Le Prix de la sérénité

-

Livres
130 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Douce avec les fleurs, impitoyable avec les hommes, Raphaëlle manipule les deux à sa guise. Mélomane, la jeune fleuriste vit avec passion… et perversité. Chercher sa proie, jouer avec, l’humilier. Les années se suivent, les conquêtes se multiplient, sa vengeance est une machine de guerre qui ne s’arrête jamais. Mais pourquoi en veut-elle tant à ses amants? S’abandonnera-t-elle un jour à l’amour vrai? Alliant la délicatesse de l’opéra et la détermination d’un char de combat, "Le Prix de la sérénité" est une plongée effrayante dans les méandres de la psyché traumatisée et machiavélique d’une anti-héroïne singulière, à la fois fragile et sans pitié, victime et bourreau, prisonnière d’un passé qui n’a de cesse de la hanter. Imprévisible et déstabilisant.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 9
EAN13 9782748353730
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,006 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le Prix de la sérénité
Jean-Louis Détroyat Le Prix de la sérénité
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0114902.000.R.P.2010.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2010
Christian — Non, Christian, non… Tu sais ce que tu représentes pour moi. Épargne-moi ça, s’il te plaît… — Comme je te l’ai dit récemment, j’étouffe à tes cô-tés ! Je t’avais priée de me laisser souffler un peu, d’être moins possessive, mais je constate que tu n’as rien modifié à ton comportement… — Je ne peux me passer de toi et ceci explique cela… Je vais prendre sur moi et devenir moins collante, je te le promets. Donne-moi une autre chance ! — Non, Raphaëlle, restons-en là. Poursuivre notre his-toire nous détruirait. Et souviens-toi de l’incident Tommy. Inébranlable, l’homme prend congé de la jeune femme dans l’arrière-boutique de fleuriste de celle-ci, la laissant crucifiée. Comment va-t-elle pouvoir oublier son contact chavirant, son entrain, sa douceur ? Le baiser, même chaste, même « d’adieu » qu’il lui a appliqué avant de s’éloigner, sa mémoire lui en restituera toujours, doulou-reusement, la saveur ! Raphaëlle pouvait-elle imaginer, fût-ce dans le plus sombre scénario, que le jeune quadragénaire pris en ses filets quatre mois plus tôt, rejetterait désormais l’adoration, ou ce qui s’en approche, qu’elle lui voue, sur-tout depuis ces dernières semaines ? Le destin vient de la rendre folle de lui… Leur parcours a été contraire, l’attachement de l’homme s’affadissant, alors que celui de
9
sa partenaire, aux sentiments rapidement exacerbés, a ex-plosé… * * *
En ces premiers jours de septembre, l’année précé-dente, la Côte Fleurie était nimbée d’un soleil ardent. Les vacanciers du récent plein été pouvaient déplorer, amers, les journées plutôt grises qu’ils avaient dû meubler autre-ment qu’en rougissant sur le sable ! Raphaëlle avait quitté sa Sarthe et appréciait la belle station de Cabourg, ceci pour plusieurs jours. Plongée dans un roman à l’intrigue haletante, elle venait de remar-quer qu’un homme assez avantageux s’était allongé sur sa serviette, en short, à quelques mètres d’elle. Elle le détail-lait maintenant… Comment l’aborder avec esprit ? Elle hasardait, quelques minutes plus tard : — Je m’évade un peu de l’ambiance sinistre de mon li-vre pour m’immerger dans cette luminosité… C’est inespéré ! — Oui, je n’y comptais pas tellement… Ce n’était pas l’ensoleillement permanent, chez moi, dans l’Orne, ces temps-ci, loin s’en faut. — Nous sommes voisins ou presque, puisque je suis Sarthoise, du sud du département. — Moi de la région d’Argentan. J’allais piquer une tête, mais, réflexion faite, un verre me tente davantage. Ça vous dirait de m’accompagner au bar le plus proche ? — Volontiers… Ils se rhabillaient et Raphaëlle, impressionnée par la musculature du nageur manqué, imaginait tout à fait celui-ci, à présent, dans « le costume » d’un partenaire… Un de plus…
* * *
Le couple, installé à la terrasse d’une brasserie très fré-quentée, devisait avec humour, mais Raphaëlle, imbue de
10