages du livres. Ce dispositif narratif permet à Robert Bober non seulement d'évoquer avec le talent qu'on lui connaît le Paris d'autrefois, les métiers, les hommes et les femmes, mais aussi de parler de l'exclusion, de la pensée, du langage. il lui permet des détours et des développements sur la mémoire et sur l'histoire, sur le théâtre. Il charge son livre d'une humanité pleine de chaleur et de fraternité.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 08 mars 2011
Nombre de lectures 21
EAN13 9782818005200
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Laisséespourcompte
DU MÊME AUTEUR
QUOI DE NEUF SUR LA GUERRE?, 1993 (Livre Inter 1994)
RÉCITS D’ELLISISLANDavec Georges Perec, 1994
BERG ETBECK, 1999
Robert Bober
Laisséespourcompte
Roman
P.O.L e 33, rue SaintAndrédesArts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2005 ISBN : 2846820880 www.polediteur.fr
Pour André SchwarzBart
PREMIÈRE PARTIE
« Le monde était changé, nous avions une histoire. »
Raymond Queneau