Le temps de l’écriture
248 pages
Français

Le temps de l’écriture

-

Description

L’ouvrage se veut innovant en matière de didactique de la littérature dans la mesure où il montre la nécessité de reconsidérer la place de l’écriture par rapport à la lecture au niveau de l’enseignement du français au collège et au lycée. Ses intérêts sont donc multiples : équilibrer les rapports entre la lecture et l’écriture tout en articulant la lecture et l’écriture ; donner aux élèves le goût de la littérature grâce aux pratiques d’écriture ; et développer leurs compétences à la fois de lecteur et de scripteur. L’ouvrage est divisé en deux parties, chacune étant précédée d’une mise au point théorique du point de vue génétique, poétique et des théories de la réception. Le cœur de chacune des parties prend la forme d’un compte rendu d’expériences menées à différents niveaux de classe. Pour chacune d’elles, les objectifs sont exposés, les activités décrites : consignes d’écriture, écrits des élèves, types d’évaluation, modes de gestion de la classe (interventions de l’enseignant, travail en groupe, représentations des élèves...). Des tableaux synthétiques, tant introductifs que conclusifs, ainsi qu’une bibliographie détaillée complètent l’ensemble.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 mai 2018
Nombre de lectures 2
EAN13 9782377470556
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Le temps de l’écriture Écritures de la variation, écritures de la réception
François Le Goff et Véronique Larrivé
DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1958 Éditeur : UGA Éditions Lieu d'édition : Grenoble Année d'édition : 2018 Date de mise en ligne : 17 mai 2018 Collection : Didaskein ISBN électronique : 9782377470556
http://books.openedition.org
Édition imprimée Date de publication : 10 avril 2018 ISBN : 9782377470266 Nombre de pages : 248
Référence électronique LE GOFF, François ; LARRIVÉ, Véronique.Le temps de l’écriture : Écritures de la variation, écritures de la réception.Nouvelle édition [en ligne]. Grenoble : UGA Éditions, 2018 (généré le 26 juin 2018). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782377470556. DOI : 10.4000/books.ugaeditions.1958.
Ce document a été généré automatiquement le 26 juin 2018.
© UGA Éditions, 2018 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Lse veut innovant en m ’ouvrag e esure où ilatière de didactique de la littérature dans la m m ontre la nécessité de reconsidérer la place de l’écriture par rapport à la lecture au niveau de l’enseig nem ent du français au collèg e et au lycée. Ses intérêts sont donc m ultiples : équilibrer les rapports entre la lecture et l’écriture tout en articulant la lecture et l’écriture ; donner aux élèves le g oût de la littérature g râce aux pratiques d’écriture ; et développer leurs com pétences à la fois de lecteur et de scripteur. L’ouvrag e est divisé en deux parties, chacune étant précédée d’une m ise au point théorique du point de vue g énétique, poétique et des théories de la réception. Le cœur de chacune des parties prend la form e d’un com pte rendu d’expériences m enées à différents niveaux de classe. Pour chacune d’elles, les objectifs sont exposés, les activités décrites : consig nes d’écriture, écrits des élèves, types d’évaluation, m odes de g estion de la classe (interventions de l’enseig nant, travail en g roupe, représentations des élèves…). Des tableaux synthétiques, tant introductifs que conclusifs, ainsi qu’une bibliog raphie détaillée com plètent l’ensem ble.
FRANÇOIS LE GOFF
Maitre de conférences en lang ues et littératures françaises à l’École supérieure du professorat et d’éducation de Toulouse. Il intervient dans la form ation initiale et continue des professeurs de français. Ses problém atiques de recherche sont consacrées à l’enseig nem ent de la lecture et de l’écriture littéraires.
VÉRONIQUE LARRIVÉ
Ag rég ée de Lettres m odernes et form atrice à l’École supérieure du professorat et d’éducation à Toulouse, elle intervient dans la form ation initiale et continue des professeurs des écoles et des professeurs de français. Ses travaux de recherche portent sur les phénom ènes d’em pathie dans la lecture et leur prise en com pte dans le cadre de l’enseig nem ent de la littérature.
