Gustav Klimt

Gustav Klimt

-

Français
160 pages

Description

Gustav Klimt (Baumgarten, 1862 – Vienne, 1918)
«Faire un autoportrait ne m'intéresse pas. Les sujets de peinture qui m'intéressent ? Les autres et en particulier les femmes… » Aucune référence au monde extérieur ne vient contrarier le charme des allégories, portraits, paysages et autres personnages que l'artiste peint. Des couleurs et des motifs d'inspiration orientale (Klimt a été très influencé par le Japon, l'ancienne Egypte et la Ravenne byzantine), un espace bidimentionnel dépourvu de profondeur et une qualité souvent stylisée de l'image, autant d'éléments utilisés par le peintre pour créer une oeuvre séduisante, où le corps de la femme s'expose dans toute sa volupté. A 14 ans, il obtient une bourse d'Etat pour entrer à la Kunstgewerbeschule (l'Ecole viennoise des Arts et Métiers). Très vite, ses talents de peintre et de dessinateur s'affirment. Ses toutes remières oeuvres lui valent un succès inhabituellement précoce. Sa première grande initiative date de 1879 : il crée cette année-là la Künstlerkompagnie (la compagnie des artistes) avec son frère Ernst, et Franz Matsch. A Vienne, la fin du XIXe siècle est une période d'effervescence architecturale. L'empereur François- Joseph décide, en 1857, de détruire les remparts entourant le coeur médiéval de la ville. Le Ring, financé par l'argent du contribuable, est alors construit : de magnifiques résidences y côtoient de superbes parcs. Ces changements profitent à Klimt et à ses associés, leur fournissant de multiples occasions de faire montre de leur talent.
En 1897, Klimt, accompagné de quelques amis proches, quitte la très conservatrice Künstlerhausgenossenschaft (Société coopérative des artistes autrichiens) ; il fonde le mouvement Sécession et en prend la présidence. La reconnaissance est immédiate. Au-dessus du porche d'entrée de l'édifice, conçu par José Maria Olbrich est inscrite la devise du mouvement : «A chaque âge son art, à l'art sa liberté. » A partir de 1897, Klimt passa pratiquement tous ses étés sur l'Attersee, en compagnie de la famille Flöge. Durant ces périodes de paix et de tranquillité, il eut l'occasion de peindre de nombreux paysages qui constituent un quart de son oeuvre complète. Klimt exécute des croquis préparatoires à la plus grande partie de ses réalisations. Parfois, il exécute plus de cent études pour un seul tableau. Le caractère exceptionnel de l'oeuvre de Klimt tient peut-être à l'absence de prédécesseurs et de réels disciples. Il admirait Rodin et Whistler sans les copier servilement. En retour, il fut admiré par les peintres viennois de la jeune génération, tels Egon Schiele et Oskar Kokoschka.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2011
Nombre de lectures 3
EAN13 9781780422831
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Gustav KLIMT
Auteurs : Jane Rogoyska et Patrick Bade
Mise en page : Baseline Co Ltd 1925 Nguyen Hue Blvd, District 1 Hô Chi MinhVille, Vietnam
© Sirrocco, Londres, UK (édition française) © Confidential Concepts, worldwide, USA
ISBN 9781780422831
Tous droits d’adaptation et de reproduction réservés pour tous pays.
Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
5
53
154
155
La vie
SOMMAIRE
Les chefsd’œuvre
Biographie
Liste des illustrations
4.
1.Nu masculin en position de marche tourné vers l a droite, 1877-1879, dessin au crayon, 43 x 24 cm.
La vie
« Faire un autoportrait ne m’intéresse pas. Les sujets de peinture qui m’intéressent ? Les autres et en particulier les femmes... »
Une atmosphère originale et envoûtante émane des tableaux de Gustav Klimt. Ses peintures sensuelles et érotiques dévoilent un monde de plaisirs et de luxe, où il ferait bon vivre. Les admirer, c’est oublier la froide ambiance post-moderne qui est la nôtre. Aucune référence au monde extérieur ne vient contrarier le charme des allégories, portraits, paysages et autres personnages que l’artiste peint. Des couleurs et des motifs d’inspiration orientale (Klimt est très influencé par le Japon, l’ancienne Égypte et la Ravenne byzantine), une perspective bi-dimensionnelle dépourvue de profondeur et une qualité souvent stylisée de l’image, autant d’éléments utilisés par le peintre pour créer une œuvre séduisante, où le corps de la femme s’expose dans toute sa volupté.
Les débuts Gustav Klimt est né en 1862 dans une famille modeste. Son père, orfèvre-graveur, subvient difficilement aux besoins de sa femme et de ses sept enfants. A quatorze ans, il obtient une bourse d’Etat pour entrer à laKunstgewerbeschule(l’Ecole viennoise des Arts et Métiers). Très vite, ses talents de peintre et de dessinateur s’affirment.
Ses toutes premières œuvres lui valent un succès inhabituellement précoce. Sa première grande initiative date de 1879 : il crée cette année-là laKünstlerkompagnie(la Compagnie des Artistes) avec son frère Ernst et Franz Matsch.
e A Vienne, la fin du XIX siècle est une période d’effervescence architecturale. L’empereur François-Joseph décide, en 1857, de détruire les remparts entourant le cœur médiéval de la ville. Le Ring, financé par l’argent du contribuable, est alors construit : de magnifiques résidences y côtoient de superbes parcs.
