California sun (érotique gay)

-

Livres
35 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

California sun

Alex D.
Pulp de 150 000 caractères.
Mon meilleur copain s'appelle Jason. Vous savez, comme le type qui cherchait la Toison d'Or. Il vient de revenir des USA après avoir effectué un stage de trois mois près de San Francisco. Il repart bientôt pour rejoindre son nouvel amour, car Jason a de la chance. Comme celui de la mythologie, il l'a trouvé sa toison d'or ! C'est Kevin, un magnifique jeune californien de 21 ans, d'un blond doré intégral. Le destin a de ces coïncidences !
Retrouvez tous nos titres sur http://www.textesgais.fr/

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 janvier 2013
Nombre de lectures 165
EAN13 9782363075123
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

 

 

 

 

 

 

 

 

California sun

 

 

Suivi de Torride Brésil

 

 

Alex D.

 

 

 

 

 

 

California sun

 

 

Chapitre 1

 

 

Mon meilleur copain s'appelle Jason. Vous savez, comme le type qui cherchait la Toison d'Or. Il vient de revenir des USA après avoir effectué un stage de trois mois près de San Francisco. Il repart bientôt pour rejoindre son nouvel amour, car Jason a de la chance. Comme celui de la mythologie, il l'a trouvé sa toison d'or ! C'est Kevin, un magnifique jeune californien de 21 ans, d'un blond doré intégral. Le destin a de ces coïncidences !

Je connais Jason depuis l'enfance. Nous sommes du même quartier et nous avons fréquenté le même lycée, puis effectué les mêmes sorties dans les mêmes boîtes. À la fin de notre adolescence, nous savions déjà que la drague des nanas nous concernait peu, car nous étions l'un et l'autre, plutôt attirés par les mecs. Jason et moi avons toujours eu l'habitude de tout nous confier sans réserve. C'est pourquoi je peux à mon tour, vous raconter en détail son aventure amoureuse avec le beau Kevin.

Il faut dire que Jason a vrai un look de sportif. Âgé de vingt-deux ans, un mètre quatre-vingt, 68 kilos, mince et musclé grâce à la pratique régulière du jogging, complété de quelques séances de gym et muscu. C'est un beau mec bandant, aux cheveux brun coupés courts, un visage rasé aux traits fins et virils à la fois, un profil de statue grecque. Souvent sollicité par les deux sexes, Jason n'avait pas encore jusqu'à présent, trouvé la stabilité affective qu'il cherchait. Au cours de nos sorties ou de nos moments d'intimité, il m'a souvent dit :

— Heureusement que tu es là, Antoine ; c'est bon de pouvoir compter sur un vrai ami !

Ceci étant dit, lui et moi on a bien fini par faire l'amour, mais nous nous connaissons depuis trop longtemps et si de temps en temps nous cédons au désir, nos sentiments mutuels nous portent plutôt vers une tendre et fraternelle complicité.

Ainsi, avant son départ pour les USA, mon Jason moderne cherchait donc sa moitié d'orange, en l'occurrence un garçon sympa qui saurait vivre avec lui et partager ses attentes en matière d'amitié et d'amour. Sa quête m'apparut donc tout aussi difficile (sinon plus !) que celle du Jason de la mythologie.

Maintenant, il a atteint son but et ce soir-là, il est venu dîner chez moi. Il va rejoindre son Kevin après-demain et il tenait à me voir avant son départ.