SOMMAIRE
Préface Anne Vibert
Introduction Une approche de l’écriture dans un projet g lobal d’enseig nement-apprentissag e La reconnaissance du sujet-scripteur et de ses compétences
Les écritures de la variation
L’écriture de la variation : ses principes François Le Goff 1. Introduction 2. Les écritures de la variation et la g énétique textuelle 3. Réécrire pour corrig er ou pourfaire autrement? 4. Éléments de méthodolog ie de l’écriture de la variation 5. Le développement du savoir-écrire 6. Les évaluations de l’écriture de la variation 7. Le rapport à l’écriture
Du récit de la métamorphose au conte : les transitions par l’écriture François Le Goff 1. L’écriture de la variation et ses parcours optionnels 2. Écrire d’abord, même imparfaitement 3. Le temps des lectures et de la construction des savoirs 4. Les réécritures de la métamorphose 5. Un passag e vers le conte merveilleux : un questionnement des formes littéraires
e Vertiges de la liste, poésie de l’inventaire en classe de 4 François Le Goff 1. La liste, un lanceur d’écriture 2. La liste, une matrice pour investir une forme littéraire 3. Les étapes du projet
e Fiction d’écriture et poésie engagée en classe de 3 François Le Goff 1. Les lieux de l’invention 2. Produire de la fiction pour aller aux œuvres 3. Poésie, bibliothèque intérieure du résistant 4. Écrire et lire la poésie de l’hommag e 5. Circulation des savoirs, variation des postures au cœur de l’expérience poétique 6. Savoirs et émotions dans l’expérience poétique Annexe
L’écriture caméléon : écrire une nouvelle page dans un roman François Le Goff 1. La lecture de l’imag e, g erme de l’écriture 2. La lecture de portraits balzaciens : une enquête stylistique 3. L’écriture-caméléon 4. L’écriture d’invention et les enjeux de la variation
Les écritures de la réception
L’écriture de la réception : ses principes François Le Goff 1. Une tradition scolaire 2. Écrire pour lire 3. Mise en contexte didactique 4. L’influence des conceptions de la lecture littéraire dans les pratiques d’écriture 5. Éléments de cadrag e pour élaborer des dispositifs d’écriture de la réception
Le théâtre des lectures François Le Goff 1. La lecture d’une nouvelle de Romain Gary 2. Une mise en jeu des lectures 3. De la trace de lecture à la production finale individuelle (PFI) 4. Faire d’une séance de lecture une expérience de l’interprétation : quelques éléments de réflexion…
Lire Supervielle ou l’écriture palimpseste François Le Goff 1. Un dispositif du lire-écrire 2. Temps 1 : l’écriture du brouillon 3. Temps 2 : le brouillon de lecture 4. Temps 3 : l’analyse comparée des deux états du poème 5. Conclusion
Le journal de lecteur Véronique Larrivé 1. Présentation du journal de lecteur 2. Objectifs du journal de lecteur 3. Le journal de lecteur en classe 4. Activités pratiquées dans le journal de lecteur 5. Investir son journal de lecteur et le faire sien 6. Remplir son journal de lecteur au quotidien 7. Conclusion
Le journal de personnage Véronique Larrivé
1. Le journal de personnag e : ses principes 2. Exemple 1 : le journal de Gilg amesh 3. Exemple 2 : le journal d’Aug ustin Meaulnes 4. Exemple 3 : le journal de Slake, Robinson du métro 5. Exemple 4 : les robinsonnades 6. Exemple 5 :Le Roi des Trois Orients
Conclusion
Bibliographie
Préface
Anne Vibert
Alors que l’écriture est l’un des dom aines m ajeurs de l’enseig nem ent du français, elle peine à y trouver sa place au m êm e titre que la lecture. Un rapport de l’Inspection g énérale sur L’Enseignement du français au collègetureen 2002, de ce que les pratiques d’écri s’alarm ait, étaient larg em ent m inoritaires par rapport aux activités de lecture dans l’org anisation des séquences. Il s’inquiétait aussi de ce que le devoi r proposé en fin de séquence fasse disparaître les écritures interm édiaires, voire les travaux d’expression écrite eux-m êm es. Les prog ram m es de 2008 avaient déjà réaffirm é la né cessité d’une « pratique rég ulière, continue et variée de l’écriture », précisé les m odalités et la prog ression de ces activités, qui portent sur tous les faits d’écriture, « ponctuels ou g lobaux, qu’il s’ag isse d’énoncés brefs – une phrase – ou de textes com plets », rappelé, en fin, que l’entraînem ent à l’écrit intervenait à tous les m om ents de la séquence et de la séance. Les prog ram m es de 2016 insistent sur la dim ension g énétique de l’écriture, sur ses usag es réflexifs et son rôle dans les acquisitions des com pétences de lecture : [L’écriture] est pratiquée en relation avec la lecture de différents g enres littéraires dans des séquences qui favorisent l’écriture créative et la conduite de projets d’écriture. Les élèves prennent l’habitude de recourir à l’écriture à toutes les étapes des apprentissag es : pour réag ir à une lecture, pour réfléchir et préparer la tâche demandée, pour reformuler ou synthétiser des résultats, pour expliquer ou justifier ce qu’ils ont réalisé . 