Ces changements profitent à Klimt et à ses associés, leur fournissant de multiples occasions de faire montre de leur talent. Les commandes affluent et, en 1879, ils participent aux décorations d’une fête à thème historique, organisée pour les noces d’argent de François-Joseph et de l’impératrice Elisabeth. En 1880, nouvelle commande : ils sont cette fois chargés de repeindre le plafond des thermes de Carlsbad. A travers ces premières réalisations, Klimt se forge une certaine réputation.
Ses œuvres de jeunesse, telles queLa Fable,L’IdylleouL’Homme nu, révèlent déjà un artiste doué et prometteur, quoique cantonné à la représentation de sujets allégoriques et académiques. DansLa FableetLa Vierge, les femmes sont potelées, habilement drapées dans de sobres tissus. Leurs cheveux sont tirés, en douceur, derrière le cou. La sensualité est maternelle, la nudité plus décorative qu’excitante. Rien de radicalement différent des œuvres e e du XVII ou du XVIII siècle. Dans le passé, un « V » pudique, rappelant celui des poupées enfantines, dissimulait les rares poils pubiens dévoilés. Ainsi, dans certaines œuvres d’art du Moyen-Age ou de la Renaissance, les sexes masculins ou féminins suggérés par l’audace de l’artiste se trouvaient affublés, par des âmes prudes, d’une sage feuille de figuier.
5.
6.
2.a Sculpture,Allégorie de l 1889, crayon et aquarelle, 44 x 30 cm, Historisches Museum, Vienne.
3.Conte de fées,1884, crayon noir, encre, lavis, 63,9 x 34,3 cm, Historisches Museum, Vienne.
7.
8.
4.La Mort de Juliet te,1886, crayon noir avec rehauts de blanc, 27,6 x 42,4 cm, Graphische Sammlung Albertina, Vienne.
5.Tête d’homme allongé(peinture de plafond du théâtre impérial viennois),18861888, craie noire, rehauts blancs, 28 x 43 cm, Graphische Sammlung Albertina, Vienne.
9.
Dès 1896, Klimt devient plus explicite. Dans le dessin final deSculpture(très différent du tableau luimême), la femme a les cheveux lâchés et ses poils pubiens sont apparents. Elle regarde le spectateur dans les yeux et se tient dans l’embrasure de la porte comme si on l’avait surprise nue. Faussement innocente, elle invite aux caresses. Le tableau, en revanche, est d’un style plus traditionnel : la position frontale et la pose sculpturale sont d’une facture plus classique. Les cheveux sont attachés et les poils pubiens invisibles.
La Sécession Grâce à ces premières œuvres, Klimt construit peu à peu sa notoriété et devient un artiste à succès très en vue. En 1892, après la mort de son père et de son frère Ernst, sa relation avec Matsch évolue. Il commence à explorer des terres plus aventureuses. Matsch déménage de leur atelier commun en 1894. En 1897, Klimt, accompagné de quelques amis proches, quitte la très conservatrice Künstlerhausgenossenschaft (Société coopérative des artistes autrichiens) ; il fonde le mouvement Sécession et en prend la présidence.
La reconnaissance est immédiate. Grâce au succès de deux expositions organisées en 1898, la Sécession s’installe dans un nouveau bâtiment. Audessus du porche d’entrée de l’édifice, conçu par José Maria Olbrich est inscrite la devise du mouvement : « A chaque âge son art, à l’art sa liberté. »
Si la Sécession expose le meilleur de l’art autrichien, elle permet également l’introduction, dans l’Empire, d’œuvres venues de toute l’Europe. Grâce à elle, le public viennois découvre les impressionnistes français et les naturalistes belges. Klimt se révèle le principal protagoniste de ce mouvement. Mais son succès d’artiste moderne menace son statut de peintre établi et fréquentable. Il se retrouve très vite au cœur d’une série de scandales qui vont bouleverser sa carrière.
Les scandales En 1894, l’université de Vienne commande à Klimt et Matsch une série de tableaux. Les thèmes imposés à Klimt sont la Philosophie, la Médecine et la Jurisprudence. L’université attend des œuvres dignes, formelles et classiques, représentant la sagesse des philosophes, les vertus curatives de la médecine et, sans doute, une femme sculpturale aux yeux fermés portant une balance, image hiératique de la justice. Mais Klimt choisit de suivre son inspiration.
Après plusieurs années de labeur, il livre enfin ses toiles. Le scandale est cependant tel qu’il doit rembourser les avances déjà versées et reprendre ses tableaux. A l’Exposition universelle de 1900 à Paris, une médaille d’or lui est décernée pourLa Philosophie. Mais ceci ne change en rien l’opinion des Viennois. SiLa Philosophiechoque, une controverse plus virulente encore éclate à propos deLa Médecineprésentée l’année suivante.
Difficile de saisir le sens de cette toile. Qu’estce que l’artiste a voulu exprimer ? La vision est chaotique : la masse des corps, les vieux personnages ridés, les crânes évoquent plus la souffrance de l’homme que sa guérison.
Contrastant avec cette atmosphère infernale, deux femmes, en haut et en bas à gauche du tableau, concentrent l’attention. Le voisinage d’un serpent fait de cette dernière l’image même de la médecine.
10.
6.Portrait de Femme (Mme Heymann ?),vers 1894, huile sur bois, 39 x 23 cm, Kunsthistorisches Museum, Vienne.

Avertissement

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.