//img.uscri.be/pth/b67a4e56c1be9aad417c5e5a699a29f23ccb7862
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le caméléon bavard

De
136 pages
Pourquoi le vent ? Pourquoi le feu ? D'où viennent la mer et les poissons qui l'habitent ? Tant de phénomènes naturels déploient devant nous leur mystère. Ce recueil de contes voudrait enseigner aux enfants les beautés et la grandeur de la nature qui nous environne, exhorter les adultes à ne pas la détruire inconsidérément. Il est illustré de photos d'œuvres d'artistes africains.
Voir plus Voir moins

LE CAMÉLÉON BA VARD
Contes et légendes du Sénégal et du Bénin

Collection «La Légende des Mondes»
dernières parutions:

Popova : Mythes et légendes de Sibérie, 1992. - Pierre Jérosme : Histoires de Sologne et du Val de Loire, 1992. - Jeanne Benguigui : Contes de Sidi Bel Abbès, 1993. - Pierrette Jonlni-Amiel (Traduits et commentés par): Proverbes tunisiens, 1993. - Boubacar Diallo : Le Totem (recueil de contes du Burkina Faso), 1993. - Lucia Popova : L'Aurore boréale. Récits et poèmes d'écrivains sibériens contemporains, 1993. - Dominique Aguessy : Les chemins de la sagesse. Contes et légendes du Sénégal et du Bénin, 1993. - Daniel Boursier: "Depuis ce jour-là..." Contes des Pygmées Baka du Sud-Est Cameroun (contes bilingues français-baka), 1994. - J\tfamadou Cissé : Contes wolof modernes (bilingues wolof-français), 1994. - Jean-Claude Renoux : Le mulct Maladrech et autres contes provençaux, 1994. - Dominique Aguessy : Le caméléon bavard. Contes et légendes du Sénégal et du Bénin, 1994.

- Lucia

@ L'Harmattan, 1994 ISBN: 2-7384-3()52-X

Dominique AGUESSY

LE CAMÉLÉON

BAVARD
Contes et légendes du Sénégal et du Bénin

Éditions L'Harmattan
5 - 7, rue de l'École Polytechnique

75()()5 Paris

Les photos qui illustrent cet ouvrage sont de Pierre Van
der Vaerel1.

À tous les en.fants de par le monde
Qui ont !Jer(lu leur 111ère A cause (les guerres Auxquels il /11onque une voix (louee

Pour lellr confer le soir sous la lune rousse
Les /11erve i Il es (lu 111()n(le

Contes et Légenâes du Séniga{ et du 'Bénin

9

Le soleil engendra les poissons qui engendrèrent le vent
- Conte pour qui? lança le conteur. - Conte pour tous, répondirent en chœur les auditeurs. - Qui l'a raconté? - Le caméléon.

Le conteur se frotta le crâne comlne pour réchauffer sa mémoire, toussa deux ou trois fois pour s'éclaircir la voix, puis entama son récit. II est vrai, dit-il, que sur l'origine des mots et des choses personne n'en sait autant que le caméléon. Lui seul fut capable, dans les tell1pSles plus reculés, de parcourir terre et ciel. Je vais donc vous livrer ce dont il m'a fait part. Autrefois, il Y a très longtemps, l'Homme ne connaissait pas le feu. Il ignorait de même ce qu'était le vent, car il ne l'avait jamais entendu souftler. Le firmament n'était pas très haut au-dessus de nos têtes. Nous pouvions le toucher de la main en nous haussant sur la pointe des pieds. Les royaull1es du Soleil et de la Lune s'étendaient à perte de vue. Ces deux génies y vivaient en bonne harmonie. Chacun prenait soin de ses nombreux enfants et faisait bénéficier les êtres humains de ses largesses. Le Soleil envoyait ses rayons sur la terre pour la réchauffer sans la brûler. Grâce à lui, ses habitants pouvaient faire chauffer de l'eau et cuire leurs aliments. Cependant, les enfants de la Lune enviaient la progéniture du Soleil et, ne fût-ce l'interdiction de leur 111ère, se seraient empressés d'aller jouer avec eux. ils Un jour, n'y tenant plus, trois des enfants de la Lune, désohéissant à leur mère, s'approchèrent trop près du