Après un repas au top et bien arrosé, nous nous sommes installés à l'aise sur le sofa, l'un en face de l'autre et Jason à commencé son récit : Comme tu le sais, ma boite m'a envoyé en stage pour trois mois à San Francisco. Il y a là-bas un labo de recherche qui travaille sur notre projet et il fallait que je fasse un rapport détaillé sur son avancement. Le voyage de Paris à San Francisco est assez éprouvant à cause du décalage horaire, mais après une ou deux journées, on s'y fait. Ma compagnie avait bien fait les choses et je savais qu'en arrivant à l'aéroport je trouverais quelqu'un qui m'attendrait. Il ou elle devait me conduire au loueur de voiture et m'indiquer ensuite, le chemin de l'hôtel puis celui du labo. C'est ainsi qu'après 15 heures d'avion, j'arrivai l'esprit tranquille à destination et j'allai récupérer mes bagages. Je passai le contrôle d'immigration et me retrouvai assez vite dans le hall, au milieu de la foule bruyante des arrivants. Je cherchais un bras brandissant un panneau avec mon nom, système couramment utilisé lors des arrivées des personnes des sociétés ou des groupes. Après quelques instants, j'aperçus enfin près de la sortie, un jeune homme blond en chemisette blanche et jean. Il était nonchalamment appuyé contre un montant de la structure et portait des lunettes de soleil. Il scrutait attentivement les voyageurs en tenant une petite pancarte sur laquelle était inscrit◊ : Jason Duchêne ! Soupir de soulagement ! Nos regards se croisèrent un bref instant par dessus les têtes, puis il se dirigea vers moi sans hésiter. Il arborait un large sourire découvrant ses dents d'une blancheur incroyable. Il m'aborda aussitôt en me donnant une franche poignée de main.

Hello! Welcome to California! I'm Kevin!

J'étais abasourdi ! Comment pouvait-il être si sûr que j'étais Jason ? Il y avait tant d'arrivants dans cette foule. Je répondis en lui rendant son sourire :

Hello Kevin! I'm Jason (Salut Kevin, moi c'est Jason !)

Je le trouvais d'emblée très sympathique ! Il me prit par le bras et m'entraîna hors du hall. Je voulais en avoir le coeur net et lui demandais :

— Comment m'as-tu si vite repéré ?

Il sourit en me dévisageant sans complexe :

— La secrétaire de ton boss m'a dit : Tu verras arriver la coqueluche du bureau : un beau brun, blouson de cuir avec insigne, T-shirt blanc et jean serré !

Je ne pus m'empêcher de rire.

— Texto ! Affirma Kevin en riant à son tour. Décidément, cette Sylvie n'en ratait pas une. Je savais qu'elle avait le béguin pour moi, mais de là à… je regardais Kevin avec attention. Il était de même taille que moi et apparemment du même âge. Sa chemise blanche mettait en valeur sa peau hâlée et son col était largement ouvert sur sa poitrine imberbe. Il portait un jean de bonne coupe qui mettait en valeur ses rondeurs masculines aguichantes. Tandis qu'il ôtait ses lunettes sombres, je vis que j'avais devant moi un jeune mâle d'une beauté à couper le souffle ! Mon coeur se mit à battre la chamade. C'était un mélange subtil de Brad Pitt et de James Dean au mieux de leur forme. Sous des sourcils marqués, Kevin avait les yeux d'un bleu profond, presque noir et des cheveux dorés dont les larges mèches bataillaient sur son front. Son nez droit et fin et ses lèvres rouges et sensuelles s'harmonisaient avec un menton bien dessiné. Son visage rasé de près montrait l'ombre d'une pilosité discrète. Lorsqu'il souriait, ses traits reflétaient un charme juvénile irrésistible. Sa peau bronzée prouvait qu'il était un adepte des sports de plein air et sous sa chemisette on devinait une musculature prometteuse ferme et bien dessinée. Tout dans la personne de Kevin, exhalait une virilité tranquille et affirmée.

Jason interrompit son récit pour remplir son verre de scotch. Cette description passionnée en disait long sur l'impact que Kevin avait provoqué sur lui. Il but et après s'être calé à nouveau dans le sofa, poursuivit : Je restais un moment comme hypnotisé, les yeux rivés sur Kevin. Je n'entendis même pas qu'il me parlait.

Jason, You're OK? (Jason, ça va ?)

Je repris mes esprits aussitôt et répondit :

— Oui, pardon ! Tu disais ?

Jason m'observa avec curiosité, il semblait beaucoup s'amuser.

— Allez viens, on descend au parking.

Je le suivis aussitôt en poussant mon chariot à bagages. Dès lors, je ne quittai plus des yeux le charmant petit cul qui me précédait dans le dédale des voitures et qui me faisait déjà bander. Je remarquais la couture centrale du denim qui contribuait à souligner parfaitement ses rondeurs viriles. Décidément, le coté pile était aussi bandant que le côté face. Nous arrivâmes bientôt à hauteur de sa voiture. C'était un coupé cabriolet de couleur bleue, sobre et élégant. Il ouvrit le coffre et m'aida à y placer mes bagages. L'affaire terminée, il se tourna vers moi :

— Jason, on peut aller chercher ta voiture demain ? Aujourd'hui, je te conduis à l'hôtel et tu te reposes. Demain, c'est le week-end. Je viens te chercher, on va déjeuner et on visite les environs. What do you say?

