De toi à moi
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

De toi à moi

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Karine et Camélia sont amies depuis l’enfance. Lorsque Karine tombe amoureuse d’un Dominant, Camélia a beaucoup de mal à gérer cette situation. Pourtant, une rencontre hasardeuse, va également bouleverser son existence. Et si l’amour n’était pas réellement comme elle se l’idéalisait ?
La jeune femme aura-t-elle l’audace de se laisser aller à ses propres désirs ?


***

Extrait :


"Elle prit place près de moi et souffla longuement.
— Ce que je vis avec lui, dépasse tout ce que j’ai vécu jusqu’à ce jour.
— Tu es amoureuse, m’exclamai-je avec enthousiasme.
— Non. Oui. Peut-être.
Cela est assez vague comme réponse.
— Camélia. Promets-moi que tu ne me jugeras pas et que mes confidences ne changeront en rien notre amitié ni ton regard sur moi.
— Tu me fais peur Karine. Que se passe-t-il ? Cet Elliot met-il sur toi une pression quelconque ?
— Non. C’est juste qu’il conçoit les rapports différemment.
— Violent ?
— Pas du tout.
— Possessif ? Marié ?
— Dominant !"

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 66
EAN13 9791034805785
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

De toi à moi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Lola T.
 
 
 
 
De toi à moi
 
 
 
 
Couverture : Néro
 
 
 
  Publié dans la Collection Indécente,
 Dirigée par  Eva Adams
 
 
 

 
 
 
 
© Evidence Editions 2018

 
 
 
 
Avertissement
 
 
 
 
Réservé à un public majeur et averti
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chapitre 1
 
 
 