10

Le Cami[éon 6avard

Soleil. Ils furent brûlés, carbonisés et ne revinrent plus. Mère ~tIne se douta bien vite de cc qui était arrivé. Elle prépara sa vengeance...
Un heau soir de pleine Lune, elle s'empara de l'un des enfants du Soleil et le plongea dans la mer. Comme il était brûlant, le froid de l'eau lui fit dégager une abondante vapeur, éInettre un souftle puissant. En même temps, celui-ci se répandit aux alentours comme une brume persistante. Mère Lune pensant que la punition était suffisante voulut retirer l'enfant du Soleil de l'eau.

À sa grande surprise, elle vit qu'il se transfolmait. Ses yeux se ferInèrent, sa bouche s'aplatit et s'ouvrit. Le premier poisson, Huêvi, qui signifie enfant du Soleil,
venai t d'apparaître.

Satisfaite de cet exploit, Mère Lune voulut le reproduire une seconde fois. Elle réussit à persuader le Soleil de faire prendre un bain à ses enfants à lui, disant qu'elle ferait de même pour les siens. Mais dès que les fils du Soleil entrèrent dans la mer, obéissant à un signal discret de la Lune, la tempête se leva. Les vagues chevauchèrent des montures fougueuses. Elles se couvrirent d'éculne hlanche, se bousculant les unes les autres COI11111C jaillir hors de l'océan. Elles se pour dressèrent de plus en plus haut jusqu'à recouvrir tout ce
qUI respIre.

Les enfants du Soleil n'échappèrent pas à la plongée générale. L'eau éteignit le feu qui constituait leur corps. Les enfants du Soleil se sentirent heureux et se mirent à s'agiter ~n tous sens. Ils ne voulurent plus jamais sortir de l'eau. A leur tour ils étaient devenus poissons, Huêvi. Quand ils s'aperçurent que cette nouvelle manière d'être était irréversible, ils poussèrent tous ensemble un soupir, d'étonnement et de soulagement. Le souffle qui s'échappa au même moment de leurs bouches allongées, fut assez puissant pour parcourir toute la terre. Puis celui-ci s'installa COl11me n phénomène permanent, ne cessant de u tourhillonner autour d'elle. Ce fut là l'origine du vent. Depuis lors, par jour de grand vent, les pêcheurs sortent leurs filets. Ils espèrent une pêche fructueuse car le

Conte$ et Légende$ du Sénéga{ et âu 'Bénin

Il

vent et les poissons sont toujours de connivence. Ils n'ont pas oublié dans quelles circonstances ils sont apparus pour la première fois en ce monde.
Dans ce récit, la dualité symbo1ique fondameptale, représentée par la Lune et le Soleil, est à l'œuvre. A eux deux, ils contrôlent l'univers tout entier. Leur entente comme leurs querelles sont déterminantes pour les êtres vivants.

Conti$ et Légerufi$ du Sénégal et du Œénin

13

Jeu de cache-cache
Dans leurs royaumes respectifs, la Lune et le Soleil vivaient comme des génies majestueux entourés de leur nombreuse progéniture. Mais après la malencontreuse initiative de la Lune, qui transforma en poissons les enfants du Soleil, le climat se gâta détinitivement là-haut et bien entendu la Terre en subit les conséquences. Depuis lors, le Soleil ne se contente plus de réchauffer la Terre. Il la brOIe, la calcine pour assouvir sa colère. La Lune et le Soleil sont désormais des ennemis iITéconciliables, ne cessant de se poursuivre l'un l'autre. Le Soleil court constamment après la Lune tandis que celle-ci essaie de lui échapper. Voilà pourquoi ils ne peuvent apparaître dans le ciel que l'un après l'autre. Mais si d'aventure l'un d'eux se laisse rattraper, le vainqueur s'abat sur lui et l'éclipse. Ainsi l'éclipse de Lune. Ainsi l'éclipse de Soleil. Ce récit est une suite logique de celui racontant l'oligine du vent et des poisson&