La complaisance et la gentillesse de Kevin était assez inespérées et je crû rêver ! Était-il possible que j'aie le bol de plaire à ce jeune mec autant qu'il me plaisait ? À voir son air enjoué, je pensais que oui et répondis aussitôt :

— C'est OK pour moi, Kevin. Mais je ne veux pas te bloquer si tu as d'autres projets.

Kevin sourit :

— T'inquiètes ! Pour l'instant, mon projet c'est toi.

C'était dit avec franchise et spontanéité. Bien sûr je ne savais pas quels étaient les intentions ou les sentiments réels de Kevin à mon égard, mais comme je m'en aperçus plus tard, c'était un mec très intelligent et chaque mot qu'il prononçait était pesé et soupesé. Je répondis en lui serrant la main avec chaleur :

— Merci ! C'est très sympa de ta part !

— Cool, Jason. Je crois que si je venais à Paris, tu ferais pareil pour moi, non ?

Kevin n'avait pas lâché ma main et semblait, comme moi, apprécier le contact. Je lui dis :

— Ca tu peux être sûr ! J'espère bien que tu viendras !

— Alors en route. Direction l'hôtel Marriott. On y laisse tes valises et après on verra !

OK. Let's go!

Kevin s'installa au volant et nous sortîmes rapidement du parking, pour nous mêler à la circulation du boulevard.

— Ainsi, tu es la coqueluche du bureau, Jason ? me dit-il au bout d'un instant en me taquinant. J'avais envie de rire, car il avait du mal à prononcer coqueluche.

— Ouais, tu sais, il ne faut pas trop croire à ce que raconte Sylvie !

— Pourtant, elle avait l'air sincère ! insista Kevin. Il ajouta : Elle est sans doute amoureuse de toi ?

— C'est possible que je lui plaise, mais elle a son mec. Elle est mariée !

— Je peux comprendre ça, dit Kevin.

— Quoi ? Qu'elle soit mariée ?

— Mais non ! Qu'elle soit amoureuse de toi !

Je le regardais étonné. Il se mit à rire et ajouta :

You're a good-looking guy! Really! (Tu es un beau mec ! Vraiment !)

Décidément, ce Kevin n'avait pas de complexe pour exprimer ses sentiments. Je répondis du tac au tac :

— Et toi aussi ! Donc, tu as du succès avec les nanas je suppose ?

— Yes. Ok, je n'ai pas à me plaindre ! Répondit -il nonchalamment. Apparemment, Kevin connaissait bien son pouvoir de séduction sur les femmes ! Je me demandais s'il le testait aussi sur les mâles. Toutefois, je décidais de rester prudent dans mes questions et lui demandais :

— Tu en es où sur le plan relation ? Si je t'accapare ce week-end, tu risques d'avoir des problèmes avec ta copine, non ?

— Ça ne risque pas ! Me répondit-il. Jainie est avec un autre mec à présent. On est resté un an ensemble et maintenant, rideau ! C'est la vie ! Pour l'instant, je me sens bien avec mes potes. Et toi ?

— Comme toi ! Libre comme l'air. Pas d'attache, pas de problème !

Même s'il avait fréquenté des nanas auparavant, la situation sentimentale de Kevin avait le mérite d'être aussi claire que la mienne. Aussi, je n'eus pas de scrupules à tenter une drague discrète et prudente. Tandis que Kevin me commentait le parcours, je reluquais à la dérobé ses pectoraux que j'entrevoyais sous sa chemise, puis sa braguette prometteuse et ses cuisses qui tendaient son jean serré. J'avais une envie folle de le caresser et de le voir à poil. Sachant qu'un geste inconsidéré pouvait conduire à une catastrophe si mes suppositions s'avéraient fausses, je restais tranquille. Nous arrivâmes à l'hôtel sans encombre et après avoir garé la voiture, Kevin m'accompagna jusqu'à ma chambre, en compagnie du groom et des bagages. Une fois seuls, Kevin s'assit sur l'un des lits et se renversa sur le dos en étirant ses bras en arrière.

— Tu dois être crevé ! me dit-il. C'est un long voyage !

Et en effet, le décalage horaire se faisait sentir sur mon métabolisme. Toutefois, je fanfaronnais et tout en accommodant provisoirement mes bagages je répondis :

— Ouais, mais c'est pas aussi terrible que ça !

Kevin se sentait à l'aise :

— Super la chambre ! Les lits sont au top ; on doit dormir au poil là-dedans !

Il me suivit du regard avec attention, tandis que je me dirigeais vers le lavabo pour me rafraîchir.

— Au poil ou à poil ? hasardais-je.

Kevin me pardonna volontiers ce mauvais jeu de mots.

— Les deux, ça va de soi ! répondit-il en riant.

J'étais émoustillé à cette pensée et faillis lui demander s'il voulait rester pour la nuit. Quelle idée saugrenue ! Je réalisais qu'il était encore beaucoup trop tôt pour une pareille proposition ! Je ne le connaissais que depuis une heure et demie ! Je devais me méfier de mon imagination galopante et de mes plans échevelés, car je ne savais rien sur ce mec. Était-il hétéro, gay, complaisant ? Je lui étais manifestement sympa, mais bon. De là à fantasmer sur ses sentiments réels… En plus, on bossait dans la même compagnie ! Tu t'imagines la honte si je m'étais gouré ?

J'avais sorti quelques affaires de toilette et mon rasoir.

— On va casser une croûte ? proposais-je à Kevin. Je t'invite bien sûr !

L'idée lui plût tout de suite et il bondit du lit en disant :

— Ok Jason ! Je connais des coins sympas et pas trop chers. Il se passa la main dans les cheveux essayant vainement de domestiquer ses mèches rebelles. J'allais dans la salle de bain pour me raser avant de sortir à nouveau avec Kevin. J'étais penché sur le lavabo et m'aspergeais le visage, lorsque Kevin s'approcha et sortit un peigne de son jean. Il se colla un court instant contre moi et je sentis sa braguette effleurer mon cul. Il prit son temps pour se peigner, sans trop de succès d'ailleurs. Le contact de son jean, suffit à m'exciter et se sentis ma queue se redresser. Kevin était-il un sacré coquin ? Lorsque je me retournais, il me sembla que sa braguette était aussi encombrée que la mienne. Toutefois, je préférai encore mettre cette impression sur le compte de mon imagination débordante et lui dit d'un ton désinvolte :

— OK, je suis prêt !

— OK, let's go ! dit Kevin d'un ton joyeux.

L'ascenseur commença à nous descendre vers le rez-de-chaussée, en compagnie d'un couple de touristes. Je regardais Kevin devant moi, sans rien dire. Il me tournait le dos, le visage fixé sur la porte. Au deuxième étage, deux autres personnes montèrent dans la cabine avec divers bagages. Le compartiment était plein à présent et Kevin recula sur moi pour laisser de la place aux nouveaux arrivants. Malgré le tissu épais de nos jeans, je sentis la chaleur de son petit cul rebondi qui s'appuyait contre ma braguette.

Sorry! Me dit-il avec un sourire. Je me sentis bander immédiatement à ce contact fortuit. M… ! Pensais-je. 'Ce n'est pas le moment ! La pression persistait et j'avais peur qu'il ne perçoive mon émoi grandissant. Quelle histoire ! Je ne le connaissais que depuis deux heures et ce jeune mec avait déjà enflammé ma libido ; j'étais sans conteste victime d'un coup de foudre irraisonné ! Je me répétais que c'était idiot, que je ne savais absolument rien de lui et de ses inclinaisons sexuelles, etc., sans toutefois réussir à atténuer mon envie.

Pour l'instant, Kevin ne semblait pas dérangé outre mesure par cette promiscuité bite-à-cul. Ceci étant, je réfléchissais sur l'attitude objective à prendre en fonction de cette situation :

Kevin et moi, allions travailler dans le même contexte professionnel et amené à nous côtoyer fréquemment dans les jours à venir. Nous devions donc être très discrets vis-à-vis l'un de l'autre sur nos orientations sexuelles respectives surtout si elles s'écartaient de la norme établie. J'en conclus que dans le meilleur des cas...

Avertissement

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.