//img.uscri.be/pth/5c6c1f37cfbd1d0ddf8af534de8d2d7f082f88f9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le théâtre de Bussang au temps de Pierre Richard-Willm

De
286 pages
De 1911 à 1975, un acteur lia sa vie au Théâtre du Peuple de Bussang, théâtre familial bâti dans les Vosges et qui, sous l'impulsion de Maurice Pottecher, connut un essor prodigieux. Cet acteur, c'est Pierre Richard-Willm, un artiste complet au destin prodigieux. Devenu dans les années 30 une immense vedette de l'écran, il renonça complètement au 7e art pour succéder à Maurice Pottecher. Cet ouvrage met en lumière la part de l'acteur, metteur en scène, décorateur et costumier dans l'évolution de ce théâtre unique qui ouvrit la voie au TNP de Jean Vilar. L'auteur restitue cet étonnant parcours artistique.
Voir plus Voir moins
Claire Strohm
LE THÉÂTRE DE BUSSANG au temps de Pierre Richard-Willm Itinéraire d’un enfant du Théâtre du Peuple
Le théâtre de Bussang
au temps de Pierre Richard-Willm
Claire STROHM
Le théâtre de Bussang
au temps de Pierre-Richard Willm Itinéraire d’un enfant du Théâtre du Peuple
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12643-2 EAN : 9782343126432
Avertissement
 L'auteur de cet ouvrage n'a pas eu d'autre intention que de restituer ici, dans la mesure du possible et en se tenant au plus près des documents d'archives, la vie au jour le jour d'un théâtre, et l'influence qu'a eu celui-ci sur un jeune esprit qu'il a formé, et qu'en retour il a servi d'une manière que l'on pourrait qualifier d'exemplaire.
 La forme de ce texte peut surprendre. Car il s'agit d'une chronique à la fois ordonnée et, en même temps, déconstruite. La volonté de l'auteur était, par ce moyen, non seulement de mettre en relief les moments de rupture d'une histoire inévitablement marquée de soubresauts -provoqués par les événements heureux ou malheureux de l'existence - mais aussi de lier entre eux des épisodes qui a posteriori entrent en résonance les uns avec les autres. Le récit,tel qu'il se déroule pour le lecteur de ce texte, est le résultat du nécessaire travail de distanciation de l'historien après son immersion dans les archives.
 Le héros de cette histoire - Pierre Richard-Willm - agit comme le révélateur d'une aventure théâtrale collective, que certains individus plus que d'autres - et dont il fut - ont marquée de leur empreinte. Cependant, il est important de préciser que le Théâtre du Peuple, dont il est ici question, par sa conception même, a forgé ceux-là mêmes qui l'ont servi. C'est la force de ce lien qui est traduite ici, à travers les archives qui en témoignent.
7
La part commune
1959
 Le vieillard sait que là-bas, loin de Paris, le spectacle se prépare comme chaque année. Il sait qu'il existe à Bussang une tradition née près de soixante-cinq ans plus tôt, et dont il fut à l'origine. Cette tradition, perpétuée saison après saison, s'est bâtie sur une œuvre, la sienne. À quoi pense-t-il cet homme, à l'heure où les comédiens répètent sur la vieille scène où le poète fit résonner jadis ses premières tirades ? Suit-il l'événement avec attention, ou est-il déjà envahi par ce détachement qui gagne les vieillards, qu'une très longue existence a peu à peu éloignés d'eux-mêmes, reclus dans les heures du jour qui ne sont plus qu'une attente de l'inéluctable fin ?
 On le devine serein pourtant, car l’œuvre, dont il fut le promoteur, s'est accomplie par lui et même au-delà de lui, à travers une équipe de serviteurs sans cesse renouvelée. Une exceptionnelle longévité dont il fut l'artisan, qu'il a non seulement espérée, mais qu'il a, avec toute la ténacité dont il a été capable, recherchée. Car ce petit homme, en apparence modeste, a vécu pour une ambition littéraire qui s'est incarnée dans ce théâtre.
 À vingt ans, comme beaucoup de ses condisciples, il rêvait de scènes parisiennes. Comme les portes ne s'étaient pas ouvertes, son ambition s'était ajustée aux moyens qui étaient les siens, et qu'un père bienveillant avait eu l'idée
9