1 La nécessaire prom otion des pratiques d’écriture es t une réponse aux constats souvent dressés par les inspecteurs pédag og iques rég ionaux : les situations d’écriture ne sont ni assez fréquentes ni assez diversifiées, les travaux aboutis sont encore privilég iés au détrim ent d’écritures de travail ou de brouillons. Com m ent expliquer cette difficulté à donner à l’écriture une place au m oins équivalente à la lecture, alors m êm e que l’org anisation des prog ram m es vise à articuler les différents dom aines de l’enseig nem ent du français ? Sans doute le centre de g ravité des prog ram m es de français reste-t-il la lecture des œuvres. Car c’est d’abord le choix des textes qui structure les prog ressions annuelles. De ce fait, la séquence d’enseig nem ent est orientée, dans la m ajorité des cas, par une problém atique de lecture qui m et en relation les textes choisis. L’écriture reste donc avant tout conçue com m e un pr olong em ent de la lecture, les textes littéraires servant « de m odèles ou de boîtes à outils », com m e le rappellent François Le Goff et Véronique Larrivé, et c’est beaucoup plus rarem e nt l’écriture qui « suscite la lecture, la provoque ». On peut évoquer aussi une form e de sclé rose de la séquence : si ce m ode d’org anisation de l’enseig nem ent a conduit à m ieux penser la m ise en relation des différents dom aines de la discipline et à m ieux pré ciser les objectifs des apprentissag es, la séquence a tendance à se fig er dans une form e uniqu e qui privilég ie les lectures analytiques, conduites selon un m odèle lui-m êm e trop souvent uniform e, et lim ite l’écriture
à une production écrite notée, g énéralem ent placée au term e de la séquence, ce qui ne perm et g uère de prendre en com pte la tem poralité propre au processus de l’écriture. L’ouvrag e proposé par François Le Goff et Véronique Larrivé, qui entend à la fois repositionner l’écriture et ses apprentissag es dans la séquence et perm ettre la reconnaissance du sujet scripteur, est donc particu lièrem ent bienvenu, à la fois pour repenser l’articulation entre lecture et écriture, pour redynam iser la séquence et pour construire les com pétences scripturales des élèves. Si l’ouvrag e propose de nom breux exem ples de situations et de pratiques d’écriture, plus fondam entalem ent il donne à la notion de processus tout son sens g râce à la notion d’écriture de la variation, qui fait l’objet de la prem ière partie de l’ouvrag e. En plaçant une prem ière production écrite au début de la séquence, dont la consig ne sera ensuite m odifiée à partir d’élém ents nouveaux (vocabulaire, syntaxe, prise en com pte de catég orie s ou de form es littéraires) apportés notam m ent par la lecture des œuvres, l’écriture de la variation perm et ainsi d’inscrire le tem ps et les étapes de l’écriture dans les apprentissag es selon un m odèle dynam ique, et de rom pre avec la pratique par les élèves de la correction et de l’am élioration supposée d’un m êm e écrit en conform ité à des consig nes. Prenant pleinem ent en com pte les apports de la g énétique textuelle, les auteurs y définissent la r éécriture com m e une succession de problèm es à résoudre et l’expérim entation par les élèves de form es nouvelles d’expression, ce qui perm et non seulem ent d’enrichir l’écriture et de renouveler l’intérêt des élèves, m ais aussi de m ieux articuler, dans un principe d’altern ance, les phases d’écriture, de lecture et de lang ue. Dès lors, la connaissance des g enres et des form es littéraires ne se conçoit plus d’abord et surtout par l’analyse des textes, m ais s’expérim ente dans l’écriture qui crée le besoin de lecture. Placés sous le sig ne de l’enquête textuelle, les textes littéraires deviennent ainsi, de m êm e que la lang ue, objets de curiosité et d’investig ation. Avec l’am énag em ent du tem ps de l’écriture, c’est un autre reg ard qui est porté sur les productions des élèves, m odifiant la form e des interventions de l’enseig nant et l’évalua tion dans son ensem ble. Plus fondam entalem ent encore, l’ensem ble de la relation des élèves à l’écriture s’en trouve m odifié puisque l’écriture de la variation, en enco urag eant « la circulation dans la lang ue, la reconnaissance de l’essai et de la dérivation, com m e l’ouverture des possibles », perm et de s’intéresser « à cette part de l’expérience subjective dans les apprentissag es en g ardant à l’esprit les enjeux de savoirs définis par les prog ram m es ». L’écriture de la variation participe de la construction identitaire du sujet-scripteur com m e l’écriture de la réception, à laquelle est consacré e la seconde partie de l’ouvrag e. Ce deuxièm e ensem ble de productions écrites, qui réunit les traces de lecture rédig ées par les élèves, contribue ég alem ent à la prise en com pte du sujet lecteur. L’écriture de la réception entend en effet interrog er le rôle de l’écrit dans la construction de la com pétence de lecteur et réévaluer son statut dans les pratiques de lecture. En cohérence avec la prem ière partie, les dispositifs d’écriture proposés articulent étroitem ent pratiques d’écriture et de lecture, et conçoivent la production écrite com m e évolutive en faisant une larg e place aux écrits de travail et à l’initiative de l’élève. Théâtre des l ectures, brouillon de lecture, journal de lecteur, journal de personnag e, autant de dispositifs didactiques et de m odalités d’écriture qui perm ettent de renouveler les interactions entre lecture et écriture, et, de m anière plus g énérale, la conception de la lecture littéraire do nt les enjeux « excèdent une dém arche interprétative uniquem ent préoccupée des effets pro duits par le texte », com m e le rappellent les auteurs. Il s’ag it en effet de solliciter la réception subjective de l’élève et de la