 
Je me regardais dans le miroir tout en me demandant pourquoi j’avais cédé aux supplications de Karine. Cela faisait maintenant un mois qu’elle me tannait, pour m’entraîner avec elle dans ce lieu qui me répugnait. Karine et moi étions amies depuis l’enfance. C’était ma vieille copine, comme elle aimait nous nommer. Comme deux sœurs nous avions fait l’apprentissage de la vie, de la maternelle jusqu’à la fin de nos études. Rien n’avait entaché notre entente, notre affection l’une pour l’autre. Ni les disputes de l’adolescence ni même les garçons qui essayèrent de nous séparer. Non, nous traversâmes chaque conflit, chaque tempête, pour en ressortir plus proche. Et cette complicité donna naissance à notre salon de coiffure. Malgré cette grande amitié évidente, nous n’avions que peu de points communs. Karine était une jeune femme qui aimait être au centre des attentions et plaire à la gent masculine. Elle accumulait les mecs, comme d’autres les chaussures. Elle était sûre d’elle et ne se laissait point marcher sur les pieds. De taille moyenne brune aux cheveux longs avec des yeux en amande marron, au corps svelte, elle aimait jouer de son charme et cela l’amusait. A contrario, j’étais bien plus réservée. On m’appréciait pour ma bonne humeur et ma simplicité, pour autant, je n’avais rien à envier physiquement à mon amie. Légèrement plus grande qu’elle, rousse aux yeux bleus avec des formes qui avantageaient ma silhouette, je plaisais. À la différence d’elle, je ne pouvais me résoudre aux relations sans lendemain. J’attendais l’homme de mes rêves, celui avec qui je construirais ma famille, ce qui était sujet de moquerie fréquent entre Karine et moi. Nous vivions donc entre travail, soirées entre filles et aventure d’un soir pour elle, et plus longue pour moi, dans l’allégresse. Jusqu’au jour où tout bascula. Un homme très séduisant vint se faire coiffer au salon. Mon amie tomba immédiatement sous son charme. Au départ cela ne me surprit pas, c’était monnaie courante. Pourtant, au fil des jours, cette relation prit de l’importance et changea Karine. Elle ne regardait plus les autres hommes, refusait chaque demande de rendez-vous. Elle arrêta même de fumer. Un exploit, j’essayai de la faire arrêter depuis des années. Nos soirées devant un bon dîner se firent plus rares et nos sorties entre filles s’espacèrent au fil du temps. Pour la première fois, elle vivait une relation sérieuse qui l’éloignait de moi. Si j’en étais ravie, je ne comprenais pas cet entêtement à refuser de me parler de cet homme, qui bouleversait son existence et sa façon même de penser. Durant de longues semaines, elle me laissa dans l’ignorance. Je me sentais rejetée, blessée même. Me voyant de plus en plus attristée par ses secrets, elle décida un soir, alors que nous rangions le salon après la fermeture, d’aborder avec moi ce sujet très épineux.
— Je ne voudrais pas que tu penses que je t’abandonne pour Elliot, annonça-t-elle nonchalamment.
Elliot, j’étais ravie d’apprendre son prénom. Un début.
— Nos soirées, nos discussions et notre complicité me manquent.
— Cela me manque aussi, mais Elliot aime m’avoir près de lui.
— Il peut te concéder un ou deux soirs par semaine.
— Je ne pense pas qu’il sera d’accord, mais je peux lui en faire la demande.
— D’accord ? Mais depuis quand un homme te dicte ta conduite ?
Sérieusement ? Elle posa le balai pour me prendre dans ses bras. Puis, avec un léger sourire, elle me fit signe de m’asseoir. Elle prit place près de moi et souffla longuement.
— Ce que je vis avec lui, dépasse tout ce que j’ai vécu jusqu’à ce jour.
— Tu es amoureuse, m’exclamai-je avec enthousiasme.
— Non. Oui. Peut-être.
Cela est assez vague comme réponse.
— Camélia. Promets-moi que tu ne me jugeras pas et que mes confidences ne changeront en rien notre amitié ni ton regard sur moi.
— Tu me fais peur Karine. Que se passe-t-il ? Cet Elliot met-il sur toi une pression quelconque ?
— Non. C’est juste qu’il conçoit les rapports différemment.
— Violent ?
— Pas du tout.
— Possessif ? Marié ?
— Dominant !
Je restai interloquée un long moment. Son regard resta posé sur le mien, attendant mon verdict. Elle était mon amie, et même si je trouvais cela déstabilisant, je n’avais aucun droit de porter un jugement sur sa vie privée. De plus, c’était un univers qui m’était pratiquement inconnu, mis à part ce que j’avais pu en lire, ou voir à la télévision.
— OK ! Je ne connais de ce monde que peu de choses mais…
— Il est fascinant. Lorsque je m’offre à lui, je me sens en harmonie avec mon corps. Il me fait découvrir mes limites. Sa façon de me posséder est unique et j’aime cela. Je m’ouvre chaque jour un peu plus et je me sens bien.
— Génial, m’écriai-je en me forçant à sourire.
— Je ne te demande pas de comprendre, juste d’accepter.
— Très bien, si cela te rend heureuse c’est le principal.
— Camélia, je vois bien que tu es désappointée.
— Je t’assure que non. Je suis ravie que tu t’épanouisses.
Je m’étais levée pour continuer de ranger le salon, mettant un terme à la conversation. Étrangement, les jours suivants, je me sentis mal à l’aise près d’elle. Je m’en voulus de réagir ainsi, mais c’était plus fort que moi. Voyant mon incompréhension, Karine, avec l’accord d’Elliot, me proposa de venir au donjon, afin de me rendre compte par moi-même de quoi il en retournait. Mon refus fut catégorique et sans appel. Moi, dans un tel lieu ? Et puis quoi encore ? Ce qui la blessa profondément. Jamais je ne lui avais refusé la moindre faveur, jamais je ne m’étais sentie si peu en osmose avec elle. Au travail, notre entente était parfaite. Mais dès que le dernier client clôturait la journée et que nous nous retrouvions seules, un fossé se formait entre nous. Nous en étions toutes deux marquées et attristées. Pourtant, je ne me voyais pas me présenter avec elle dans un endroit où les fouets, les fessées et autres châtiments étaient les maîtres mots d’une relation. Refusant que cette nouvelle facette d’elle ne gâche notre amitié, elle réédita sa proposition chaque soir à la fermeture du salon. Nos instants partagés me faisaient défaut, nos fous rires, nos discussions passées rendaient son absence difficile à supporter. Elle me manquait tout simplement. Au bout d’un mois d’insistance, je craquai et j’acceptai sa demande. Je me souviens encore de son cri de joie. Elle s’était jetée à mon cou avec un enthousiasme certain. Et j’étais là en ce samedi soir, devant ma psyché, à regretter amèrement ma décision. Pour cette soirée particulière, je choisis de laisser mes cheveux roux détachés. J’avais lissé les quelques mèches rebelles et raccourci légèrement ma frange qui dégageait ainsi parfaitement mes yeux. Comme tenue, j’optai pour une robe près du corps courte, avec de la dentelle qui dessinait le bustier et retombait sur les épaules. Simple, chic et légèrement sexy. Des escarpins à talons, une pochette et j’étais fin prête. Je n’avais aucune idée de la toilette que je devais porter. « Fais-en sorte d’être parfaitement à l’aise » fut la réponse de Karine lorsque je lui avais demandé conseil. J’étais sur le point d’enlever ma robe pour en revêtir une plus simple lorsque la sonnerie de la porte retentit. Merde ! 20 h 30, Karine était toujours très ponctuelle. Je grimaçai avant de la rejoindre.
— Tu es sublime.
— Merci, tu n’es pas mal non plus.
Elle s’écarta pour me laisser admirer sa robe rouge courte, très décolletée avant de prendre ma main dans la sienne.
— S’il te plaît, essaye d’ouvrir ton esprit à cette soirée. Ne te ferme pas et mets de côté tes préjugés. D’accord...

Attention

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 3. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 5. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 6. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

YouScribe ne pourra pas être tenu responsable en cas de non-respect des points précédemment énumérés. Bonne lecture !

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents