//img.uscri.be/pth/74578b6c93e66d5e5e23b234dc8e4ec98619a894
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Le Classique et le Romantique

De
46 pages

Le classique, traversant le jardin du Luxembourg, aperçoit au détour d’une allée un individu qui tantôt marche à pas précipités, tantôt s’arrête, regarde le ciel, gesticule et pousse de profonds soupirs ; plein d’ètonnement, il s’approche, regarde et s’écrie :

LE CLASSIQUE.

Eh, c’est vous, cher Nicaud !

LE ROMANTIQUE.

Ce nom n’est plus le mien ;

Il était fort vulgaire, et ne rimait à rien ;
J’avais besoin d’un nom vaporeux et sonore ;
On m’appelle à présent Monsieur de Silphiclore,

LE CLASSIQUE.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Pierre-Marie-François Baour-Lormian

Le Classique et le Romantique

DIALOGUE

Le classique, traversant le jardin du Luxembourg, aperçoit au détour d’une allée un individu qui tantôt marche à pas précipités, tantôt s’arrête, regarde le ciel, gesticule et pousse de profonds soupirs ; plein d’ètonnement, il s’approche, regarde et s’écrie :

 

LE CLASSIQUE.

 

Eh, c’est vous, cher Nicaud !

 

LE ROMANTIQUE.

 

Ce nom n’est plus le mien ;

Il était fort vulgaire, et ne rimait à rien ;
J’avais besoin d’un nom vaporeux et sonore ;
On m’appelle à présent Monsieur de Silphiclore,

 

LE CLASSIQUE.

 

Depuis cinq ans au moins que je ne vous ai vu,
Qu’avez-vous fait ?

 

LE ROMANTIQUE.

 

Des vers.

 

LE CLASSIQUE.

 

Ce talent imprévu

 

LE ROMANTIQUE.

 

Vous étonne ?

 

LE CLASSIQUE.

 

Il est vrai ; nos milliers d’ordonnances,

 

Et nos indemnités et nos plans de finances,
Vous laissent-ils l’espoir de trouver des lecteurs ?
Ah ! le trois et le cinq sont de rudes jouteurs ;
Ne vous y fiez pas.

 

LE ROMANTIQUE, gravement.

 

Ce sentier solitaire,